Troupes Françaises, hors de Syrie ! vidéo 2’19

http://mai68.org/spip2/spip.php?article1609

Troupes françaises en Syrie

Enregistré sur France 2 le 27 avril 2018 au 20h

Cliquer sur le lien ci-dessus pour voir la vidéo

___________________________

Point de vue gouvernemental turc :

GRAPHIQUE – Coopération des soldats français avec le YPG/PKK

https://aa.com.tr/fr/monde/graphiqu…

30.03.2018 Levent Tok, Selen Temizer Ankara

La France, qui vient de renforcer son soutien politique au YPG/PKK présent en Syrie, mène également une coopération militaire avec cette organisation terroriste.

AA – Istanbul/Ankara

L’armée française dispose de cinq bases militaires dans le nord de la Syrie, dans les régions sous occupation de l’organisation terroriste YPG/PKK.

Le 9 juin 2016, l’Agence de presse française (AFP) avait rapporté, se basant sur le Ministère de la Défense, que le Commandement des Opérations Spéciales (COS) est en mission dans le Nord de la Syrie, dans les régions contrôlées par le YPG/PKK.

Selon des sources d’information locales fiables de l’Agence Anadolu, plus de 70 militaires membres des forces spéciales françaises sont présents en Syrie, sous l’égide de la Coalition internationale anti-Daech, à Ayn el Arab (Kobané) dans le Nord de la Syrie, au Mont Mashtnour (Sud) dans le district Sirrin, dans le village d’Ayn Isa et, enfin, dans l’usine française de fabrication de ciment, Lafarge, dans le village de Harb Ishq.

Lors des opérations sur le terrain, les forces françaises collaborent avec le YPG/PKK.

L’armée américaine a intégré dans son secteur l’usine française de fabrication de ciment lorsqu’elle a procédé à la construction de sa base aérienne militaire, à Harb Ishq.

La base qui se trouve sous le contrôle des troupes américaines, dans le cadre de la coalition, accueille également les soldats français.


À Raqqa, plus de 30 soldats français coopèrent avec le YPG/PKK

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Hormis les membres du COS présents depuis deux ans sur le terrain et qui coopèrent avec le groupe terroriste, se trouvent également sur le territoire syrien des troupes françaises issues du 1er régiment de parachutistes d’infanterie de marine (1er RPIMa) rattaché à l’armée de terre, et les aviateurs du commando parachutiste de l’air n° 10 (CPA 10) rattaché à l’armée de l’air.

Bien que ces forces semblent, selon les rapports, positionnées en Iraq, il s’avère qu’elles se rendent souvent dans le nord de la Syrie à travers le passage frontalier de Simelka.

Les entrées et sorties de ces derniers sur le territoire syrien, en provenance d’Irak, ont augmentés au cours des trois derniers jours, ont rapporté des sources locales.

Des réactions face au soutien du YPG/PKK par la France

Le président français, Emmanuel Macron, a rencontré, jeudi à Paris, les leaders du groupe terroriste YPG/PKK, qui a récemment adopté l’appellation de « Forces Démocratiques Syriennes » (FDS).

La presse française avait annoncé, au regard des déclarations des terroristes, que l’administration française enverrait des troupes à Manbij, en guise de soutien à l’organisation.

La présidence française a également déclaré que « la France et la communauté internationale peuvent agir en médiateurs afin d’instaurer un dialogue entre le FDS et la Turquie ».

Or, le Président Recep Tayyip Erdogan a fermement réagit affirmant qu’une telle déclaration, si réellement prononcée, « dépasse les limites de celui qui l’a faite ».

L’incident Lafarge

En 2010, la société française de construction Lafarge a ouvert une usine de fabrication de ciment, dans le Nord de la Syrie.

Il a été établit que la société Lafarge a soudoyé, dès la deuxième année de la guerre civile, l’organisation terroriste Daech et ce pendant un an et demi afin de pouvoir maintenir son activité dans la région.

La société qui avait été saisie puis gérée par Daech, a finalement été reprise des mains des terroristes par l’organisation terroriste du YPG/PKK -avec le soutien des États-Unis- qui a commencé à l’utiliser comme base.


Notes de do :

Ci-dessus une carte des troupes françaises dans le nord de la Syrie publiée par le gouvernement turc le 30 mars 2018. Donc, contrairement à ce que sous-entend la vidéo, c’était pas vraiment un secret. Et soyons sûrs qu’il n’y en a pas que dans le nord de la Syrie !

Les troupes françaises sont illégalement déployées en Syrie, car elles n’ont reçu aucun mandat de l’ONU. De plus elles n’ont aucune légitimité à se trouver en Syrie. Elles n’ont pas été appelées par le gouvernement syrien, contrairement aux troupes russes.

Inutile de dire que si elles ont été appelées par une fraction des Kurdes (on sait jamais), cela ne leur donne pas plus de légitimité. Imaginons que des indépendantistes corses appelle les Russes au secours ?

Par ailleurs, je tiens à dire que si le gouvernement français prétend avoir envoyé des troupes en Syrie « contre DAECH », en réalité, DAECH est une bonne excuse. Ce que veut le gouvernement français avec ses troupes en Syrie, c’est renverser le gouvernement antisioniste de Bachar el-Assad pour mettre à la place un gouvernement favorable à Israël et à l’Occident. Mais c’est loupé !

________________________

Guerre – 29 février 2012 – La France négocie avec la Syrie pour récupérer ses 18 agents prisonniers

IRIB-Le 13 février 2012, Thierry Meyssan révélait sur la première chaîne de télévision russe que la Syrie avait fait prisonniers une douzaine de militaires français. Le Réseau Voltaire est en mesure de confirmer qu’au 26 février, le nombre de prisonniers français s’élève à 18 (dix-huit).

Si Paris admet qu’ils ont agi en mission, ils bénéficieront du statut des prisonniers de guerre et seront protégés par la Convention de Genève, mais si Paris dénie les avoir envoyés, ils seront considérés comme des civils étrangers, ils seront jugés en Syrie pour leurs crimes et encourent la peine de mort.

http://mai68.org/spip/spip.php?article3897

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *