Mali : De la guerre humanitaire au probable pillage économique.

 

drapeau-maliDerrière les plis de l’actualité, les non-dits, l’escroquerie intellectuelle et médiatique, la ruse et le mensonge, de cet impérialisme meurtrier, accompagné toujours d’un discours humanitaire, qui est entrain de vouloir rééditer ses exploits passés, il faut dire non. Des amis Maliens, sensibles à la propagande, n’ont pas hésité à me traiter de tous les noms d’oiseaux. Mais, derrière cette façade triturée du bien se cache en fait, le bruit et la fureur. Le refus permanent de tendre la main, le diktat, la violence et le perpétuel logos morbide et mortifère.

Il n’est pas utile de revenir ici sur les exploits des prêcheurs de haine qui s’habillent d’oripeaux élogieux pour semer la misère, la détresse et la mort. Pour ceux qui ont suivi mon débat tout à l’heure sur la radio suisse Kanal K, mon interlocuteur n’a pas hésité à me dire qu’on m’offrira un logis chez les Touareg. Pire, il a nié même le fait qu’un problème touareg existe, en arguant même que l’Azawad était une fabrication. C’est triste. Comment peut-on prôner la paix en cherchant à diviser ? Je m’interroge.

Les différents Gouvernements maliens qui se sont succédés n’ont jamais tenu en compte le cas de cette région où il manque tout. On peut comprendre les alliances avec des islamistes. La France n’a-t-elle pas fait la même chose pour évincer le frère Guide Mouammar Kadhafi en s’alliant avec Aqmi  ? Passons.

Encore heureux d’entendre les autorités françaises annoncer que l’aéroport de Gao est entre leurs mains et l’armée malienne. Personne, ici ou là, ne veut de ces djihadistes qui veulent tout imposer aux autres. La France doit être logique dans sa lutte supposée contre le terrorisme. Comment la France peut-elle, aujourd’hui, parler d’humanitaire avec ses exploits en Libye ? Avec un tel parcours jonché de macchabées, il serait plus intelligent de se taire sur le dossier syrien et rechercher la paix au lieu d’attiser les tensions en mettant de l’huile sur le feu.

La France mène une guerre sans réel combat. Après des bombardements, les djihadistes quittent les villes et les armées française et malienne s’y installent. Des escarmouches ? Il n’y en a pas vraiment. Comment ne pas attester que ces islamistes sont des alliés de la France ? Ce pays colonialistes, après avoir installé le chaos dans le sahel, justifiera l’installation d’une base militaire pour protéger ledit sahel. On connaît la chanson. Après, les multinationales s’installeront.

Les islamistes ont bien aidé la France à s’installer définitivement au Mali. La re-colonisation est en marche. Chiche…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *