Suis-je anti-américain ?

Après mon article réclamant des bombes sur New-York, certain-e-s se sont sûrement demandés dans quelle mesure j’étais anti-américain. Pourtant, quand on dit que « Les Américains sont allés dans la Lune », tout le monde comprend bien que tous les Américains n’y sont pas allés.

Source : http://mai68.org/spip/spip.php?article3579

Première date de parution : Y’a très longtemps, par eMail, il y a une quinzaine d’années, en réponse à une nana qui m’accusait de racisme anti-américain primaire à cause de mon article « des bombes sur… », qu’à l’époque du bombardement de la Yougoslavie par les Amerloques j’avais, en réaction, envoyé par courrier électronique au plus de monde que j’avais pu. Cet article avait été légèrement modifié quelques mois après le 11 septembre 2001.

Bobby-Seal_Huey-P. Newton

Bobby Seal, à gauche, et Huey-P. Newton, à droite

Bonjour à toutes et à tous,

La lutte contre l’impérialisme américain est assimilée à l’anti-américanisme (mot utilisé dans ce cas pour signifier non pas l’anti-impérialisme, mais le racisme anti-américain, d’ailleurs, dans ce cas, il est souvent accolé au mot « antisémitisme ») ; alors que, pourtant, il y a beaucoup d’Américains que j’adore :

Géronimo est mon Américain préféré (il faut lire le livre aux Éditions du Rocher intitulé « Pleure Géronimo ») ; mais j’aime aussi Cochise ; Red Cloud ; Sitting Bull ; l’Apache Nanah, ami de Géronimo qui faisait encore la guerre aux cows-boys à l’âge de 80 ans sur son cheval avec sa winchester ; l’Apache Victorio, mort à 40 ans en combattant le même ennemi et que Géronimo envia, regrettant beaucoup de ne pas être, lui aussi, mort jeune au combat.

J’adore aussi Jimi Hendrix qui, en pleine guerre du Vietnam, fit la fermeture de Woodstock en interprêtant un hymne américain qui se mèle à des bruits de guerre, de mitraillettes, de bombardements, de populations affolées sous les bombes, bruits imités purement et simplement à la guitare ; Jimi hendrix, dont Eric Clapton lui-même dit en sortant du premier concert où il le vit : « quand je le vois et l’écoute jouer de la guitare, j’ai l’impression que moi, je joue avec des mouffles » ! Jimi Hendrix fut probablement assassiné par les services secrets comme Martin Luther King, comme Monseigneur Romero, Comme Kennedy et comme tant d’autres.

J’aime Cassius Clay, même s’il n’aime pas qu’on l’appelle ainsi, qui finança les Black Panthers que j’aime évidemment avec leurs « chefs » Huey P. Newton et Bobby seale et Eldrige Cleaver.

J’aime aussi Jim Morrison probablement assassiné, j’aime Alice cooper, etc.

J’aime Janis Joplin qui but cul-sec un verre entier de LSD alors que la dose californienne était de 2000 microgrammes (la dose française était de cinquante microgrammes !) et qui n’en mourut pas (ce qui prouve définitivement qu’il n’y a pas d’overdose au LSD !) et qui fit ainsi un trip de trois jours.

J’aime Joan Baez qui alla au Vietnam chanter « parachutiste » aux soldats américains (connaissez-vous cette chanson de Maxime Le forestier ?) !

J’aime les diggers de San Francisco, et leur « chef » Emmett Grogan (qui écrivit un livre à lire à tout prix qui s’intitule « Ringolevio », mais il faut prendre la première traduction qui date des années 1970, la seconde étant illisible), et leur sous-marin jaune (une camionette dans laquelle les diggers trimballaient la bouffe gratuite qu’ils préparaient eux-mêmes) dont ils se servaient pour nourir gratuitement tous les Hippies de Haight-Ashbury. Robins des bois bien réels mais dignes de la légende, les diggers faisaient des casses de banques pour financer des logements gratuits, des magasins gratuits, des concerts de légende gratuits avec les meilleurs musiciens de l’époque et avec des supers-affiches psychédéliques et du LSD abondamment et gratuitement servi pour tout le monde.

J’aime tous les hippies et tous les yippies (lire le livre intitulé « Do it ! » de Jerry Rubin) qui firent la guerre à la guerre du Vietnam et grâce à qui les Viets sortirent vainqueurs (c’est d’ailleurs bien de cette façon qu’Ho Chi Minh comptait gagner cette guerre dont il n’aura malheureusement pas vu la fin).

J’aime tous les Américain-e-s de plus en plus nombreux qui, sans jamais douter, dénoncent la vérité du 11 septembre dans le but de stopper la fascisation du monde et dans le but de stopper les guerres de l’impérialisme américain.

Alors, moi, raciste anti-américain ? Certes, non ! Anti-américain, moi ? Oui ! mais au sens du US GO HOME ! qu’on écrit sur les murs pour dire aux soldats américains qu’ils n’ont rien à faire là sinon à déserter et à passer à l’ennemi avec armes, bagages et renseignements, après avoir tué leurs chefs militaires.

Bien à vous,
do
http://mai68.org/spip

Une pensée sur “Suis-je anti-américain ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *