Modèle américain?

Recherche menée par Robert Gil

desatreLe fameux rêve américain, l’époque où l’Amérique faisait rêver la moitié de la planète et même les 90% de la population. L’époque où tout était possible, et bien, savez-vous à combien étaient imposés les plus riches ?

En 1944, les Américains les plus riches payaient 94 % d’impôt sur le revenu Vous avez bien lu : 94 % d’impôt sur le revenu. Et en 1964, les Américains les plus riches payaient encore 77% d’impôt sur le revenu. Et ça n’empêchait pas qu’il y ait quantité de milliardaires. Les années 1944-1964 étaient des années de prospérité économique aux Etats-Unis. Les prisons étaient loin d’être pleines, le service public de l’éducation de qualité et la classe moyenne florissante.

Mais là-bas comme partout, la classe dominante en veut toujours plus, et bien qu’elle soit déjà milliardaire, elle désire devenir multi-multi milliardaire, et alors peu à peu des lois ont été votées pour diminuer l’impôt. Tant que la classe moyenne et les salariés n’étaient pas encore trop touchés et qu’ils avaient foi en l’Amérique, personne ne protesta. Si bien qu’en 1981, l’impôt des plus riches était tombé à 67%. Prés de 30% en moins en moins de 40 ans ! La santé économique aux Etats-Unis était toujours excellente, l’Amérique faisait toujours rêver ! Mais déjà l’écart entre riches et pauvres se creusait inexorablement.

Constatation : de 1944 à 1981, les Américains les plus riches payaient en moyenne 80% d’impôt, la prospérité économique était au plus haut, et la délinquance au plus bas.

Puis vint Ronald Reagan ! Porté au pouvoir par une oligarchie, il inaugure une nouvelle idéologie. Cette nouvelle idéologie peut se résumer par ce slogan : « Les plus riches doivent payer 50 % d’impôt au maximum». Depuis le peuple américain n’a cessé de s’appauvrir ! Oh bien sûr pas les cinq ou dix % des plus riches qui ont vu leur compte en banque grossir à vue d’œil. Mais le reste de la population a vu son pouvoir d’achat baisser. Pour compenser les gels de salaires et donner l’illusion d’une croissance éternelle, on a encouragé les citoyens à s’endetter. La crise des Subprimes en est une des conséquences.

Cette idéologie a été reprise en Angleterre par Margareth Thatcher, avec les conséquences que l’on sait : le gouvernement vient encore d’annoncer la suppression de 500 000 fonctionnaires ! Car plus vous donnez aux riches plus ils vous en demanderont ! Et c’est au tour de Nicolas Sarkozy qui veut mettre en place ces réformes dans notre pays, toujours au profit de la même classe d’apparatchiks. La privatisation des services publics va dans ce sens.

Constatation: à partir de 1981, Ronald Reagan baisse les impôts des Américains les plus riches. Aujourd’hui ils ne payent plus que 32%. Ce qui a entrainé l’appauvrissement généralisé de la population aux Etats-Unis. Les prisons sont pleines, les services de l’Etat aux populations sont sinistrés, et afin de trouver toujours plus de nouvelles sources de profits la planète est devenue un immense brasier ! Et nous, nous sommes toujours  à la recherche d’un nouveau modèle, alors que le notre ne fonctionnait pas si mal !

« La politique est le moyen pour des hommes sans principe de diriger des hommes sans mémoire » … Paul VALERY

5 pensées sur “Modèle américain?

  • avatar
    11 mars 2018 à 3 03 36 03363
    Permalink

    Tenez, Robert Gil, en complément, j’ai intégré en préambule de ce billet d’analyse du 3 janvier 2017, la vidéo en VOSTFR traduction par El-Juju, qui en moins de 30 minutes nous explique comment s’est construit, d’un point de vue économique, le cauchemar américain ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/01/03/les-nouveaux-pigeons/

    Cette excellente vidéo de 30 mn en VOSTFR sur le « Rêve Américain » de l’Amérique moderne et qui part du présupposé Zunien, à savoir que les premiers colons sont arrivés en Terra Nullius et donc étaient légitimes à usurper la terre aux Nations Primordiales qui n’étaient pas des humains puisque «l’homme qui n’est pas blanc est inférieur» et qu’il fut simplement implicitement compris qu’aucune personne indigène traditionnelle ou nation ne devaient être autorisées à survivre en dehors de la chrétienté et de sa nation « blanche » trouve sa conclusion dans l’appel de la Nation Mohawk (Nation à cheval sur le Canada et les USA et la plus représentée sur l’île de la Grande Tortue) aux colons de papier ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2018/02/18/he-les-colons-de-papier-la-fete-est-finie/

    Ce rêve américain, ce mirage plutôt, fut possible parce que l’esprit de l’homme blanc, qui est à l’origine de la Loi Fédérale Indienne, a volé l’esprit des Natifs et Nations premières ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2018/02/25/comment-nos-esprits-furent-voles-de-mohawk-nation-news/

    Tant que l’esprit de l’homme blanc sera à la manœuvre, aucun nouveau paradigme, à mon sens, ne pourra être enclenché.
    Jo

    Répondre
  • avatar
    11 mars 2018 à 4 04 42 03423
    Permalink

    Intéressant article. C’est connu que « l’Amérique » (est un pays, des Etats), ce sont des colonies aux pouvoirs illimités ; si tu as le sens des affaires tu y vies bien. Donc 44-64 furent des années florissantes. C’est également intéressant qu’on ne rappelle jamais que les USA forment une terre occupée appartenant à différentes sortes d’Indiens et que si c’était possible, on éradiquerait le reste de peuples autochtones aussi ! Tout comme plus tard firent les richards européens de sionistes et qui aujourd’hui laissent moins que 20% de la Palestine aux Palestiniens natifs. Ces belles choses que nous voyons et admirons peut-être aussi aujourd’hui, cela devrait nous faire réfléchir ; sont-elles honnêtement acquises ! Même si pour l’ « Amérique », il sera difficile de revenir « en arrière » c.à.d. de rendre ce qui a été volé par les colons hollandais et anglais et autres aux gens qu’ils ont tués et expulsés, mais cela reste une question de conscience.

    Répondre
  • avatar
    13 mars 2018 à 6 06 24 03243
    Permalink

    @ RG = Ton article me trottant dans la tête, et comme le dit, plus haut Hadassah BORREMAN, tout étant une question de conscience, faisons donc appel à elle !

    Dans l’affaire qui a débutée en 1997 (et que je suis depuis la création de mon blog) https://jbl1960blog.wordpress.com/2018/01/06/lattentat-donondaga-de-1997-devant-la-cour-supreme-de-letat-colonial-zunien/

    Les 15 d’Onondaga seuls contre la (in)justice coloniale (Mohawk Nation News) en référence à ce rêve américain, voici ce qu’on peut lire : “Le rêve américain : construit sur l’assassinat, le viol, l’exploitation et le génocide d’hommes, de femmes et d’enfants innocents depuis 1492.” ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2018/01/10/les-15-donondaga-seuls-devant-la-justice-de-letat-colonial-zunien-par-mohawk-nation-news-suite/

    Et dans l’article original de Mohawk Nation News il y avait cette illustration sur le « rêve américain » que j’ai intégré dans mon billet ;

    https://i1.wp.com/mohawknationnews.com/blog/wp-content/uploads/2018/01/killing-indians-permit.jpg

    Répondre
  • avatar
    13 mars 2018 à 6 06 41 03413
    Permalink

    C’est pourquoi nous appelons au boycott total, et d’abord de la votation = piège à « ons ».
    Car soutenir le slogan de Trump « America First » comme l’affirmation de Macron « Make Planet Great Again » c’est maintenir l’idée qu’il fallait tuer l’indigène/autochtone/aborigène pour sauver l’homme blanc (et de surcroit chrétien, comme l’affirmait un certain Fillon il y a tout juste un an !) et qu’il faudrait retrouver cet esprit de conquête et donc de domination sur l’homme qui n’est pas blanc et donc inférieur.

    Et nous pouvons tout à fait rompre, et à tout jamais, avec ce présupposé raciste et eugéniste.
    C’est d’ailleurs le Pr. Taiaiake Alfred ; Professeur de Sciences Politiques (chaire de gouvernance indigène) à l’université de Victoria, Colombie Britannique, Canada. Le professeur Alfred est membre de la nation Mohawk (Kahnawake, clan de l’ours) qui l’explique le mieux ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/03/15/le-grand-desapprentissage-par-taiaiake-alfred-ph-d/
    J’ai réalisé de nombreux PDF, en français, à partir de nombreux extraits de livres, conférences…

    Et il explique fort bien, qu’il n’est pas question de reprendre par la force les terres qu’ils n’ont jamais cédées mais qui ont été volées, et en France on appelle cela un dol.
    Mais d’exercer, ensemble, une césure du temps (que j’appelle zéro, le fameux Tep Zepi) et prédisposer ensemble d’un nouveau paradigme, sans dieu, ni maitre et de l’enclencher côte à côte ;

    Personne devant, personne derrière et surtout personne au-dessus, et donc, personne en-dessous qui pourrait se sentir exclu ou superflu.

    Répondre
  • avatar
    13 mars 2018 à 6 06 55 03553
    Permalink

    Cette précision est nécessaire, car au Canada, il y a des « mouvements » des appels qu’il convient de bien examiner tant ils partent d’une mauvaise analyse, comme cet appel lancé en juin 2017 pour faire un « bon en avant » mais avec condescendance envers les Natifs et Nations premières et à l’opposé de ce qu’il faudrait faire, à mon sens ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/06/17/un-bond-en-avant-oui-mais-vers-un-nouveau-paradigme/

    Si vous faites un reset et que vous repartez sur les mêmes bases, même après césure, vous allez reproduire le même schéma et vous retrouver au même endroit, le cul de sac dans lequel on est aujourd’hui !

    Une autre société est possible, hors état et ses institutions, contre le travail (le travail-mort comme le catéchèse les zélites mondiales) et sans argent ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2018/03/11/pour-une-societe-des-societes-hors-etat-et-ses-institutions-contre-le-travail-et-sans-argent/

    Et c’est en lien avec les peuples autochtones de tous les continents, où cela ne sera pas…
    Bien sûr, ce n’est que mon humble avis (mais il semble que je ne sois pas toute seule à l’exprimer) et on voit bien que les Nations premières tendent vers le même objectif.
    Les Natifs sont les mieux à même de faire exploser le modèle américain de l’intérieur, et de faire s’effondrer le colonialisme ► Maître-pilier de l’Empire pour un changement de paradigme politique & social et nous pouvons, par des actions coordonnées (hors État et ses institutions) le faire ensemble.

    Qu’est-ce que nous risquons à essayer ?
    Sinon de réussir, peut-être ?
    jbl

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *