Staline en 36 en Espagne, et les staliniens à Paris en 68

http://mai68.org/spip2/spip.php?article2235

Mai 68 : sur l’image de présentation, on voit  le Service d’Ordre des bureaucrates empêcher  les masses en colère de d’attaquer la police.

Bonjour à toutes et à tous,

Sur la révolution espagnole, car je ne parle pas de « guerre d’Espagne » mais bien de « révolution espagnole », voici une partie de l’oeuvre de Staline, et c’est bien évidemment lui-même qui a pris une telle décision :

Alors que les anarchistes espagnols avaient livré tout l’or de la banque d’Espagne à l’URSS, qui avait promis de livrer des armes en échange ; Staline n’a voulu livrer ces armes qu’à la petite minorité de communistes espagnols (80 000 communistes inscrits en 1936, et 2 millions d’anarchistes inscrits à la CNT). Staline pouvait livrer les armes très facilement à l’anarchiste Barcelone, sur la mer méditerranée. Mais il n’a pas voulu livrer ses armes aux anarchistes. Il voulait les livrer aux « communistes », parce qu’il pouvait leur donner des ordres. Or, les communistes étaient dans les Asturies, sur la côte atlantique.

Pour parvenir à livrer les armes aux Asturies, il fallait franchir le détroit de Gibraltar. C’était très difficile parce que l’Angleterre avait livré Gibraltar à Franco pour qu’il s’en serve de central téléphonique et surtout pour contrôler ce passage maritime très étroit. Il a fallu attendre de très nombreux mois afin que la marine soviétique puisse franchir ce passage pour aller aux Asturies. Et, pendant ce temps-là, les franquistes gagnaient du terrain. Si la révolution espagnole a été vaincue, c’est largement de la faute à Staline et donc à l’imperfection de la révolution russe.

En fait, en 1936, le Parti ne veut pas d’une révolution qu’il ne contrôle pas. Il refuse d’être débordé sur sa gauche. En 1936, en Espagne, la révolution aurait pu être une vraie révolution et aurait eu des répercussions jusqu’en URSS où Staline aurait pu perdre son pouvoir afin qu’un vrai communisme y voit le jour.

Staline ne voulait pas l’établissement du fascisme en Espagne, et il n’a pas voulu empêcher qu’il y ait une révolution dans ce pays (il n’y avait pas encore eu Yalta), mais il ne voulait pas que cette révolution aille trop loin. Il voulait pouvoir la contrôler. C’est une des raisons essentielles de la défaite militaire de la révolution en Espagne en 1939.

La vraie responsabilité des anarchistes dans la défaite, c’est qu’il ne fallait pas faire confiance à Staline. Il fallait lui donner seulement un dixième de l’or espagnol et attendre qu’il livre un dixième des armes à Barcelone avant de lui donner un autre dixième de l’or, etc.

La révolution en Russie a fini par disparaître, mais c’est aussi de sa faute, car elle était par trop imparfaite. En effet, en Espagne, Staline ne s’est pas comporté correctement (lisez donc l’« hommage à la Catalogne » d’Orwell ou regardez le film « Land and freedom » de Ken Loach.)

Si Staline avait accepté que la révolution espagnole de 1936 ne soit pas dirigée par lui, Staline, mais par la population espagnole révolutionnaire elle-même, dont l’immense majorité était anarchiste ; alors, cette révolution aurait vaincu en Espagne. Et, ayant deux appuis, un « communiste » en Russie et un « anarchiste » en Espagne, la révolution aurait totalement vaincu dans le monde entier.

Le rapport avec mai 68, c’est que les raisons pour lesquelles Staline ne s’est pas comporté correctement en Espagne en 36, sont les mêmes pour lesquelles la bureaucratie stalinienne a été contre-révolutionnaire à Paris en 68 : le Parti ne veut pas d’une révolution qu’il ne contrôle pas. Il refuse d’être débordé sur sa gauche. Et, en plus, en 1968 à Paris, les accords de Yalta entraient en jeux.

Bien à vous,
do
http://mai68.org/spip2

Les accords de Yalta, signés le 11 février 1945 stipulent entre autres que :

Les USA et les Soviétiques ont le droit de se faire la guerre (par l’intermédiaire de bandes armées à leurs soldes) dans les pays du sud, mais dans les pays du nord, les Capitalistes n’ont pas le droit d’essayer de prendre le pouvoir à l’Est, et les communistes n’ont pas non plus le droit de prendre le pouvoir à l’Ouest, ce qui sous-entend qu’ils doivent empêcher toute forme de révolution prolétarienne à l’Ouest. Ce qu’ils ont fait très consciencieusement, notamment en mai 68 à Paris.

L’anarchie telle qu’elle fut effectivement vécue en Espagne en 1936 (vidéo 94’44) :

http://www.mai68.org/spip2/spip.php?article1050

Une pensée sur “Staline en 36 en Espagne, et les staliniens à Paris en 68

  • avatar
    26 septembre 2018 à 14 02 13 09139
    Permalink

    Petite remarque en passant… lorsque l’anarchie se syndique, elle cesse — par définition — d’être anarchique.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *