Loreena McKennitt la flamboyante

 

FERGUS :

Avec sa crinière rousse, sa longue silhouette svelte et ses robes médiévales, elle ressemble à une héroïne de légende celte. Et c’est tout naturellement cet univers que Loreena McKennitt a choisi de mettre en musique. Pour fêter ses 30 ans de carrière, l’atypique chanteuse canadienne nous a offert le 4 mars un superbe best-of…

Née en février 1957 dans une petite ville proche de Winnipeg, c’est dans le Manitoba que Loreena McKennitt passe son enfance, entre un père éleveur de bétail et une mère infirmière. Rien ne prédispose alors la fillette à devenir une icône de la culture celtique. Attirée par la musique et encouragée dans cette voie par sa famille, Loreena étudie avec application le piano et le chant, bien servie par une voix d’exception qui fera d’elle plus tard la soprano que l’on connait. La révélation de sa future carrière survient lorsqu’elle est adolescente en découvrant le répertoire du talentueux quatuor irlandais Planxty (Follow Me Up To Carlow !, The Raggle Taggle Gipsy) et surtout l’univers musical du chanteur et harpiste breton Alan Stivell, l’homme qui, avec des titres comme Tri Martolod ou la Suite sudarmoricaine, a redonné à la musique bretonne une audience internationale dans le cadre du « revival » celtique.

Pianiste, harpiste, mais aussi auteur-compositeur-interprète, Loreena a, sous son propre label Quinlan Road, signé 10 albums et vendu 14 millions de CD et du DVD enregistré en concert à l’Alhambra de Grenade en 2007 (full concert). La plupart des titres, qu’il s’agisse de thèmes traditionnels ou de compositions personnelles, plongent leurs racines dans la culture et les légendes celtes. Un monde celtique auquel la chanteuse est d’autant plus attachée qu’elle a des origines écossaises et irlandaises dont sa chevelure flamboyante est le plus spectaculaire témoignage. 

La musique de Loreena Mc Kennitt n’en est pas moins située à part dans la production du genre. D’album en album, cette grande artiste s’éloigne en effet, dans ses compositions, des rudes contrées d’Écosse ou des rivages battus par les vents de la verte Irlande pour métisser son œuvre d’inattendus prolongements. Loreena nous embarque ainsi dans des périples poétiques jusque dans les sables brûlants de l’Afrique du Nord ou, via Venise et Istanbul, sur les traces de Marco Polo en quête de la soie dans la lointaine Asie.

On retrouve cette ambiance si particulière et si profondément envoûtante dans son album le plus abouti et le plus personnel, The Book of Secrets (1997), une formidable épopée musicale aux allures de voyage initiatique qui nous mène du cœur de la vieille Irlande jusqu’aux reliefs de l’Anatolie et aux immensités du Caucase. Directement inspiré par les écrits de Dante, de Marco Polo ou de l’historien William Dalrymple, et servie par des musiciens de grande qualité, The Book of Secrets (full album), est l’occasion d’un formidable voyage intérieur. Un voyage rythmé par les compositions d’une artiste surdouée, elle-même pénétrée de la richesse que chacun porte en lui-même dès lors qu’il est capable de fusionner avec les lieux et les cultures qu’il découvre sur son chemin et dont il s’enrichit.

Trois des étapes mises en musique dans The Book of Secrets figurent dans cette compilation de douze titres, intitulée The Journey so far : The Mummer’s Dance, Marco Polo et Dante’s Prayer. Dans la « version de luxe » s’ajoute un second CD live de 9 titres, intitulé A Midsummer Night’s Tour, où figure le très beau Night Ride Across The Caucasus. Deux CD Quinlan Road à consommer sans modération, sachant qu’aux titres évoqués s’ajoutent notamment des « hits » comme The Bonny Swans, Penelope’s Song ou The Lady Of Shalott. Un seul petit regret : ne figure pas dans cette compilation The Highwayman.

« Quand je contemple la route que j’ai parcourue, je redécouvre les gens que j’ai rencontrés, les endroits et les expériences ayant inspiré ma musique, et même les lieux où nous avons composé ou enregistré les albums, et je reste éblouie devant les souvenirs de cette grande et merveilleuse aventure  ». Éblouis, nous le sommes aussi, et le fait que Loreena affecte une partie de ses gains à des causes philanthropiques grandit plus encore cette icône de la musique celtique. The Journey so far, A Midsummer Night’s Tour, ou la certitude de se laisser emporter vers des horizons de légende par les fascinantes mélodies de Loreena McKennitt.

Cette compilation est distribuée en France par le label quimpérois Keltia Musique et au Canada par Universal Music Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *