L’anarchie, ce n’est pas le bordel!

Recherche menée par Robert Gil

Les médias font toujours tout pour amalgamer et confondre l’anarchie avec le désordre, le bordel … alors que c’est exactement le contraire : l’anarchie place l’homme au centre des préoccupations de chacun alors que le capitalisme nie la vie de l’homme et considère celui-ci comme une vulgaire marchandise soumise aux règles de la production, de la concurrence et de la consommation.

L’anarchie c’est la démocratie directe, la forme la plus parfaite de démocratie. C’est en pratiquant la démocratie directe que l’on peut améliorer le bien commun pour l’avantage de tous et ce dans le respect des autres et de la nature. L’anarchie n’est pas le chaos, mais la responsabilité collective.
L’on comprend aisément pourquoi l’anarchie est si violemment caricaturée par le système dominant, et par une partie des sociaux-démocrates qui ne souhaitent plus changer le monde, et acceptent le cadre capitaliste comme seul cadre imaginable. Ils ont abandonné leurs idéaux, notamment le désir d’émancipation par liquidation du capitalisme, que ce soit par révolution ou par réformes.

Le mouvement anarchiste, foncièrement anticapitaliste par essence,  est l’abolition du pouvoir étatique, religieux, économique et politique. Une partie essentielle du mouvement anarchiste, définit la libération collective comme un des moyens de la liberté individuelle, et pense que la compréhension du monde passe par une analyse des classes sociales. Au final l’émancipation de l’humanité doit être la fin de toutes les grandes exploitations et oppressions .Ce socle commun à une partie des anars, des marxistes ou des anticapitaliste explique que les uns et les autres se retrouvent dans des batailles communes, dans un camp commun, même si les oppositions et divergences peuvent parfois être violentes.

Marx pensait-il que le but ultime du communisme était l’anarchie lorsqu’il écrivait : « Tous les socialistes entendent par anarchie ceci : le but du mouvement prolétaire – l’abolition des classes – une fois atteint, le pouvoir d’État disparaît et les fonctions gouvernementales se transforment en de simples fonctions administratives. ». Il est vrai que Marx ne connaissait pas les socialistes d’aujourd’hui, et serait étonné par nos communistes !

Les hommes ne sont-ils pas capable de s’intéresser quotidiennement, hebdomadairement, ou mensuellement à la vie politique ? Ne sont-ils pas capable de définir ensemble, les règles de la vie sociale dans le respect du bien commun et de la chose publique par une démocratie directe ? Ou bien doivent-ils continuer à pratiquer la « démocratie » que l’on connait chez nous ? C’est-à-dire de voter à intervalles fixes pour des professionnels de la politique au service d’intérêts particuliers d’un clan de nantis qui nous considèrent comme la France d’en bas et dont les décisions une fois élus ne tiennent même pas compte de la personne humaine. Bon certes, le phénomène n’est pas nouveau, mais je crois que nous sommes désormais arrivés à un tel point de putréfaction de la société, qu’il y a maintenant une urgente nécessité à dresser d’abord un constat des lieux, un diagnostic sérieux, et établir le constat de décès de la démocratie, qui s’est faite occire par la ploutocratie, au service du capitalisme, qui est notre réalité d’aujourd’hui.

Sinon, en attendant, on peut toujours aller voter et changer autant qu’on veut nos dirigeants ; Tant qu’on ne renversera pas ce système (ploutocrate) lui-même, en anéantissant toutes ces institutions qui le servent si docilement, on n’en sortira pas ! Vive la grève générale expropriatrice, vive la révolution sociale et libertaire, vive l’autogestion, vive l’anarchie.

Alex CAPUCIN

Lire également : APRES LES URNES, LA LUTTE !

aanarchie

4 pensées sur “L’anarchie, ce n’est pas le bordel!

  • avatar
    10 janvier 2014 à 11 11 32 01321
    Permalink

    Comme vous le mentionnez, l’anarchie fait appel a un sens des responsabilitées personnel en fonction du bien-être de l’ensemble, elle fait aussi appel a l’ investissement de chacun, selon ses forces et aptitudes, pour le mieux être de l’ensemble.

    Ne doit-il pas y avoir un dénominateur commun, une motivation personnelle, face a ce dénominateur, ainsi qu’une abstraction face a ceux qui ne s’investissent que minimalement, quelle qu’en soit le motif ?

    Le moteur ne peut qu’être un altruisme débordant, non ?

    Bonne journée

  • avatar
    10 janvier 2014 à 12 12 09 01091
    Permalink

    Il y a des lustres que je me suis insurgé contre cette distorsion du mot anarchie… mais c’est une réhabilitation du terme qui est longue et pénible. Peut-être faudrait-il simplement inventer le mot qui convient en lui donnnnt exactement le sens qu’on veut, ajoutant la petite note que nous l’utilisons en lieu et place d’anarchie sur lequel ont déféqué trop de salopards.

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2005/03/28/05-%E2%80%A8%E2%80%A8%E2%80%A8liberte-cherie/

    Pierre JC

  • Ping :Résistance politique: Boycott des institutions, démocratie directe, autogestion et révolution sociale… | Resistance71 Blog

  • avatar
    11 janvier 2014 à 13 01 12 01121
    Permalink

    Ouais, l’anarchie ce n’est pas une solution à nos problèmes, c’est près de sept milliards de solutions… La compétition divise nos forces, la coopération les multiplie de façon exponentielle!

Commentaires fermés.