Lyon Turin, une affaire de gros dessous

La LGV Lyon Turin, ce serpent de mer qui louvoie depuis plus de 20 ans vient de mettre à jour un scandale qui fleure bon le conflit d’intérêt.

Au départ, un ancien ministre des transports, Louis Besson, pour ne pas le nommer, voulant faire de sa chère « capitale de la Savoie », le centre touristique du ski européen, envisage d’y créer une gare TGV, afin de rapprocher Lyon et surtout Paris de Chambéry, et il lance le Lyon Turin, afin de profiter de la manne européenne.

Alors aujourd’hui, comprenant que son projet a du plomb dans l’aile, il est prêt à accepter que le projet s’arrête à Chambéry, affirmant qu’il ira un jour jusqu’en Italie.

Les promoteurs du projet affirment que l’Europe « est d’accord », mais on ne peut que constater que les accords passés doivent encore être validés par de nouveaux accords, et qu’en fait il n’y a pas d’accord définitif. lien

Du coup, des élus, et pas des moindres,  tel Dominique Dord, le député savoyard qui était favorable jusqu’à présent au projet, s’est mis en quasi sécession, et Luc Berthoud, le maire de la Motte Servolex a basculé définitivement dans l’opposition au projet. lien

Dominique Dord, voyant le projet changer éventuellement de destination a déclaré « si le fret doit continuer durablement à passer par Aix et Chambéry, je préfère qu’on abandonne le Lyon Turin et qu’on couvre la ligne historique ». lien

C’est en gros ce que réclament les opposants au projet qui assurent qu’une modernisation de l’existant sur les lignes historiques, autant pour celle qui relie Lyon à Chambéry, puis à l’Italie, que celle qui relie Ambérieu à Chambéry, puis à la Maurienne, peut faire transiter autant de voyageurs, et de marchandises que nécessaire.

Ils s’appuient pour cela sur la technologie autrichienne reprise par un ingénieur savoyard, Michel Martin, permettant en transformant l’existant de supprimer toutes les nuisances de la ligne actuelle, et faisant passer autant de fret qu’il en passe depuis plus de 30 ans. lien

En Italie, ils sont parfois près de 100 000 à descendre dans la rue pour dire non à ce projet. lien

En France la résistance s’organise plus doucement, mais les derniers bastions résistent.

Devant les doutes naissants, des rencontres s’organisent, et des associations nationales défendant l’environnement, (CIPRA, FRAPNA…) après avoir cru que le projet allait dans le bon sens, demandent de nouvelles études, ou s’opposent. lien

Les partisans du projet, pour le faire accepter, affirment que le projet capterait le trafic routier qui passe à Vintimille, ce qui parait peu crédible. lien

Pour justifier une éventuelle rentabilité, ils minorent le coût du projet, le mettant à 10 milliards d’euros, (lien) alors qu’il en  coutera au moins 25. lien

Ils assuraient il y a peu que les voyageurs du  « bassin genevois » (de Genève à Aix les Bains) iraient jusqu’à Chambéry pour rejoindre Lyon, puis Paris.

Mal leur en a pris, puisqu’il y a plusieurs mois, les Helvètes ont financé en grande partie la modernisation de la ligne des Carpates, qui relie directement Genève à Macon, puis à Paris. lien

Pour emporter le morceau, Louis Besson est allé jusqu’à affirmer que la réalisation du projet permettrait la création de 30 000 emplois équivalent temps plein, alors que le chiffre serait plutôt de 3000. lien

Or, ces 3000 ne seront, si on compare ce chantier à d’autres, que 1000 recrutés localement, le temps du chantier, les 2000 autres venant de pays à bas salaires, comme la Bulgarie, la Roumanie… pays dans lesquels les salaires moyens avoisinent plutôt les 100 euros que les 1500. lien

Au conseil régional Rhône Alpes, le lobbying a été d’abord mené par Charles Millon, qui voulait sans doute faire oublier sa gare TGV à Satolas-St Exupéry, laquelle a couté une petite fortune, et qui ne voit passer, aujourd’hui encore que seulement  quelques 200 voyageurs par jour. lien

Aujourd’hui, c’est JeanJack Queyranne qui reprend le flambeau, avec l’appui d’un écologiste mal inspiré, Gérard Leras.

Convaincus que le projet pourrait reporter une partie du trafic poids lourds sur cette ligne espérée, ils ferment les yeux sur les énormes  dommages environnementaux que subiraient trois départements, au moment ou la cour des comptes constate l’échec du concept de fret ferroviaire Modhalor à Ayton, lequel aurait même contribué à « améliorer la compétivité du fret routier ». lien

Pourtant la ligne actuelle transformée pourrait répondre aux objectifs du projet, d’autant que le tunnel ferroviaire de Fréjus a été modernisé, agrandi, et que le fret dans ce secteur stagne depuis plus de 30 ans.

Sentant que le projet pourrait être abandonné ou renvoyé aux calendes grecques, Queyranne commence à brandir un « argument de poids » : près de 800 millions d’euros ont déjà été dépensés dans le cadre des études (descenderies en Maurienne, et expertises), et il faut continuer, sous entendu, même si c’est une erreur majeure. lien

En effet, Jérôme Cahuzac, ministre du Budget, confirmé par le premier ministre, a fait savoir que, par ces temps de crise, les grands projets d’infrastructure dont le bien fondé ne serait pas prouvé, seraient abandonnés, mettant le Lyon Turin dans la liste menacée. lien

Dans ce paysage tourmenté, un nouveau scandale vient d’éclater. lien

Il y avait dans les rangs des commissaires enquêteurs, un certain Guy Truchet, ingénieur en travaux publics. lien

Or ce même Truchet a un frère, Roger Truchet, patron d’une entreprise de travaux public à St Jean de Maurienne (lien) lequel a acquis comme par hasard dans le secteur concerné un terrain pour une bouchée de pain (3,81 € le mètre carré), soit pour environ 350 000 euros. lien

Manifestement doué dans les affaires, Roger Truchet est aussi à la tête d’une Sarl immobilière, et il aura ainsi des matériaux pas trop chers pour construire dans sa région. lien

Guy Truchet, le commissaire enquêteur, a proposé à ses confrères de la commission d’enquête, de choisir le terrain de son frère, afin d’accueillir le quasi million de mètre cubes de déblais, ainsi qu’on peut le découvrir dans le rapport d’enquête à la page 124 : « la commission invite RFF (…) d’étudier le mémoire de l’entreprise Truchet TP, qui propose de mettre à la disposition du projet un terrain de 9 hectares (…) pour y stocker de manière définitive 950 000 m3 de déblais… ».

Comme l’écrit le « Canard Enchainé » dans son numéro du 3 octobre 2012 « une affaire : le million de mètre cubes de sable et de gravier (…) peut générer aujourd’hui un chiffre d’affaire de 20 à 50 millions d’euros (…) de quoi recouvrir le conflit d’intérêt ». lien

Une affaire juteuse donc, puisqu’après avoir acheté un terrain pour 350 000 euros, il rapporterait, si le projet se réalisait jusqu’à 50 millions d’euros.

Les opposants au projet qui dénonçaient le manque d’esprit critique de cette commission, laquelle a repris sans état d’âme les conclusions de RFF, s’interrogent de plus en plus sur l’impartialité de cette commission, laquelle a validé les yeux quasi fermés, le projet,  et le conseiller régional Noël Communod demande maintenant l’annulation de l’enquête d’utilité publique.

Il faut rappeler que, à la question posée sur la rentabilité du projet, les commissaires enquêteurs ont seulement fait savoir que ce serait à l’utilisateur de la ligne d’en assurer la responsabilité.

Sur la question du bruit, alors que des mesures prises sur une ligne TGV du coté d’Angers affichaient près de 130 dB, (lien) les commissaires enquêteurs, tout en doutant de cette réalité, s’appuyant sur les dires de RFF, s’en sont remis à « l’obligation de résultats », promis par RFF, qui affirme que les trains ne dépasseront pas les 65 dB prévus par la loi, sauf que s’il y a dépassement une fois le projet réalisé, on se doute bien qu’il ne sera plus question de démonter les voies.

Il faut rappeler qu’à 110 dB, on atteint le seuil du risque de surdité, et que les « murs antibruit », outre le fait qu’ils privent l’habitant du paysage habituel, ne peuvent rien faire lorsque la ligne LGV se trouve en fond de vallée, puisque les habitations sont fatalement au dessus. lien

A la question posée par les opposants sur la dévalorisation du patrimoine estimée à 30% par des experts de l’immobilier, même pour les habitations relativement éloignées de la ligne, rien n’est prévu pour réparer le dommage subi.

La COLT (coordination opposée au Lyon Turin), entend bien faire entendre sa voix lors du sommet franco italien, prévu début décembre 2012, à Lyon. lien

Ce sommet bilatéral mettra à l’ordre du jour la question de la ligne LGV Lyon Turin, lors de la rencontre entre François Hollande et le président du conseil italien, Mario Monti. lien

On comprend que les opposants au projet, tant du coté français qu’italien, viennent s’inviter à la fête, pour leur parler entre autres de cette vilaine affaire de dessous de table.

Comme dit souvent mon vieil ami africain : « l’esprit, c’est comme un parachute, il ne sert que lorsqu’il est ouvert ».

L’image illustrant l’article vient de « artcjs.com »

Merci aux internautes de leur aide efficace

Olivier Cabanel

Articles anciens

Lyon Turin, un chantier bien occupé

Lyon Turin, un mensonge régional

Chimilin ne veut pas mourir

Le fret ferroviaire sur une voie de garage

Le malheur est dans les prés

Un train peut en cacher un autre

Ils n’arrêteront pas le printemps

Réussir le fret ferroviaire

Le TGV Lyon Turin est un projet ringard, prétentieux et couteux.

100 000 à dire NON !

Un enfer au Paradis

Un débat qui déraille

Vite et bien ne sont pas compatibles

Des trains sans entrain

Fret, la nouvelle bataille du rail

Une autoroute sans camions