Mélenchon doit-il se présenter à la députation?

ALLAN ERWAN BERGER   voici un texte qui a tourné lors des élections législatives de 2015 en France. Rincé par de nombreuses activités politiques soutenues, le porte-parole du Front de gauche devait-il aller encore se faire roussir le poil lors d’un conflit où il semblait n’y avoir rien à gagner sinon des coups, ou devait-il malgré tout porter un témoignage&nbp;? Dans le même temps, nous apprenions que ce monsieur envisageait d’écrire, et ce serait là peut-être bien la seule œuvre véritablement impérissable de cet auteur, un texte sur l’amour. Que reste-t-il aujourd’hui de ce genre de discussion ?


Mélenchon doit-il se présenter à la députation ?
Réponse : NON !

Ne peut-on faire un mouvement, au Front de Gauche, sans vouloir que Mélenchon l’inaugure ou en soit l’emblème, la figure de proue ? Voilà quelqu’un qui fut candidat, qui attire aujourd’hui l’intérêt et la sympathie des autres partis de la Gauche européenne, et qui est même député européen. N’allons pas lui demander de se rétrograder à l’Assemblée Nationale, sous le fallacieux prétexte qu’étant notre héros, notre demi-dieu, il faudrait qu’il ouvre la voie ! Que d’autres, qui n’ont pas ces postes, y montent, et laissons Mélenchon travailler en paix, pour qu’il écrive enfin son roman d’amour, que nous serons curieux de lire, étant bien assurés qu’il saura en parler avec bonheur ; qu’il donne des conférences sur l’Histoire, sur la Commune, Rosa Luxembourg ou Cincinnatus – Cincinnatus justement qui, ayant fait le boulot, retourna chez lui et reprit ses activités là où ils les avait laissées.

S’il faut vraiment qu’il bouge, alors que Mélenchon inspecte nos troupes, il sera fêté avec tapage. Qu’il aille en Grèce visiter les camarades, qu’il aille en Allemagne discourir sous le nez de Merkel, qu’il montre à l’étranger que la France de gauche n’est pas un tas de méduses !

Qu’il donne du cœur et du courage, puisqu’il le fait si bien, et nous autres montrons-lui qu’il n’est pas le seul à ramer, ou pédaler, tandis qu’on l’acclame en agitant des drapeaux. La première des marques de respect qu’on peut lui porter est de le soulager du principal fardeau – qui est de servir de porte-voix et non pas de héros à tout faire – et de chercher, en s’inspirant de ses actions, à le seconder dans son apostolat. Le travail doit être partagé.

Et puis, quel cadeau bizarre et vaguement empoisonnant ! Car enfin, une nette victoire de Mélenchon à Hénin-Beaumont ou ailleurs ne signifierait qu’une chose : que les gens auront voté pour lui personnellement. Comment savoir, alors, s’ils auraient voté aussi fort pour un Front de gauche représenté par un quidam moins célèbre ? Le courage est de monter à l’assaut sans notre fier candidat, pour porter nous aussi les valeurs qu’il a si bien su mettre en lumière.

.

Mélenchon doit-il se présenter à la députation ?
Réponse : OUI !

J’extrais ce commentaire de la zone de modération, commentaire fourni par @adisl76, qui avait semblé, sur Twitter, tenir une position opposée à la mienne, et qui l’explique ici :

« Je ne me fais pas une fixette sur Mélenchon. Je trouve simplement qu’il sera plus utile la-bà si jamais il décide de se présenter aux législatives. Au final, c’est lui qui décide. Je tiens à dire simplement que le combat contre l’extrême droite mérite également des symboles et que dans le jeu médiatique que nous ne maîtrisons pas du tout, la LE PEN a bien plus à perdre que Mélenchon. Et rien que pour cela, cela vaut le coup… Et si il perd ? Hé bien il repartira au charbon comme nous tous car nous sommes des têtes dures. »

Voilà voilà. Du coup, je ne sais plus quoi penser qui soit bien péremptoire, arrêté fixé poing sur la table. Sitting Bull, voir ci-dessous, pense le contraire du contraire, c’est-à-dire un peu comme moi, sauf qu’il n’aimerait vraiment pas voir la Méluche se faire poutrer, tandis que je n’y avais pas songé.

Finalement, pour se faire une idée plus claire des enjeux vrais (ce qu’on ne risque pas de trouver sur europe1.fr etc.), on peut se reporter au dernier billet de Mélenchon lui-même, où il dit entre autres choses que sa candidature ne se décidera qu’en accord avec les militants. Du moment qu’on ne le prie pas de venir sauver une situation…

avatar

Allan Erwan Berger

Le grand point est d'avoir l'oeil sur tout.

2 pensées sur “Mélenchon doit-il se présenter à la députation?

  • avatar
    20 octobre 2018 à 2 02 23 102310
    Permalink

    Comme il n’est pas à une contradiction près, peut-on rappeler que ce Monsieur veut rendre le vote obligatoire (comme son ancien ami F. de Rugy du reste) ► https://www.20minutes.fr/elections/2060983-20170503-consultation-insoumis-oui-vote-obligatoire-faisait-bien-partie-programme-melenchon Et on comprend bien pourquoi !

    Et que pour lui ; La Votation est la (seule) solution ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/10/28/pour-melenchon-la-solution-est-dans-la-votation/

    Et encore à l’époque, n’avais-je pas lu, dans son intégralité, le texte de Sébastien Faure « Électeur écoute ! Et si tu l’oses, vote encore ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2018/05/23/et-maintenant-electeur-vote-encore-si-tu-loses-sebastien-faure-bureau-anti-parlementaire-1919-reedition-1924/

    JBL

    Répondre
  • avatar
    20 octobre 2018 à 2 02 38 103810
    Permalink

    Souvent je me demande ce que le Père Peinard lui aurait mis à la Merluche, avec ses mots à lui, Turellement !

    Alors, on peut avoir une petite idée, notamment en lisant : Le Muselage Universel, écrit en 1896, parce que plus de 100ans plus tard, il leur fout toujours les j’tons, le Père Peinard ; Y a pas à tortiller : cette vaste blague de la souveraineté populaire est tombée rudement à pic pour nous faire perdre le nord. Sans elle on serait arrivé à comprendre que le gouvernement est une mécanique dont tous les rouages fonctionnent dans le but de serrer la vis au populo ; puis, avec deux liards de réflexion, on aurait conclu que le meilleur usage qu’on puisse faire de cette affreuse machine, c’est de la foutre au rencard.

    On en serait venu à conclure que pour avoir ses coudées franches, pour vivre sans emmerdements, faut se passer de gouvernement.

    Tandis que, grâce à l’embistrouillage de la souveraineté populaire, on a eu un dada tout opposé : on a cherché, — et des niguedouilles cherchent encore, — à modifier la mécanique gouvernementale de façon à la rendre profitable au populo.

    Comme d’autres se sont attelés à la découverte du mouvement perpétuel ou de la quadrature du cercle, certains se sont mis à la recherche d’un bon gouvernement. Les malheureux ont du temps à perdre ! Il serait en effet plus facile de dégotter la boule carrée ou de faire sortir des crocodiles d’un œuf de canard que de mettre la main sur un gouvernement qui ne fasse pas de mistoufles au pauvre monde. (Page 32)

    Et encore page 37 ;

    Viennent ensuite les carrés des élus : celui des socialistes est le plus maigre ; celui des réacs le suit, puis celui des radicaux. Faisant la loi à tous ceux-là nous tombons ensuite dans le trou à fumier des opportunards et des ralliés : c’est eux les plus forts, et c’est eux qui gouvernent… et ils ne sont pas le quart des votards.

    Et encore, foutre, faut-il pas crier trop haut qu’ils gouvernent ! Les 300 bouffe-galette qui représentent ces 2. 300.000 votards ont en effet à balancer les 270 birbes des diverses oppositions. Seulement, y a de tels mic-macs à l’Aquarium que la plupart du temps, les députés se fichent de l’opinion de leurs électeurs autant qu’un poisson d’une pomme.

    Ils votent suivant les ordres d’un ministre ou les ordres d’un distributeur de chèques. De sorte que ces 2.300.000 andouilles qui ont voté pour des bouffe-galette de la majorité, n’ont — même pas eux ! — la veine d’être représentés selon leur cœur.

    En dernier ressort, c’est une douzaine de crapules qui gouvernent la France : des ministres comme Rouvier, Bailhaut ou Dupuy, des distributeurs de chèques comme Arton ou des banquiers comme Rothschild ► [NdJBL : 1896, hein ? Quand on vous dit que ce sont toujours les même à la manœuvre, la preuve par Macron de Rothschild. D’ailleurs rappelez-vous le François Ruffin, qui a appelé à veauter pour MacDeRoth pour faire barrage au FHaine assurant qu’il le combattrait dès le 8 mai au matin = Ah bah on a vu ! Que cela ne servait à rien…]

    Pour lire l’intégralité du texte ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2018/07/textes-choisis-anarchistes-du-pc3a8re-peinard.pdf

    JBL

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *