Ukraine : la nouvelle grande guerre de l’Occident contre les forces du mal

LE YETI

Imaginez, vous êtes un quidam lambda. Vous venez de vous lever. Vous vous préparez nonchalamment un copieux petit déj’. Une grande radio nationale diffuse mécaniquement sa propagande matinale. Et là, vlan, au moment où le lard fumé commence à rissoler, vous vous prenez en pleines gencives les évènements sanglants d’Ukraine.

Avouez, vous avez du mal à attribuer aux noms que l’on vous distille, leur camp d’appartenance. Vous prenez Maïdan pour un preux révolté anti-post-bolchevik poutinien. À peine sorti du coaltar, vous maudissez en votre for intérieur cette nouvelle révolution arabe d’Europe de l’est.

La énième lutte du Bien contre le Mal

Parce que c’est bien ainsi qu’on vous la présente avec insistance, n’est-ce pas, sur les ondes ? La énième lutte du Bien (occidental) contre le Mal.

En bon quidam lambda à peine sorti des limbes, vous n’entravez évidemment que couic à l’affaire elle-même. Savez juste, parce que vous venez de l’entendre, que ce Iassou.. Ianoukovitch a été régulièrement élu en 2010.

Mais que ça ne veut strictement rien dire quant à la légitimité de son pouvoir. Après tout, Hollande aussi a été élu un jour. Peut-être même par la faute de votre voix utile à vous.

Justement, c’est ce Hollande qui vous chagrine ce matin-là, au point de vous faire oublier que votre café vient de passer. Que dit-il ce président de moins de 20 % de son peuple (selon les sondages) ?

La punition divine tombe de l’Élysée

Non, non, il ne parle pas de justice, il n’appelle pas à un retour au calme dans ce mystérieux petit pays déchiré. Non, non, il parle une nouvelle fois de « sanctionner » les responsables. Qu’il désigne sans la moindre ombre d’un doute. Décidément, depuis la Syrie, les punitions divines tombent drues, de l’Élysée.

Vous vous mettez soudain à rire. Vous vous amusez à imaginer que le peuple de cet histrion descende à son tour dans la rue, occupe la Bastille, demande à ce qu’il dégage, lui et ses impotents ministricules de comédie. (Oups, il est grand temps de casser vos œufs sur le lard en train de griller !)

Imaginez alors son discours, la légitimité du vote démocratique dont il se réclamerait “solennellement”, l’attitude “amicale” de ses forces de l’ordre à lui…

La grande guerre pour une civilisation en pleine débandade

Plus rigolo encore, vous entendez déjà les commentaires outragés de la radio Ukraine Inter sur l’attitude inqualifiable de ce suppôt corrézien du grand Poutine américain.

Si vous aviez seulement pensé à boire votre café tant qu’il était chaud, si celui-ci avait un peu désembrumé votre jugeote, vous n’auriez pas manqué de percevoir, dans l’affaire ukrainienne, un nouvel épisode navrant de la grande guerre menée par une civilisation en pleine débandade pour assoir une domination de plus en plus contestée.

Vous auriez alors compris, avec un air sidéré, que vous veniez d’assister à la renaissance de la bonne vieille guerre froide entre le monde d’Obama et celui de ce diable de Poutine. Et qu’il n’y avait guère de chance pour que ce dernier, surtout après sa victoire cuisante dans la bataille de Syrie, lâche si facilement le morceau sur Kiev.

Mais… ah, sapristi, voilà vos œufs qui attachent à cette punaise de poêle ! Et votre si cher café du matin lamentablement refroidi. Et votre matinée définitivement gâchée.

LE YETI

2 pensées sur “Ukraine : la nouvelle grande guerre de l’Occident contre les forces du mal

  • avatar
    25 février 2014 à 12 12 30 02302
    Permalink

    « J’ai pour ma part la conviction que l’espèce humaine souffre précisément de ce qui la distingue des autres espèces animales : la conscience. Ce qu’il y a de terrible avec la conscience humaine, c’est qu’elle nous fait prendre conscience de deux choses totalement antinomiques. D’une part, elle nous fait percevoir le côté éphémère de nos existences, notre sujétion totale aux forces naturelles que sont la pesanteur terrestre, le temps qui passe, la mort… Et d’autre part, elle nous permet d’envisager l’Absolu. Incapables de supporter le premier constat, celui de l’éphémère, nous nous lançons comme des forcenés vers ces quêtes d’immortalités illusoires, nous réfugiant dans des croyances divines puériles, vantant l’esprit éternel au détriment des corps périssables, partant comme des forcenés à la conquête de tous les pouvoirs qui nous passent sous la main, celui de la planète entière pour les grandes puissances, jusqu’à ceux, plus modestes, du service de notre entreprise que nous rêvons de diriger, du couple que nous voulons dominer, de la cour de récré où nous rêvons d’être grand chef… Humiliant, tuant, pillant, massacrant, quand notre folie nous laisse les yeux exorbités de terreur et de fureur. »

    « …il nous faut impérativement accepter l’éphémère sans geindre et résister aux sirènes des absolus meurtriers. »

    http://yetiblog.org/index.php?post/2005/12/12/7-la-grande-guerre-pour-la-civilisation

    Bonjour!

    L’illusion, comme vous le partagez si bien, est justement de croire que par une quête du relatif et de l’éphémère, que par la force brute, le déni et le mensonge, l’homme parviendra un jour à devenir absolu. Mais cet absolu-là n’est qu’une parodie d’absolu, qui n’a rien d’Absolu.

    Le relatif et l’éphémère que sont nos personnalités, ne peuvent débouchés que sur une autre forme d’éphémère et de relatif. C’est un cercle vicieux! Aucune porte de sortie par-là!

    Comme vous dites il vaut mieux en rire!

    L’affaire du bien et du mal sont les deux faces de cette parodie!

    On se crée des fantasmes imaginaires, et parce que l’on y croit, il devienne notre réalité, et l’on croit finalement, que notre fantasmagorie personnelle deviendra la grande réalité pour tous simplement parce que l’on y croit.

    Cette parodie ne tient en place que par la multiplication des antinomies! Le système se nourrit des oppositions, il l’est crée de toutes pièces pour se perpétuer!

    L’essentiel est donc de ne pas laisser notre conscience être absorbée ou emportée par une ou l’autre, ou n’importe laquelle de ces antinomies fantasmagoriques, et de bien rester au centre de notre Être, et s’il nous prend le goût ou le plaisir d’aller jouer dans ce théâtre en tant qu’acteur, de bien nous assurer que nous revenons au centre une fois le rideau tombé.

    Aux plaisirs

    Répondre
  • avatar
    25 février 2014 à 14 02 37 02372
    Permalink

    Me semble que les choses accélères depuis quelques jours. On vient d’annoncer l’expulsion de 3 diplomates Vénézuliens des USA, aujourd’hui.

    CNN nourri beaucoup cette réthorique de renaissance de la guerre froide et en impute a Poutine, la responsabilité.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *