L’opération séduction du FN auprès des financiers

Recherche menée par Robert Gil

FASHION-CHINA-HEMPEL-AWARDLes responsables économiques du Front national ont rencontré des banquiers d’affaires et des investisseurs, à Bruxelles et à Paris. Ils ont présenté leur programme et tenté de rassurer sur ses conséquences, avec un résultat plutôt mitigé.

Rarement élection française n’aura autant préoccupé le monde de la finance. Les grands gérants internationaux, comme Pimco, l’un des plus grands fonds obligataires au monde, ou BlackRock, font plancher leurs analystes sur les résultats potentiels de la présidentielle. Idem pour les grandes banques d’affaires, JP Morgan, Morgan Stanley, Citigroup, UBS, ou Nomura. L’objectif ? Décrypter les grands enjeux électoraux, au premier chef la probabilité d’une victoire du Front national et son impact économique.

Une question tellement prise au sérieux que certains de ces grands financiers ont rencontré, ces dernières semaines, des représentants du FN. Cette pratique est habituelle pour les grands candidats à une élection présidentielle, mais c’est la première fois que le parti de Marine Le Pen est concerné. D’après l’agence Bloomberg, Bernard Monot, le chef économiste du FN, et Mikael Sala, président du collectif Croissance Bleu Marine, ont notamment rencontré des analystes de Barclays, d’UBS et de BlackRock. La société de gestion a reconnu dans un communiqué qu’« une é quipe de stratégistes du BlackRock Investment Institute a rencontré les équipes économiques des principaux candidats pour comprendre leurs propositions en matière de politique économique ».

Selon nos sources, Jean Messiha, coordinateur du projet présidentiel de Marine Le Pen, s’est également exprimé la semaine dernière devant des investisseurs à Paris. Cet énarque d’origine égyptienne, docteur en économie et en disponibilité du ministère de la Défense, est l’un des principaux théoriciens frontistes d’une sortie de l’euro.

.

Risque politique

Pour le Front national, l’objectif de ces rencontres est clair : apaiser les craintes des marchés, y compris sur les conséquences d’un retour au franc. « Nous leur disons : nous allons honorer la signature de la France, et nous nous engageons à maintenir la stabilité économique, monétaire et financière du pays », a ainsi expliqué Bernard Monot à Bloomberg. Pour bien faire passer le message, ils s’expriment même en anglais, bravant ainsi l’interdiction faite à ses équipes par Marine Le Pen d’utiliser une autre langue que le français.

Avec quels résultats ? Bernard Monot affirme que ses interlocuteurs sont « rassurés », voire « surpris ». Néanmoins, si certains d’entre eux reconnaissent effectivement que le discours économique du FN est plus structuré qu’ils ne l’imaginaient, ce dernier est loin de faire l’unanimité. Un financier est ainsi ressorti « effaré » d’une des rencontres parisiennes.

Surtout, la pression sur la dette française liée aux inquiétudes sur une potentielle victoire de Marine Le Pen est loin d’avoir disparu sur les marchés. Ce que confirment les bureaux d’études des grandes banques. « Le risque politique français va rester une source de préoccupation dans les semaines à venir », note ainsi Barclays. Et Natixis constate « une diffusion progressive du risque France au marché monétaire, au marché des CDS bancaires ».

vu sur Anti-K

Une pensée sur “L’opération séduction du FN auprès des financiers

  • avatar
    30 juin 2019 à 10 10 40 06406
    Permalink

    Le RN (anciennement FN) possède deux atouts très forts : il est anti-immigration, il est pour la sortie de l’UE !

    En effet, c’est cette immigration islamique et cet euro qui sont les causes principales du déclin de la France. Il est clair de comprendre que c’est le nouvel ordre mondial qui est derrière, c’est cette secte qui a fondée l’UE (et non pas les pays européens) et c’est elle encore qui organise l’invasion de l’Occident par ces hordes de sauvages pour obtenir un métissage de la population de race blanche.

    Je n’ai pas encore vu le nécessaire rapprochement avec la Russie et la Chine pour contrebalancer la néfaste domination des USA.

    Comment seront sécurisés nos besoins en énergie ?
    Comment rétablir la démocratie ?
    Comment éjecter toute la crasse étrangère installée illégalement en France ?
    Comment rétablir les finances de l’état ?

    Le RN subit aussi des tares, le clan néo-nazi ou détournement d’argent par ses élus, dont il doit se débarrasser.

    Enfin, pour réussir le RN doit tout d’abord se débarrasser du boulet qui est à sa tête, Marine Le Pen, il lui faut un chef présidentiable !

    S’il n’y a plus de possibilité démocratique par le vote, il ne reste que l’insurrection :

    http://www.louisgaiffe.fr/415494413 Haut les cœurs.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *