les zadistes et le titre de propriété

Par Mivila. Le 18.04.2018.  Sur : Bolchevick.

 

Depuis l’avènement du capitalisme, le sujet paraît sérieux : Avez vous le titre de propriété du bien dont vous jouissez, en poche ? Ou êtes vous un imposteur voire un voleur ? Les zadistes de notre dame des landes remettent, à leur corps défendant, le sujet au goût du jour. Le sujet est tellement important qu’il a valu un débat épique entre les deux plus grand penseur du XIXième siècle : Marx et Proudhon. Et l’on peut dire que le point de départ de leur controverse se situe dans la Constitution de 1793 (article 16) : « Le droit de propriété est celui qui appartient à tout citoyen de jouir et de disposer à son gré de ses biens, de ses revenus, du fruit de son travail et de son industrie»

Marx commente : « le droit de propriété privée est donc le droit de jouir et de disposer de sa fortune arbitrairement (à son gré), sans tenir compte d’autrui, indépendamment de la société, c’est le droit de l’égoïsme. C’est cette liberté individuelle tout autant que ce qui en découle qui forment la base de la société bourgeoise. » Proudhon de son côté ne critique pas de manière aussi exhaustive et radicale les articles principaux de la Constitution de 1793. Il se contente de pointer du doigt le droit de propriété. Proudhon nous explique dans son célèbre ouvrage Qu’est-ce que la propriété ? , que l’égalité sous-jacente au droit de propriété est selon lui, un droit fondamental qu’il décrit comme étant indispensable à toute liberté humaine. C’est un authentique droit naturel sur lequel il ne convient pas de transiger. Mais il note cependant une entourloupe dans la définition même de la « propriété ». Le flou sur le terme profite précisément au plus grand esclavagisme légal, au plus grands possédants ou aux rentiers sans scrupules ; une ambiguïté multiséculaire, à laquelle il attribue le fondement même de toutes nos misères sociales.

Le parallèle est saisissant, aujourd’hui certains citoyens honnêtes et républicains (celle là même qui bombarde en Syrie et bien d’autre pays) se disent qu’il n’est pas normal que des va-nu-pieds, des pouilleux se permettent de travailler un bout de champ humide sans titre de propriété et sans s’écrier : « ceci est à moi !! » Ce phénomène est en quelque sorte une réplique du mouvement des enclosures de l’Angleterre du XVIIeme siècle. Une époque où les potentats locaux souhaitaient conserver l’exclusivité des terres ce qui entraînait la suppression de la vaine pâture. L’absence de cadastre nécessitait de matérialiser les limites foncières, les haies firent l’affaire. Dans le bocage de Loire Atlantique, les haies fort nombreuses ont failli être supprimé. A la place un beau tarmac rutilant devait y être déployé. En quelque sorte c’était le cheminement inverse du mouvement des enclosures, on libérait les énergies, on faisait place nette, on fluidifiait les déplacements. Certes, certains grincheux pouvaient opposer que cela se faisait au bénéfice de capitaux privés, que cela allait générer un surcroît de pollution. D’autres rabat-joies précisaient que l’avion est un mode de déplacement que seule les classes avantagées bénéficient. En témoigne le fait que 160 millions de trajet sont effectués au départ d’un aéroport français, soit une moyenne de 2,5 trajets annuels par français. Posez vous la question au regard du nombre de décollage que vous avez personnellement effectué, si cet investissement de 1 milliard d’euros (une paille par ces temps de crises) est fléché en direction des classes moyennes ? Alors le téléspectateur français non avisé devant sa télé trouve donc anormal que ceux qui ont sauvé 1650 hectares de la stérilisation puissent jouir de ce trésor. Pire le français qui prend sa douche chaude quotidienne reproche à ceux qui ont sauvé l’équivalent d’un carré de 4,5 km de verdure de ne pas sentir le shampoing aux huiles essentielles de perturbateur endocrinien et lui demande rubis sur l’ongle d’exhiber via son téléviseur HDMI interposé, son titre de propriété.

Mais reprenons le dialogue entre Proudhon et Marx pour nous éclairer. Proudhon a une formule amusante pour distinguer le droit de possession du droit de propriété, il dit : les amants se possèdent l’un l’autre de fait ; mais le mari, lui, est propriétaire. Il a tous les droits sur son épouse, et, selon la définition de la propriété privée il peut user et abuser à sa guise de son bien, y compris en mal. Si Proudhon préconise l’abolition pure et simple de la propriété privée, ce n’est pas à titre de possession de fait, mais de propriété sans limites, donc d’abus de propriété. Cette distinction entre propriété de fait et de droit est inexistante chez Marx, et pour cause : La propriété privée n’est rien d’autre que du travail matérialisé. Si l’on veut lui porter un coup fatal, c’est du coté du travail et donc des rapports sociaux qu’il faut voir.

Finalement, dans le combat des zadistes doivent se retrouver le combat de toute personne qui pense que le système capitaliste a fait son temps. Certes ce n’est pas avec une zad que celui ci s’écroulera de ses propres contradictions. Mais on peut tout au moins être solidaire comme on l’est quand les cheminots font grève pour le maintien de leur statut, pour les ouvriers de PSA Aulnay qui voient leur usine fermer ou pour les fralibs qui se battent pour se transformer en Scoop.

 

 

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétarien depuis 40 ans. http://www.les7duquebec.com

Une pensée sur “les zadistes et le titre de propriété

  • avatar
    24 avril 2018 à 10 10 34 04344
    Permalink

    Document tiré d’ indymédia Nantes
    https://nantes.indymedia.org/articles/40998

    INTERPELLATIONS SUR LA ZAD DU 9/04/18 AU 23/04/18

    67 interpellations parmi lesquelles :
    – 11 sont des contrôles signalés pour lesquels on a pas de nouvelles des personnes depuis
    – 7 tabassages (dont 4 dont on a pas de nouvelles)
    – 7 GAV où les personnes sont sorties sans suites
    – 5 personnes convoquées dans les mois à venir

    – 8 comparutions immédiates (déjà passées)

    – 4 refus de comparutions immédiates

    – 14 personnes embarquées dont on a aucune nouvelles

    INTERPELLATIONS SUR NANTES LE 14/04/18

    26 interpellations parmi lesquelles :
    – 2 GAV où les personnes sont sorties sans suites
    – 6 personnes convoquées dans les mois à venir
    – 3 comparutions immédiates ( les 16/04 et 17/04)

    – 4 refus de comparutions immédiates
    – 2 mineurs passé.e.s devant le juge des enfants le 16/04
    – 8 personnes qui ont été embarquées mais dont on a pas de nouvelles

    COMPARUTIONS IMMÉDIATES DU 11 AVRIL 2018 À NANTES

    Président : LORENTZ
    Procureur : LECAT

    F. passait pour destruction par incendie de bien d’autrui et refus d’alco-test suite à la manif du 9 avril à Nantes. Il a refusé la comparution immédiate.
    Il est sous contrôle judiciaire (obligation de soin et de pointage une fois par semaine) jusqu’au 9 mai (jour de son procès)

    COMPARUTIONS IMMÉDIATES DU 16 AVRIL 2018 À NANTES

    Président : LEHORS Rémi
    Ass : ROUILLON Véro et BAUFRETON Catherine
    Procureur : LECAT Pierre

    Affaire 1 :
    J. arrêté le 13 avril à Vigneux pour violences avec arme en réunion n’excédant pas 8 jours d’ITT, refus d’ADN et d’empreintes
    Avocat Vallée
    REFUSE LA COMPARUTION IMMÉDIATE : maintien en détention jusqu’à son procès le 18 mai

    Affaire 2 :
    L. arrêté le 14 à la manif à Nantes pour violence sur personnes dépositaires de l’autorité publique (O jour d’ITT) et visage dissimulé.
    REFUSE LA COMPARUTION IMMÉDIATE : placé sous contrôle judiciaire (interdiction de paraître à Nantes) jusqu’à son procès le 23 mai

    Affaire 3 :
    E. arrêté le 14 à la manif à Nantes pour violence sur personnes dépositaires de l’autorité publique.
    RENDU : COUPABLE : 6 mois de prison avec sursis + inscription au casier B2 + 150€ de dommages et interets pour le flic + 500€ (pour le flic article 475-1)

    Affaire 4 :
    P. arrêté le 14 à la manif à Nantes pour violence sur personnes dépositaires de l’autorité publique (0 jours d’ITT).
    RENDU : COUPABLE : 5 mois de prison avec sursis + interdiction de paraître en Loire Atlantique pendant 6 mois + 2×150€ de dommages et intérêts + 500€ (pour le flic article 475-1)

    Affaire 5 :
    L. arrêté le 14 à la manif à Nantes pour violence sur personnes dépositaires de l’autorité publique. Les faits sont requalifiés en jet de projectiles.
    RENDU : COUPABLE : 5 mois de prison avec sursis

    Affaire 6 :
    Y. arrêté le 14 à la manif à Nantes pour violence sur personnes dépositaires de l’autorité publique, jet de projectile.
    Avocat : Huriet
    REFUSE LA COMPARUTION IMMÉDIATE : placé sous contrôle judiciaire (interdiction de paraître en Loire Atlantique) jusqu’à son procès le 24 mai.

    Affaire 7 :
    A. arrêté le 14 à la manif à Nantes pour rébellion et violence sur personnes dépositaires de l’autorité publique, jet de projectiles et visage dissimulé.
    Avocat : Huriet
    REFUSE LA COMPARUTION IMMÉDIATE : placé sous contrôle judiciaire (interdiction de paraître en Loire Atlantique) jusqu’à son procès le 22 mai. Le tribunal fait droit à la demande d’informations supplémentaires (vidéo)

    COMPARUTIONS IMMÉDIATES DU 17 AVRIL 2018 À SAINT NAZAIRE

    Président : DUPIRE Pierre
    Assesseur.euses : SAINT RAMON Hélène et FERALI Dominique
    Procureure : CANOVAS LAGARDE Sylvie

    Affaire 1 : E. arrêté le 13 avril pour violences aggravées par 3 circonstances avec ITT de moins de 3 jours
    RENDU :
    COUPABLE : 4 mois avec sursis + 140h de TIG sous 18 mois + 500€ par flics de dommages et intérêts (soit 1000€) + 800€ (dommages et intérêts au titre de l’article 475-1) + interdiction de présence en Loire Atlantique + Obligation de formation

    Affaire 2 : L. arrêtée le 15 avril pour violences aggravées par 3 circonstances avec ITT de moins de 3 jours et violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique
    REFUSE LA COMPARUTION IMMÉDIATE.
    Placés sous contrôle judiciaire jusqu’à son procès le 24 mai. Bois Guillaume. Interdiction de présence en Loire Atlantique sauf pour ses études. Pointage quotidien.

    Affaire 3 :
    L. arrêté le 15 avril pour violences aggravées par 3 circonstances avec ITT de moins de 3 jours et violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique et refus d’ADN et d’empreintes
    O. arrêtée le 15 avril pour violences aggravées par 3 circonstances avec ITT de moins de 3 jours et violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique et transport de substance dangereuse et produit incendiaire
    N. arrêté le 15 avril pour violences aggravées par 3 circonstances avec ITT de moins de 3 jours et violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique et port d’arme blanche.
    RENDU :
    COUPABLES (même peine pour tou.te.s) : 8 mois de prison avec sursis + interdiction de Loire Atlantique pendant 18 mois.
    La question des dommages et intérêts est renvoyée sur intérêts civils au 28 juin 2018.

    COMPARUTIONS IMMÉDIATES DU 17 AVRIL 2018 À NANTES

    Affaire 1 :

    Q. a été arrêté le 15/04 sur la Zad, pour violence sur personne dépositaire de l’autorité publique (sans ITT). Il accepte la comparution immédiate.

    RENDU : COUPABLE : 8 mois fermes et 5 ans d’interdiction de présence en Loire Atlantique. Sans mandat de dépôt. La peine sera appliquée en Belgique.

    Affaire 2 :
    J. a été arrêté le 14/04 à la manif à Nantes, vers 19h par la Bac. Il comparait pour outrage, rébellion, violence sur personne dépositaire de l’autorité publique et apologie du terrorisme. Il accepte la comparution immédiate.

    RENDU : COUPABLE : 12 mois de prison dont 6 avec sursis avec mise à l’épreuve (SME). La mise à l’épreuve comprend des obligations de soin, travail et domicile. Il part avec mandat de dépôt.

    COMPARUTIONS IMMÉDIATES DU 18 AVRIL 2018 À NANTES

    Affaire 1 :
    A. a été arrêté le 16/04 sur la ZAD, vers midi sur le chemin de Suez. Il passe au tribunal pour violence sur personne dépositaire de l’autorité publique et refus de fichage.

    Il refuse la comparution immédiate. Et est placé en détention préventive jusqu’à son procès le 9 mai 2018.

    Affaire 2 :
    F. a été arrêté le 16/04 sur la ZAD. Il comparait pour violence sur personne dépositaire de l’autorité publique (3 jours d’ITT), outrage, rébellion et port d’arme de catégorie D. Il reconnaît le port d’arme et accepte la compa.
    RENDU : COUPABLE : 8 mois fermes (sans mandat de dépôt), 5 ans d’interdiction de présence en Loire Atlantique, 700€ de dommages et intérêts pour le flic, 600€ (art. 575-1)

    RECAP DES PROCÈS A VENIR ET CUMUL DES PEINES AU 19 AVRIL

    Procès à venir :
    – 24 avril 2 rappels à la loi pour la manif du 3 avril à Nantes
    – 9 mai 14h à Nantes : renvoi de 2 comparutions immédiates (18/04/18 : A. et F)
    – 17 mai 14h à Nantes : renvoi d’une comparution immédiate (17/04/18 : J)
    – 18 mai à 14h à Saint Nazaire : renvoi d’une comparution immédiate (17/04/18 : J)
    – 22 mai à 14h à Nantes : renvoi d’une comparution immédiate (16/04/18 : A)
    – 23 mai à 14h à Nantes : renvoi d’une comparution immédiate (16/04/18 : L)
    – 24 mai 14h à Nantes : renvoi de 3 comparutions immédiates (16/04/18 : A et Y et A 17/04/18)
    – 29 juin à 14h à Saint Nazaire : une personne convoquée
    – 3 juillet à 14h à Saint Nazaire : une personne convoquée pour violence et refus de signalétique (arrêtée le 11 avril sur la ZAD)
    – 6 juillet à 14h à Nantes (tribunal pour enfants) : une personne convoquée pour tentative de vol avec effraction et refus de signalétique et ADN (arrestation à la manif du 14/04 à Nantes)
    – 18 septembre à 14h à Nantes : 2 ou 3 personnes convoquées pour la manif du 14/04 à Nantes
    – 24 septembre à 14h à Nantes : 1 personne convoquée pour la manif du 14/04 à Nantes
    Soit 2 rappels à la loi, 9 renvois de compa, 5 ou 6 convocations et 1 procès pour mineur.

    PETITE COMPTABILITÉ DE LA REPRESSION

    PRISON
    Préventive : 32 jours + 1 mois + 21 jours soit 83 jours

    Ferme : 8 mois + 6 mois (mandat de dépôt) + 8 mois soit 22 mois

    Sursis : 4 mois + 8 mois + 8 mois + 8 mois + 6 mois + 5 mois + 5 mois + 6 mois soit 50 mois

    Donc 4 personnes sont actuellement en prison

    THUNES
    Dommages et intérêts : 150 + 150 + 150 + 500 + 700 soit 1650 €
    Article 475-1 (frais de justice de la partie adverse) : 500 + 500 + 800 + 600 soit 2400 €

    AUTRE
    Contrôle Judiciaire : 4 personnes sous contrôle judiciaire dans l’attente de leur procès soit 4 mois
    TIG : 140h soit 140h
    Interdiction de territoire : 1 mois + 1 mois + 1 mois + 1 mois + 1 mois + 6 mois + 2 ans + 18 mois + 5 ans + 18 mois + 18 mois 5 ans soit 17 ans et 5 mois.
    Obligation de formation : 1 soit 1
    … et les relaxes : 1

    On a quelques messages et remarques en vrac a vous transmettre

    – Jusqu’ici, les personnes qui disaient ne pas avoir participé à la manif et être là par hasard n’ont pas été condamnées à des interdictions de territoire.
    – Le juge qui siégeait à l’audience du 16 à Nantes est le président de la cour et il est connu pour être sévère
    – Les personnes qui avaient suffisamment de garanties de représentation (voir article spécifique) et refusaient la comparution immédiate ne sont globalement pas parties en détention avant leur procès par contre refuser la compa en disant qu’on habite sur la ZAD et qu’on est domicilié.e par une asso ça marche pas pour éviter la préventive.
    – Le Procureur à Nantes parle de la Police Nationale en disant NOUS. Il fait de grandes diatribes sur le saccage de Nantes. S’étale sur le contexte politique, il nomme beaucoup de faits non reliés voir très anciens (Loi Travail, …)
    – 8 CRS sont venus dans la salle pour écouter les rendus à Nantes le 16 avril.
    – RAPPEL : On peut refuser la comparution immédiate quand on est au tribunal devant les juges, au début de l’audience, à ce moment là le tribunal va donc se prononcer sur la remise en liberté ou la détention avant le procès (d’où l’intérêt d’avoir des papiers qui lui prouve qu’on est une personne bien comme il faut)
    – Face à un tribunal on a le droit de garder le silence, de répondre aux questions ou de faire des déclarations.
    – Il semble que comme sur le début de la loi travail ils jouent à la peine « forfait » et cette fois c’est 8 mois de taule …
    – Les tribunaux ont des consignes, les juges et proc’ ont beau relever des incohérences dans les dossiers illes condamnent.
    – Les ITT des flics ne correspondent pas du tout aux faits reprochés (genre la blessure est pas à l’endroit où le coup a été porté) mais la personne est reconnue coupable.
    – Il y a de nombreuses incohérences sur les preuves matérielles (fringues, objets, tetes, …)
    – Les keufs hésitent pas à rapporter au tribunal leur propre vidéoproj’ pour passer des vidéos.
    – Dans les salles d’audience il y a vraiment beaucoup de flics de différents corps (Bac, RG, CRS, …)
    – Selon eux-mêmes, les gendarmes savent voir à travers les lacrymos !
    – Le procureur sur une compa a beaucoup réutilisé les propos tenus en GAV et notamment les propos politiques.

    Appel : aux personnes qui prennent des images*. Si vous avez des images d’interpellations et du contexte avant, pouvez vous nous contacter sur legalteamzad@riseup.net car les flics font beaucoup de fausses déclarations et ça peut aider pour les procès. Mentionner date, heure et lieux pour lesquels vous avez des images.

    On cherche en se moment en particulier des images des 2 moment suivants:
    – derrière la barricade de lascar pour une interpellation vendredi 13 avril a 6h40,
    – devant la barricade de lascar le dimanche 15/04 à 19h20-19h50.

    – La ou la première semaine des expulsions sur la ZAD les gendarmes étaient surtout en mode « faire avancer les démolitions », cette semaine ils ont été beaucoup plus focalisé sur faire des interpellations, faites attention à vous.

    – Les gendarmes font souvent la stratégie de générer une émeute à un endroit pour occuper les gen.te.s et faire autre chose plus loin sans être embêté. C’est ce qui se passe quand ils nous occupent a Lascar sans y faire vraiment qq chose.

    – Sur le compte twitter de la gendarmerie nationale on peut trouver des communiqués et informations sur la situation a nddl et les arrestations.

    – A Nantes samedi pour la manifestation il y avait 40 baceux de Rennes en renfort et des flics on été vus se baladant avant la manif avec des trombinoscopes.

    – Pensez vraiment à avoir des garanties de représentation (cf article sur zad.nadir) et à dire à vos potes où elles sont.

    – Si vous pouvez, venez sur zone avec les copies et non les originaux de vos permis, cartes d’identité, … parce que les flics jouent un peu à piquer des sacs.

    * filmer surtout les flics et ne pas faire des images incriminant pour les camarades.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *