Parler de fascisme technologique est une vision naïve ou optimiste de la société

Le château et le troupeau

http://mai68.org/spip2/spip.php?article4799

Bonjour à toutes et à tous,

Parler de fascisme technologique, c’est encore croire que, même s’«ils» s’y prennent mal, «ils» veulent notre bien. Qu’«ils» veulent un peu profiter de la situation qui les a placés au-dessus de nous pour nous exploiter, mais sans plus.

En réalité, «ils» sont le château et nous sommes le troupeau ; il est donc normal qu’ils veuillent tout contrôler, tout savoir de nous. Et ils recherchent chaque progrès scientifique qui leur permet de le faire un peu plus, qui leur permet de mieux gérer le troupeau.

S’ils se préoccupent de notre santé, par exemple, c’est uniquement parce qu’un industriel de l’agro-alimentaire a intérêt à se préoccuper de la santé de ses vaches. S’il est rentable d’abattre des parties entières du troupeau pour conserver le reste en bonne santé, ils n’auront aucune hésitation. Il va de soit que la principale maladie qui peut toucher le troupeau, c’est la révolte.

S’ils n’ont pas tiré à balle réelle contre les Gilets jaunes, comme le leur avait conseillé le grand philosophe Luc Ferry dans un moment d’affolement, c’est uniquement parce qu’ainsi ils auraient risqué de provoquer ce qu’ils voulaient à tout prix éviter : la révolution. Ils ont préféré garder leur sang froid.

Mais ils n’ont pas hésité à utiliser des LBD 40 et des GLI-F4 contre nous. Ils l’ont fait parce que c’était obligatoire pour que le château reste le château.

Bien à vous,
do
http://mai68.org/spip2

 

2 pensées sur “Parler de fascisme technologique est une vision naïve ou optimiste de la société

  • avatar
    4 décembre 2019 à 10 10 25 122512
    Permalink

    SALUT DO

    Comme c’est triste ton propos cette semaine. Je m’attarde à cette phrase : « S’ils n’ont pas tiré à balle réelle contre les Gilets jaunes, comme le leur avait conseillé le grand philosophe Luc Ferry dans un moment d’affolement, c’est uniquement parce qu’ainsi ils auraient risqué de provoquer ce qu’ils voulaient à tout prix éviter : la révolution. Ils ont préféré garder leur sang froid. »

    NON le chien Luc Ferry n’a pas eu un moment d’affolement = il est fou en permanence et il aurait dû être incarcéré dans le château pour incitation à la violence.

    OUI tu as raison : ils n’ont pas tiré à balle réelle sur les Gilets jaunes: 1) Parce que le niveau de soulèvement ne le demandait pas. 2) Massacrer la foule aurait créer les conditions de l’insurrection

    Comme nous le décrivons dans le volume ici : https://www.amazon.fr/Autopsie-du-mouvement-gilets-jaunes/dp/2343184356/ref=sr_1_1?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&keywords=robert+Bibeau&qid=1570022698&s=books&sr=1-1

    Merci pour ton texte

    Robert Bibeau

    Répondre
  • avatar
    5 décembre 2019 à 12 12 32 123212
    Permalink

    «ils» sont le château et nous sommes le troupeau
    Un troupeau qui semble aussi pourrit que le château.

    Quand on regarde plus attentivement le troupeau on s’aperçoit que celui ci a une grande part de responsabilité dans ce qui arrive.
    Exemple récent, Facebook (Cambridge Analytica), Volkswagen (Dieselgate), dans un cas comme dans l’autre un individu normal aurait quitté Facebook et acheté autre chose qu’une Volkswagen, mais ce que l’on constate est différent, le consommateur semble dire: vous avez volé, triché, menti etc mais on va continuer avec vous, belle mentalité!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *