Le premier terrorisme est celui du dieu Argent

Recherche menée par Robert Gil

secteRentrant le 1er août des Journées mondiales de la jeunesse à Cracovie, marquées par l’assassinat du prêtre français Jacques Hamel dans son église de Saint-Etienne –du-Rouvray, le Pape François a déclaré dans l’avion : “Au centre de l’économie mondiale, il y a le Dieu argent, et non la personne, l’homme et la femme, voilà le premier terrorisme”. Face à la grande peur des attentats islamistes, le pape choisit de dénoncer le terrorisme de l’économie, et met en cause les fondamentalismes, récusant toute confusion entre islam et terrorisme.

 «On ne peut pas dire, ce n’est pas vrai et ce n’est pas juste, que l’islam soit terroriste. » Ce propos papal de bon sens a fait pousser des cris d’orfraie à un éditorialiste du Figaro, volontiers incendiaire et bruyamment nostalgique de l’ultra-conservatisme de Benoît XVI. Dans l’avion qui le ramenait de Cracovie, en Pologne, au terme des Journées mondiales de la jeunesse (JMJ), le pape François a exposé devant la presse sa vision de la violence terroriste et des façons de la combattre.

 Le terreau de la désespérance, une source de violence

 Quelques jours seulement après l’ignoble ­assassinat du père Jacques Hamel en pleine messe, dans l’église de Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), par des djihadistes se réclamant de Daech, pas le moindre accent de vindicte ou de haine dans les mots du pape, qui rejette toute stigmatisation des musulmans, toute assimilation de l’islam au terrorisme.

 « Une chose est vraie : je crois qu’il y a presque toujours dans toutes les religions un petit groupe de fondamentalistes. Nous en avons (…), a-t-il expliqué. Je crois qu’il n’est pas juste d’identifier l’islam avec la violence, ce n’est pas juste et ce n’est pas vrai. J’ai eu un long dialogue avec le grand imam de l’université de Al Azhar et je sais ce qu’ils pensent. Ils cherchent la paix, la rencontre. » Le pape a évoqué, surtout, le terreau de désespérance sur lequel prospèrent, partout dans le monde, l’intégrisme et la violence : « Il y a des petits groupes fondamentalistes. Et je me demande, c’est une question : combien de jeunes, nous, Européens, avons-nous laissés, vides d’idéal, qui n’ont pas de travail (…) ? Ils vont là-bas et ils s’enrôlent dans les groupes fondamentalistes. »

 Une religion, pourtant, est nommément mise en cause par François : celle du profit à tout prix, qui hisse l’argent au-dessus des êtres humains. « Le terrorisme est aussi… je ne sais pas si je peux le dire car c’est un peu dangereux, mais le terrorisme grandit lorsqu’il n’y a pas d’autre option. Et au centre de l’économie mondiale, il y a le dieu argent, et non la personne, l’homme et la femme, voilà le premier terrorisme. (…) Ceci est un terrorisme de base, contre toute l’humanité. Nous devons y réfléchir. »

 Source : L’Humanité, Rosa Moussaoui, 02-08-2016

«Tant que les problèmes des pauvres ne sont pas radicalement résolus en rejetant l’autonomie absolue des marchés et la spéculation financière, et en s’attaquant aux causes structurelles de l’inégalité, aucune solution ne sera trouvée pour les problèmes du monde, ni aucun problème d’ailleurs»… Pape FRANCOIS

3 pensées sur “Le premier terrorisme est celui du dieu Argent

  • avatar
    3 juin 2018 à 6 06 10 06106
    Permalink

    Ce que dit le pape Francois Ier (de St François Xavier, pas St François d’Assise comme il l’a laissé croire; car c’est un Jésuite) est vrai mais en disant cela il ne dit pas que le terrorisme est une arme d’Etat. Ce sont des Etats qui suscitent le terrorisme, qui le laissent agir à leur guise et accusent ensuite qui ils veulent de « terroriste ». N’oublions jamais l’origine du mot: il vient de la Terreur, pendant la Révolution française: une politique génocidaire à l’égard d’un groupe de la société ou d’autres groupes humains, au nom d’une idéologie. Quant aux paroles du Pape, elles ne « mangent pas de pain » comme on dit: elles n’ont aucune conséquence. Ce sont juste des paroles. François Ier n’appelle pas à la lutte des classes et l’Eglise catholique restera ce qu’elle est: la première multinationale au monde, avec une banque qui est ce que l’on sait. Saint François d’Assise, le vrai, le seul, n’a pas réformé l’Eglise, pas même son Ordre.

    Répondre
  • avatar
    7 juin 2018 à 7 07 19 06196
    Permalink

    Pas capable de continuer à lire – depuis 6 lignes- de cette marde. Précisément, ce salopard minable représente le Capitalisme. Avez-vous oublié les 100 millions d’autoctones assassinés en nom de la foi en Amérique pour cette entreprise criminelle en seul 50 ans?

    Répondre
  • avatar
    7 juin 2018 à 21 09 37 06376
    Permalink

    @ tous

    Par ses propos attendu et entendu le pape François contribue à la mystification de toute cette question – en ayant l’air – en mimant l’allure du bonhomme qui refuse l’amalgame – ainsi le pape décrit sa rencontre avec un imam pour ensuite déclarer que c’est la preuve que la religion musulmane n’est pas violente.
    FOUTAISE
    1) Toute religion est prosélytisme
    2) Toute religion est sectaire = TOUTE sans aucune exception
    3) Toute religion est fondamentaliste
    4) Toute religion est un opium pour les gens

    DONC inutile de débattre de la question des caractéristiques d’une religion ou d’une autre.
    Hier les petits bourgeois étaient anarchistes avant de devenir terroristes ou encore ils étaient nationalistes ou gauchistes avant de devenir terroriste. QU’est-ce que cela prouvait quand aux théories marxistes sur le mode de production capitalisme ? RIEN évidemment sinon que ces petits-bourgeois (qui entrainaient dans leur mouvance des prolétaires benêts) n’avaient rien compris au marxisme ou qu’ils étaient des mercenaires payés du capital venu faire imploser la gauche de l’intérieur

    Aujourd’hui le petit-bourgeois passe par les mimiques musulmanes ou chrétiennes (et oui en Afrique) ou boudistes (Mianmar – Thaïlande) avant d’être recruté par les agents des services secrets et de devenir pseudo djihadistes (oublions quelques dizaines d’illuminés – drogués venant d’Occident) pseudo djihadiste – terroristes pour se faire du fric à expédier à sa famille (même s’il tombe au combat)

    Évidemment le pape est fin filou quand il fait un petit croche vers « la misère humaine engendrée par le Dieu argent » FAUX FRANCOIS tu te goures François ce n’est pas l’argent le problème de l’humanité, c’est ce qui permet et appel l’argent roi = la propriété privé = le capital et les capitalistes qui sponsorisent ces recruteurs de mercenaires.

    Ce n’est pas l’argent des saoudiens qui est le problème = ce sont les princes saoudiens et leur propriété personnelle sur les puits de pétrole qui leur donne toute cette argent pour stipendier les pseudos djihadistes – une fumisterie

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *