Palestine – Interdit de filmer les crimes d’Israël (vidéo 2’20)

http://mai68.org/spip2/spip.php?article1828

Note de do : Ainsi des terroristes français, comme Elor Azaria, qui avait assassiné le jeune Palestinien Abdel Fatah Al-Charif, blessé au sol ; ne pourront plus être condamnés. Déjà, ce qui est déjà scandaleux, c’est qu’il n’ait pas été condamné par la France, mais seulement par Israël ; et encore, à une très faible peine : 18 mois de prison. Et maintenant, ça passera carrément à l’as !

Désormais, grâce à la nouvelle loi, l’auteur de la vidéo ayant immortalisé le crime de guerre commis par Elor Azaria risque entre 5 et 10 ans d’emprisonnement. Ainsi en a décidé l’État sioniste.

____________________

Crimes à huis clos…

https://assawra.blogspot.com/2018/06/crimes-huis-clos.html

21 juin 2018

Assawra

Souvenez-vous du jeune Palestinien Abdel Fatah Al-Charif …
(Photo : B’Tselem)

L’État sioniste a franchi, ce mercredi 20 juin 2018, une étape supplémentaire dans la mise en place de son arsenal juridique, le rendant de plus en plus conforme à sa vocation et à sa raison d’être.

En effet, sa Knesset (son parlement) a voté en première lecture, par 45 voix pour et 42 contre, un projet de loi interdisant de filmer ou de photographier des soldats de son armée dans l’exercice de leur fonction.

Une peine de 5 ans d’emprisonnement peut être requise contre l’auteur d’une vidéo ou d’une photographie si elle est jugée comme portant atteinte au moral des soldats de son armée ou à celui de la population.

Cette peine peut aller jusqu’à 10 ans si elle est jugée comme portant atteinte à la sécurité de l’État lui-même.

Il reste cependant un point à éclaircir ou plutôt une question qui nécessite une réponse.

« Quelle est-elle, cette fonction des soldats de l’armée de cet État sioniste en cours d’édification en Palestine depuis maintenant 70 ans, qui nécessite une pareille loi pour garantir leur impunité (des soldats) ? »

La réponse se trouve dans la question.

Aussi, pour vous aider à la dénicher… souvenez-vous d’Elor Azaria, le soldat franco-israélien condamné en juillet 2017 à 18 mois de prison pour avoir achevé le jeune Palestinien Abdel Fatah Al-Charif blessé au sol. Ce soldat a été remis en liberté le 8 mai 2018 après avoir purgé seulement la moitié de sa peine. Il a participé à une parade en son honneur chez lui, dans la ville de Ramla, où il a été accueilli en héros.

Désormais, grâce à la nouvelle loi, l’auteur de la vidéo ayant immortalisé le crime commis par Elor Azaria risque entre 5 et 10 ans d’emprisonnement. Ainsi en a décidé l’État sioniste.

Al Faraby
Jeudi, 21 juin 2018

L’expression huis clos signifie littéralement « portes et fenêtres fermées ».

B’Tselem est une ONG israélienne et se présente comme le centre israélien d’information pour les droits de l’homme dans les territoires occupés.

Accès à la vidéo diffusée par B’Tselem.
(Attention, personne sensible, s’abstenir.)

Cliquer sur l’image pour voir la vidéo

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *