« Morale laïque » : et si l’on prenait Peillon au mot ?

« Morale laïque » ! Mais où ont-ils dégoté une expression aussi tête à claques ?  Et de fait, l’opposition n’a pas manqué de leur en décocher une bien sèche, de baffe. Peillon comparé à Pétain par l’ex-ministre UMP Chatel, ho ho !

Ce qu’ils se prennent dans les gencives en cette période de rentrée, nos nouveaux gouvernants ! Ils feraient presque pitié. On aurait presque envie de leur donner un petit coup de main par compassion. Tiens, c’est ce que je vais faire illico.

Une seule morale qui vaille : les Droits de l’homme et du citoyen

Hé, les enseignants, arrêtez de ricaner et prenez-le au mot, l’infortuné Pét… Peillon. Enseignez à vos mioches la seule morale morale qui vaille, ni laïque, ni bénie-oui-oui : les Droits de l’homme et du citoyen.

De la maternelle au bac, en intensif, avec matière inscrite à l’examen final et coefficient maxi. Plus un contrôle continu en version travaux pratiques pour faire genre.

« Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires ; elle a droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d’invalidité, de veuvage, de vieillesse ou dans d’autres cas de perte de ses moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté » [article 25 , déclaration de 1948].

Avouez, ça aurait de la gueule, non ? Et vous en viendriez naturellement, chers enseignants, à désigner devant vos élèves comme illégitime tout élu du peuple qui ne ferait pas respecter de telles clauses. Et vous leur appendriez que désobéir à ces malotrus n’est pas seulement légitime, mais constitue un devoir moral.

Recenser tous les Droits de l’homme de toutes les déclarations

Vous pourriez aussi insister sur l’évolution des déclarations des Droits de l’homme au fil du temps. Voir avec vos élèves pourquoi tel ou tel article n’a pas résisté à l’usure des hommes. Comme ce fameux article 35 de l’édition 1793 :

« Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. »

Apprendre à vos élèves les droits de l’homme, TOUS les droits de l’homme, de toutes les éditions, sacrée mission, non ? Ça vaudrait tout de même mieux que de leur faire ânonner les paroles sanguinolentes de la Marseillaise ?

Et vous, Peillon, prenez-en de la graine. Sûr que personne ne songerait à vous comparer à Pétain si vous mettiez un tel enseignement au programme scolaire officiel. On vous sent fin prêt, là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *