GUERNICA – La dictature franquiste se fonda sur le mensonge de Guernica

En español, haga clic aquí

Le 26 avril 1937, la petite ville de Guernica, symbole des libertés basques, est détruite par l’aviation allemande (la légion Condor) au service de Franco. Pour la première fois dans l’histoire militaire, une agglomération civile est entièrement rasée sous un déluge de bombes au phosphore. Ces dernières sont des bombes incendiaires, ce qui permit à Franco de faire croire que c’étaient les anarchistes qui avaient détruit Guernica par le feu !

     En effet, dès le 27 avril, à 21 h, la radio franquiste proclame : « Nos aviateurs n’ont reçu aucun ordre pour bombarder cette population (…). Ce sont les rouges [1] qui, dans l’impossibilité de contenir l’avance de nos troupes, ont tout détruit (…). » Et d’ajouter avec un aplomb incroyable : « Il n’y a pas d’aviation allemande ou étrangère en Espagne nationaliste (…). Nous n’avons pas brûlé Guernica (…). »

     Le 29 avril, vers midi, les Franquistes entrent dans Guernica et font visiter, sous bonne escorte, les ruines de la ville aux correspondants de presse étrangers. Les articles de ceux-ci sont soumis à censure. Sous la menace des mitraillettes, tous envoient dans leurs pays respectifs des articles expliquant comment et pourquoi les anarchistes ont brûlé Guernica ! Tous les journaux Européens ou presque reprennent alors cette thèse. Sauf un journal anglais. Bien sûr, la plupart des rédactions ne furent pas dupes mais marchèrent tout de même dans la combine parce que tous les États du monde étaient alliés avec Franco contre la révolution espagnole.

     Picasso lui-même, qui, à l’annonce du bombardement, a peint son « Guernica » pour le pavillon espagnol de l’Exposition internationale de 1937 à Paris, sera un instant saisi par le doute tant la propagande franquiste, puissamment relayée par celles des nazis allemands et des fascistes italiens, fera des ravages.

     Bien sûr, au moins dès la sortie de la guerre, la vérité fut dite partout… Sauf en Espagne !

     En effet, en Espagne, quiconque essayait de dire que c’était Franco qui avait demandé à Hitler d’envoyer sa légion Condor (aviation) bombarder Guernica avec des bombes incendiaires était immédiatement emprisonné, torturé et passé par les armes. Sa famille se taisait de peur de suivre le même chemin.

     Il fallait que dans leur ensemble les Espagnols croient que c’étaient les anarchistes qui avaient commis un horrible et grandiose attentat terroriste à Guernica, afin de justifier la dictature franquiste : « La dictature franquiste est là pour éviter que les anarchistes recommencent ce qu’ils ont fait à Guernica ! »

     Ce n’est que très progressivement que les espagnols apprirent la vérité. Vers 1960, ils eurent le droit de savoir que c’étaient les Allemands qui avaient brûlé et massacré Guernica. Mais officiellement, Hitler l’avait fait sans demander l’avis de Franco, sans même le prévenir !

     Quelques années plus tard, les Espagnols eurent le droit de savoir que Franco avait été mis au courant par Hitler, que Franco avait refusé qu’un tel crime soit commis, mais qu’Hitler n’avait tenu aucun compte de son avis. Encore quelques années et les Espagnols surent que Franco avait donné son accord à Hitler.

     Bien sûr, pendant toutes ces années, quiconque s’aventurait à dire toute la vérité subissait immédiatement la répression la plus dure.

     Il fallut la mort de Franco pour que les Espagnols aient enfin droit à toute la vérité : Franco avait demandé lui-même à Hitler de bombarder Guernica, de brûler cette ville et de faire un maximum de morts ; il lui demanda de la bombarder avec des bombes incendiaires [2] afin de pouvoir faire croire aux Espagnols que c’étaient les anarchistes les coupables ! pour affaiblir les révolutionnaires, et pour justifier la prise du pouvoir par Franco, ainsi que sa future dictature !

     La dictature franquiste se fonda sur le mensonge de Guernica.

NOTES :

1°) Franco assimilait les anarchistes aux « rouges », alors que pourtant c’étaient très essentiellement les anarchistes (drapeau noir, ou noir et rouge) qui menaient la lutte contre son coup d’État militaire. Cela ne présentait pas seulement l’avantage de simplifier les choses, surtout, ça faisait de la pub subliminale auprès des personnes qui voulaient se battre contre Franco : elles étaient incitée à leur propre insu à se diriger vers le Parti « communiste » plutôt que vers les anarchistes ! Franco savait bien que le Parti « communiste » était infiniment moins dangereux pour le pouvoir que les anarchistes. Et nous, nous savons bien que Staline a trahi la révolution espagnole.

2°) Il n’y a pas besoin d’une aviation moderne avec des bombes modernes pour brûler totalement une ville. Il était envisageable de faire croire que c’étaient les anarchistes qui avaient brûlé Guernica, mais personne n’aurait pu croire que les anarchistes avaient bombardé cette ville ! C’est pourquoi la légion Condor devait utiliser des bombes incendiaires.

http://mai68.org/spip2/spip.php?article1457

Une pensée sur “GUERNICA – La dictature franquiste se fonda sur le mensonge de Guernica

  • avatar
    12 avril 2018 à 11 11 06 04064
    Permalink

    La fin ( voulue et désirée ) de la révolution espagnole reste pour moi et pour toute notre famille une plaie ouverte à jamais .
    Mon grand père était au front de Madrid dans la colonne de Duruti . Comme beaucoup , ne pouvant plus tenir le front avec ses camarades ils ont commencé  » La rétirada  » . La suite vous la connaissait .
    Guernica fonda la dictature terrible de Franco . Son mensonge pesa sur tous les Anarchistes .
    Merci d’avoir pu le rappeler .

    Mon salut à tous . Cela demande une revanche .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *