Hommage à Issa COULIBALY, combattant CGT de la propreté, mort d’épuisement

Rubrique : crime du capital
Voici malheureusement ce qui arrive quand nous dépassons les bornes fixées par la confrérie syndicalo-patronale. Le syndicat te retire ton mandat protecteur et le patron te licencie et ensuite tu galères pour trouver un job et comme Coulibaly être exploité à mort.

G.Bad


Hommage à Issa COULIBALY, combattant CGT de la propreté, mort d’épuisement.

Nous publions ci-dessous l’hommage de la CGT-HPE lors de la levée du corps d’Issa, Jeudi 6 septembre, à l’IML de Paris, hommage publié sur son site, et on trouvera également ICI le texte de l’hommage présenté en forme de tract pour diffusion large.

Avec sa famille, avec ses camarades syndicalistes, nous sommes révoltés, nous sommes en colère.  Issa était un guerrier de la lutte des classes, honnête, droit et courageux. Il ne conciliait pas avec le patronat, comme la Propreté Ports et Docks CGT qui l’a démandaté, provoquant son licenciement. Il refusait l’opportunisme et les louvoiements, comme au congrès de l’UD 92 qui a refusé de désaffilier ce syndicat mafieux (voir « Pourquoi l’URIF a refusé que le Congrès de l’UD 92 radie la Propreté Ports et Docks »).

Il avait néanmoins été très affecté par son licenciement suite à son démandatement ainsi que par le refus de l’UD 92 de prendre ses responsabilités. Il s’est apparemment littéralement « tué au travail » sous la pression de son nouvel employeur, trahi par la bureaucratie syndicale, avec le seul soutien de la CGT-HPE.

Nous nous associons à la douleur de ses proches, et invitons tous les camarades, tous les syndicats, tou(te)s les collectifs et associations à participer à la collecte pour aider la famille. Envoyer vos chèques à :
CGT-HPE – 78 rue Henri Barbusse – 92110 CLICHY – mention « solidarité famille Issa ».

 

Hommage de la CGT-HPE lors de la levée du corps d’Issa COULIBALY, militant de la CGT, décédé à l’âge de 55 ans ce 3 septembre 2018.

Issa, tu étais un compagnon de luttes et un homme d’honneur. Tu t’es adressé à notre syndicat à l’été 2015 sur conseil de ton camarade Youssouf pour contester ton licenciement pour faute grave prononcé par la société de nettoyage ISOR en juin 2015.  Tu nous avais dit alors n’avoir confiance à l’intérieur de la CGT qu’à notre service juridique réputé incorruptible et je me rappelle encore de tes mots : « Claude je te demande de défendre mon honneur d’homme honnête ».

En effet, tu as payé cher ton engagement syndical à la CGT.

Désigné RSS puis DS par le syndicat CGT PROPRETÉ début 2012, tu n’as pas pris à la légère ton mandat ni cherché à t’en servir pour te remplir les poches comme le font les dirigeants de ton syndicat au détriment des syndiqués de base qui triment dur dans leur entreprise.

Sollicité par des salariés d’ISOR tu seras emmené à encadrer une grève en mai 2013 dans un groupe scolaire d’ISOR. Le conflit se durcira et 4 grévistes seront licenciés pour faute lourde. Tu seras mis à pied à titre conservatoire mi-juillet 2013 et un protocole de fin de conflit sera signé par le Secrétaire Général de la CGT PROPRETÉ que tu refuseras de parapher car il prévoyait la mutation de tous les grévistes et aucune avancée réelle sur leurs revendications. Suite au refus de l’inspecteur du travail tu seras réintégré et encadreras une nouvelle grève en octobre 2013 au Musée d’Orsay, cette fois victorieuse.

C’en était trop pour ISOR qui demandera à la CGT PROPRETÉ ta tête.
François NGIANGIKA Secrétaire Général de ce syndicat te démandatera le lendemain de la signature du protocole de fin de conflit au Musée d’Orsay.  Peu de temps après la fin de ta protection tu seras licencié pour faute grave.
C’est l’honneur de notre syndicat de t’avoir défendu Issa et de t’avoir permis d’obtenir la condamnation d’ISOR pour licenciement abusif. Tu nous a longuement remercié et a continué le combat.

 

Fin 2017, tu étais à nos côtés au congrès de l’UD CGT du 92 pour demander, comme cela avait été fait avec succès par le congrès de l’UD CGT de Paris, la radiation de la CGT PROPRETÉ dans les Hauts de Seine, ISOR ayant son siège à NANTERRE.

Tu étais sorti démoralisé de ce congrès au cours duquel les apparatchiks de l’UD CGT 92 et de l’URIF-CGT avaient pesé pour s’opposer à cette radiation au motif que le dossier n’était soi-disant pas prêt comme à Paris.
Aujourd’hui notre syndicat considère que tous ces permanents corrompus ou passifs, de la CGT PROPRETÉ à la Confédération, en passant par l’URIF, l’UD 92, la Fédération CGT des PORTS et DOCKS ont du sang sur les mains.
Comme le dit justement Youssouf tout cela n’est pas qu’un jeu et il est certain pour ceux qui te connaissent que tu ne serais pas mort d’épuisement chez ONET, qui n’en a que le nom, si tu avais pu continuer à travailler chez ISOR et à faire ton travail de militant CGT.

Contraint de travailler sans compter tes heures pour nourrir ta famille au pays, tu es mort très certainement d’épuisement et il faudra que la justice demande des comptes à ONET mais également aux dirigeants de la CGT PROPRETÉ car la souffrance au travail n’est pas que physique, elle est aussi morale quand on subit une telle situation invraisemblable.

Gloire à toi Issa, nous ne t’oublierons jamais et nous te vengerons, pacifiquement bien sûr, mais avec détermination, en continuant ton combat pour défendre toujours et encore les salariés surexploités du nettoyage pour leur rendre leur dignité d’êtres humains.

 

Nous continuerons aussi à participer à nettoyer la CGT de cette mafia qui usurpe tes et nos valeurs.

 

REPOSE EN PAIX CHEZ LES TIENS ISSA !

Paris le 6 Septembre 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *