Noam Chomsky : « Il n’y a pas de guerre contre le terrorisme »

LE YETI

Excellente initiative de l’excellent Olivier Berruyer qui reprend sur son site une excellente interview de Noam Chomsky sur les pseudo guerres contre le terrorisme. “Il n’y a pas de guerre contre le terrorisme”, déclare en substance Chomsky, mais bien plus sûrement prise de contrôle irresponsable de ressources énergétiques ou de positions géopolitiques.

La fabrique à terroristes

Ceux qui qualifient l’expédition malienne d‘“impératif démocratique” pour enrayer une « invasion barbare » et assurer l’« indépendance » d’un pays ami feraient bien de s’aviser que le Mali est aussi le premier pays africain en matière de production aurifère. Et que son voisin nigérien détient de précieuses réserves d’uranium.

Ceux-là devraient aussi se demander pourquoi les mêmes vertueux croisés démocratiques luttent contre le terrorisme d’État d’un Assad en Syrie… en armant ouvertement les mêmes “barbares” islamistes ! Le précédent libyen ne leur suffisait-il pas ? C’est en partie de ce pays “libéré” que partent aujourd’hui armes et combattants islamistes du Nord-Mali.

En Irak, dit Chomsky, il est faux de dire que les forces américaines ne trouvèrent pas d’armes de destruction massive. Ils y trouvèrent celles qu’ils avaient eux-mêmes vendues dans les années 80 à Saddam Hussein, au temps où celui-ci était encore considéré comme un allié bien commode.

Chomsky va plus loin encore :

« La guerre [contre le terrorisme] a augmenté le terrorisme. En fait, elle a même produit quelque chose qui n’existait pas auparavant, un nouveau terrain d’entraînement pour les terroristes. »

Une guerre contre nous-mêmes

La défense agressive d’intérêts bien compris n’explique pas tout. La folie finit par s’en mêler. Les prétendues forces du Bien sécrètent elles-mêmes le venin qui les tuera. Combien de nouvelles germes du terrorisme seront-elles secrétées, jusque dans certains de nos propres quartiers, par cette nouvelle lamentable opération guerrière ?

Ces guerres d’occupation ne peuvent pas être gagnées. Au Mali, nos Rafales et nos Mirages porteront des coups sans doute sévères aux fous de Dieu d’Ansar Dine. Mais aucune force armée classique ne peut venir à bout de guérilleros évanescents. Aucun plan Vigipirate rouge écarlate ne parviendra arrêter des actions terroristes déterminées. Al Quaida est-il mort avec Ben Laden ?

Au Mali, en Irak, en Afghanistan, en Libye, nous nous battons contre nos propres démons, fussent-ils incarnés par les barbes et les djellabas d’islamistes ivres de colère. Nos guerres ne sont pas commandées que par la raison ou l’intérêt maquillé sous de vagues prétextes idéologiques, mais par l’impossibilité de notre raison et de notre intelligence à enrayer nos terribles pulsions de dominance.

L’Empire occidental, né il y a presque soixante-dix ans sur les ruines de la Seconde guerre mondiale, va perdre cette guerre d’usure. Comme les guerres de tous les autres empires parvenus à bout de souffle. Comme autrefois nos fières armées perdirent les guerres coloniales contre d’autres dangereux terroristes. On ne gagne pas une guerre contre soi-même. Plus qu’une guerre, un suicide.

2 pensées sur “Noam Chomsky : « Il n’y a pas de guerre contre le terrorisme »

  • avatar
    18 janvier 2013 à 12 12 15 01151
    Permalink

    Du Nouvel Ordre Mondial né il y a presque soixante-dix ans sur les ruines de la seconde guerre mondiale, va succéder le nouveau chaos mondial. En effet, l’Occident se suicide lentement mais sûrement, et l’Histoire, depuis quelque temps, s’accélère. Je croyais, à tort, comme tous les babys boumer de ne pas vivre cet événement. Mais aujourd’hui j’ai pris conscience de mon erreur. Nous sommes au crépuscule de l’Occident et la chute n’est pas si loin que nous l’espérions.

    Répondre
  • avatar
    18 janvier 2013 à 20 08 45 01451
    Permalink

    Les Mayas ne se vendent plus tout comme Nostradamus, la pythie de Delphe, le bug de l’an 2000, Georges Orwell, La guerre froide et sa menace d’extinction nucléaire….J’avais hâte de voir ce qui viendrait nourrir la Peur. Quoique Chomsky s’y es atteler depuis longtemps nourrissant la conscience collective a sa facon en augmentant chez les plus malheureux un désir de voir cette fin arriver.

    Et comme la masse des malheureux va en grandissant la pensée créatrice contribueras a mettre en place les acteurs la favorisant !

    Vite une commission Charbonneau mondiale…:-)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *