Gilets Jaunes – 21 septembre 2019 – témoignage de Bruno Drewski

Par Bruno Drewski. 6 octobre 2019.  Source :  http://mai68.org/spip2/spip.php?article4472

 

Gilets jaunes sur les champs

J’étais sur les Champs Élysées le 21 septembre et je peux dire que celui qui écrit cet article (Il y a ceux qui s’indignent et ceux qui se révoltent) a tort. Toute la journée, de 10h00 à 22h00, les manifestants y étaient en nombre constant, ils ont réussi à occuper les Champs Élysées soit en haut soit en bas, quand ils étaient repoussés ici, ils réapparaissaient là, il y a eu plusieurs provocateurs qui sont successivement arrivés pour crier aux manifestants d’aller au jardin du Luxembourg pour rejoindre les manifestants pour le climat, ce qui prouve que la manif sur les champs gênait le pouvoir plus que l’autre plus massive. Mais globalement, ces provocateurs criards n’ont pas réussi à entrainer un nombre substantiel de manifestants vers le Luxembourg, car ils savaient bien que, symboliquement, les Champs Élysées c’était beaucoup plus important, et que les touristes allaient envoyer au monde entier leurs vidéos.

En fait, toute la journée on a eu une “guérilla” spontanée à laquelle la police n’était visiblement pas préparée, car elle ne voulait pas bloquer les champs comme lors des manifestations d’avant l’été, puisqu’elle avait dit aux commerçants, hôteliers et touristes qu’elle contrôlait la situation et donc que les magasins étaient ouverts (sauf quand même !!! le Fouquet’s fermé et protégé par des parpaings !) et que les touristes déambulaient …mélangés aux manifestants, et du coup aussi aux charges de police, aux gaz et aux flash-ball …bien plus rares toutefois que d’habitude …Les médias ont très peu relayé ce qui s’est passé sur les champs car le peuple de France devait ignorer que les champs avaient été repris par les “gueux”. Ils se sont donc concentrés sur la manif Gilets jaunes/Climat …Il faut aussi dire que RT France qui était présent sur les champs et à qui on s’est adressée n’a presque pas relayé ce qui s’y passait !!! …concession de Poutine au gentil Macron qui semble vouloir négocier avec lui …au moment où Poutine et Macron “réforment” ensemble les lois de retraites selon les voeux du FMI ????

Remarquez que comme il ne devait pas y avoir de manif sur les champs …et bien il n’y a pas eu de casseurs !!! Comme par hasard, les black blocks ont oublié d’y venir et donc aucune boutique n’a brûlé, pas même les devantures des banques !!! Toute la violence était uniquement celle des policiers … ce que les touristes ont pu “admirer” d’ailleurs !!! Les policiers étaient très très frustrés et dans une colère noire que j’ai rarement vu car on pouvait se poser la question qui poursuivait qui selon les moments. Comme ils ne pouvaient pas trop charger au milieu des touristes, alors ils attaquaient ici et on revenait par derrière par la rue d’à côté.

C’était une ambiance ambigüe et quasi festive malgré les gaz, quelque chose d’autre que ce que j’ai connu avant. Moi même à un moment j’ai passé un barrage de flics, et je ne sais même pas pourquoi je l’ai fait alors que la rue d’à côté était ouverte, je suis passé devant un flic qui me dit “Monsieur vous n’avez pas le droit de passer !” et je passe sans même le regarder comme s’il n’existait pas (je n’aurais pas fait cela dans une autre situation) et tout d’un coup une fois passé je le sens qui m’attrape par le cou et me jette par terre en me criant mais avec une voix presque de complainte mêlant rage et impuissance : “quand je te dis on ne passe pas, on ne passe pas !” et j’ai du saisir dans sa voix inconsciemment une colère mêlée d’une frustration d’être ignoré dans sa “virilité” de policier robocop, et donc une certaine tristesse et, d’un côté, je me rappelle m’être dit à ce moment là “Bruno ! tu es quand même con tu vas te faire embarquer en garde à vue et que dira ta femme, tu es vraiment très con !” et en même temps je retourne ma tête du trottoir vers lui au-dessus de moi avec son casque robocop, sa matraque, je le regarde dans les yeux et je lui dis (et en même temps je me dis “là tu es en train de rajouter encore une connerie connard de Bruno !”) : “Tu sais que c’est moi qui paie ton salaire avec mes impôts !” …et …il me regarde avec colère, me prend, me soulève et me projette en me criant “moi aussi je paie mes impôts, fous le camp !” …j’avais gagné …en fait, mon inconscient a compris que les flics étaient ce jour là dans le rôle du perdant et c’est pour cela que j’ai du ressentir : “tu peux y aller Bruno, appuie sur l’accélérateur, ça leur fera les pieds !”.

…Sur les champs j’ai croisé Drouet, et les flics n’ont pas osé cette fois le contrôler, j’ai vu des touristes chinois effrayés car gazés et j’ai vu des touristes arabes riant aux éclats …malgré les gaz, d’autres, des femmes arabes effrayées.

Ce qui s’est passé ce jour sur les champs a montré qu’il y avait maintenant en France un groupe d’irréductibles bien formés, bien entraînés, bien conscients et combatifs avec quelque chose du type “discipline innée”, forgée et prêts à ne pas avoir peur. Ce n’est qu’une petite partie des Gilets jaunes de l’année passée, mais c’est un noyau solide et incompressible …à côté des manifestants GJ fluctuants d’une région à l’autre et des bases syndicales qui se mettent en mouvement ou d’autres encore qui rejoignent le mouvement.

Tout va redémarrer car il y a désormais un noyau dur !!! …dans un océan de mécontents.

En tous cas, on a changé d’époque et si le régime veut se maintenir, il va lui falloir instaurer une politique de terreur et/ou de guerre civile.

*******

Bien à vous,
do
http://mai68.org/spip2

 

Une pensée sur “Gilets Jaunes – 21 septembre 2019 – témoignage de Bruno Drewski

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *