L’injuste destin de Fanny Mendelssohn

Il était une fois un frère et une sœur : Félix et Fanny. Tous deux étaient porteurs d’un nom prestigieux : Mendelssohn. Pour lui comme pour elle, la musique fut une passion ; ils lui consacrèrent leur existence. Dans la lumière pour Félix. Dans l’ombre de son frère pour Fanny…

Á 15 ans, Fanny, de quatre ans l’aînée de Félix, manifestait des dispositions exceptionnelles pour la musique. Interprète de talent et compositeur en devenir, elle était appelée à devenir la première grande dame de la musique allemande*, une artiste de tout premier plan, à l’égal des Moscheles, Schumann ou Weber. Passionnée par l’exercice de son art, la jeune fille aspirait de tout son être, sinon à cette consécration, du moins à une carrière professionnelle. Une ambition qu’elle partageait avec son cadet Félix – alors âgé de 11 ans – qui montrait les mêmes étonnantes capacités créatrices que sa sœur. C’est alors que Fanny reçut de son père une terrible lettre au cours du mois de juillet 1820. En quelques mots empreints d’une pensée digne de Rousseau, le riche banquier Abraham Mendelssohn Bartholdy brisa les rêves de sa fille : « La musique deviendra peut-être un métier pour Félix, alors que pour toi elle doit rester seulement un agrément mais en aucun cas la base de ta vie et de tes actes. (…) Ta joie sincère devant les louanges dont bénéficie Félix démontre qu’à sa place tu en aurais mérité autant. Reste fidèle à ces sentiments et à cette conduite car ils sont féminins, et seul ce qui est féminin peut être un attrait pour ton sexe. »

On ne discutait pas la volonté paternelle chez les Mendelssohn. Et c’est ainsi que Fanny, en plein essor créatif, fut définitivement écartée d’une carrière professionnelle que son talent exceptionnel laissait présager. Et cela d’autant plus qu’empêchée par son père, elle dut également subir par la suite la volonté de ce frère auquel elle voua toute sa vie une grande admiration mais qui ne fit rien pour la sortir du rôle d’auxiliaire auquel l’avait reléguée la volonté d’Abraham Mendelssohn. Un rôle subalterne auquel était alors vouées les femmes, tous milieux confondus, dans une Allemagne qui ne se départit de cette pesante discrimination qu’au lendemain de la 2e Guerre mondiale, après l’avoir parfois érigée jusqu’à la caricature, à l’image de la fameuse règle des trois K – « Kinder, Küche, Kirche » (les enfants, la cuisine, l’église) – qui connut son apogée sous le régime nazi.

Née en 1805 à Hambourg dans un milieu ouvert aux arts – sa mère était elle-même une bonne pianiste –, Fanny avait pourtant reçu, dans la ville bouillonnante de création qu’était alors Berlin où la famille s’était installée, une éducation musicale remarquable. Elle bénéficia en effet des mêmes professeurs que son frère Félix, notamment des cours de piano de Ludwig Berger et surtout de l’enseignement du compositeur et pédagogue Carl Friedrich Zelter, par ailleurs professeur de musique et ami personnel de Goethe. Malgré les dons remarquables de la jeune fille, et sans doute par une conviction personnelle alliée à la crainte de contrarier Abraham Mendelssohn, c’est le jeune Félix que Zelter prit sous son aile protectrice pour le présenter à Goethe et, à 16 ans, lui mettre le pied à l’étrier de la notoriété.

Écartée de la voie qu’elle comptait suivre, Fanny ne s’éloigna pourtant pas de la musique pour laquelle elle garda un goût très marqué. Mieux : conformément au vœu de son père, elle se mit au service de son frère sans renoncer pour autant à composer mais sans espoir de publication. Un frère auquel Abraham Mendelssohn, convaincu par les témoignages élogieux que son fils suscitait, n’hésita pas à louer, dès l’âge de 17 ans, un orchestre pour tester ses œuvres ! Dès lors, Fanny devint une sorte d’imprésario pour ce frère surdoué, organisant les concerts et les tournées, et réunissant autour de Félix dans la maison familiale les compositeurs de renom comme Gounod, Liszt, Clara et Robert Schumann.

Le mariage de Fanny avec le peintre Wilhelm Hensel en 1829 – elle était âgée de 24 ans – ne la détourna pas de la musique. Bien au contraire, le mari de Fanny l’encourageait, et sans aucun doute eût-il été ravi qu’elle publiât des propres œuvres. Mais son frère s’y opposa avec fermeté, reprenant le flambeau de la volonté paternelle. Tout juste accepta-t-il de mêler 6 des lieder de Fanny à ses propres opus 8 et 9, preuve évidente qu’il les jugeait dignes d’y figurer. Á juste titre d’ailleurs comme le montra l’éloge fait par la reine Victoria à l’un de ces lieder, écrit de la main de… Fanny. Le comble dans cette absurde discrimination est que Félix éprouvait pour sa sœur une profonde affection qui ne se démentit jamais, mais son éducation et les préjugés sur le statut des femmes hérités de son père l’empêchèrent jusqu’au bout de lui donner la chance que son talent méritait.

Fanny Mendelssohn mourut à 42 ans, le 4 mai 1847, victime d’un accident vasculaire cérébral. Six mois plus tard, Félix, douloureusement chagriné par le décès de sa sœur, disparaissait à son tour dans les mêmes conditions après avoir écrit un dernier quatuor en hommage à cette sœur qu’il chérissait mais dont il avait largement contribué à stériliser l’élan créateur.

L’œuvre de Fanny, n’en comprend pas moins de 400 pièces, pour l’essentiel des lieder et des pièces pour le piano ou l’orgue, mais également de la musique de chambre, des cantates et un oratorio. Seul un petit nombre de ces œuvres figure dans la discographie, un oubli qui sera probablement réparé dans les années à venir. Ce ne serait que justice si l’on en croit Charles Gounod qui, à la mort de son amie Fanny, déclara : « Madame Hensel a été une musicienne inoubliable, une excellente pianiste et une femme d’une intelligence supérieure. Elle était petite et mince, mais le feu qui brûlait dans ses yeux révélait une extraordinaire énergie. Comme compositeur, elle a été exceptionnellement douée. »

Loin des carcans sociaux discriminateurs de notre planète, peut-être Fanny Mendelssohn compose-t-elle désormais pour les chœurs célestes à égalité avec ce frère qu’elle a tant aimé et à la carrière duquel elle s’est sacrifiée ?

* Quelques rares femmes-compositeur s’étaient déjà illustrées en Europe, et cela dès le 17e siècle pour Barbara Strozzi et Francesca Caccini en Italie, ainsi qu’Élisabeth Jacquet de la Guerre en France. Mais en Allemagne, aucune femme n’avait encore réussi à inscrire son nom dans le gotha des musiciens germaniques. Fanny Mendelssohn et Clara Schumann seront les premières, mais également les seules du 19e siècle, à connaître une certaine notoriété, imitées en France par Louise Farrenc et Cécile Chaminade.

7 pensées sur “L’injuste destin de Fanny Mendelssohn

  • avatar
    21 décembre 2010 à 8 08 49 124912
    Permalink

    Bravo pour cet article! J’aime beaucoup les oeuvres de Fanny. On peut aussi faire un parallèle avec le tandem Camille Claudel / (*) Rodin…

    Répondre
    • avatar
      21 décembre 2010 à 10 10 14 121412
      Permalink

      Bonjour, Mestengo.

      Vous avez raison pour le parallèle, au détail près que les Mendelssohn étaient frère et soeur.

      Un autre couple a longtemps présenté les mêmes caractéristiques : Colette et Willy, la première ayant servi de « nègre » au second avant de s’affranchir de lui. A juste titre car comme l’a dit lui-même avec humour Willy (Henry Gauthier-Villars deson véritable nom) « Il ne faut pas poéter plus haut que son luth », et manifestement le sien ne valait pas celui de son épouse !

      Répondre
  • Ping :L’injuste destin de Fanny Mendelssohn Cent Papiers Tue, 21 Dec 2010 13:57:12 | Region MAG

  • avatar
    22 décembre 2010 à 1 01 13 121312
    Permalink

    Pour avoir «joué/interprété» Fanny et Félix, je reste persuadée que Félix lui a «volé» plusieurs de ses compositions. Ce dernier a intitulé l’une de ses séries: «Songs without words», tandis que Fanny a intitulé l’une des siennes : «Songs Without Names» – symbolique!

    Son statut de «femme» a fait en sorte qu’elle a été littéralement écrasée par le père et le frère, compte tenu de la mentalité de l’époque, bien sûr. C’est en étudiant/jouant les deux que j’ai compris qu’elle était plus douée que son frère.

    Too bad for her…

    Répondre
    • avatar
      22 décembre 2010 à 3 03 13 121312
      Permalink

      Bonjour, Mestengo.

      Il est possible, sinon probable, que les oeuvres de Fanny Mendelssohn publiées sous des n° d’Opus de Félix ne se soient pas limitées aux quelques pièces des Opus 8 et 9. Mais, à ma connaissance, cela n’a pas été démontré.

      Quoi qu’il en soit, il faut saluer le rôle de Wilhelm Hensel qui a tout fait pour que Fanny continue à écrire et qui aurait souhaité qu’elle puisse publier sous son propre nom.

      A l’image de Clara Wieck-Schumann, cela aurait probablement été le cas si Fanny avait survécu à son frère et pu ainsi être dégagée de la parole donnée à Abraham. Le destin en a voulu autrement.

      Répondre
  • Ping :Les grands concertos pour basson | Les 7 du Québec

  • Ping :Les grands concertos pour flûte | CentPapiers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *