VIDEO-BENGHAZIGATE (Libye). Etats-Unis: Barack Obama mis en accusation

 

Obama-doorLe Secrétaire à la Défense, Leon Panetta, a témoigné hier matin au Capitole (Congrès américain abritant le Sénat et la Chambre des représentants), à propos de l’attentat de Benghazi, qui avait vu la mort de l’ambassadeur américain Chris Stevens et de 3 autres américains, le 11 septembre 2012. Panetta a lancé un pavé dans la marre en déclarant que le président Barack Obama était absent cette nuit-là, puisqu’il n’a ps cherché à joindre les services de sécurité ou même lui. 

Mais, ce qui choque aujourd’hui l’Amérique, c’est surtout ce que le président américain a fait ce fameux soir. Il n’y a pas eu d’appel à propos du drame de Benghazi mais, Barack Obama, selon le calendrier de la Maison Blanche a néanmoins passé un coup de fil à…Benyamin Netanyahu le Premier ministre israélien se plaignent les ricains. Pour eux, tenter de s’expliquer sur la rumeur qui disait qu’il avait refusé de recevoir ce dernier en marge de sa visite aux Nations unies est une insulte. Selon eux,  le Premier ministre israélien n’est pas plus important que les Américains.

Après le témoignage de Leon Penetta, le journaliste William Kristol du journal The Weekly Standard, très choqué, a déclaré:

  »Alors que les Américains étaient victime de l’assaut de terroristes à Benghazi, le président a trouvé le temps pour un non-évènement, politiquement inutile, de passer une heure d’appel au Premier ministre Netanyahu. Les hauts fonctionnaires de la sécurité nationale a dû trouver le temps d’organiser cet appel. Je soupçonne le Premier ministre Netanyahu, et toutes ces personnes, qui ont compris la nécessité de bloquer le président au téléphone pour qu’il ne soit pas au courant que les Américains étaient attaqués en Libye. D’ailleurs, ses collaborateurs se sont précipités devant les médias pour relater le contenu de cet appel. «

Pour lui, Obama a tourné le dos aux Américains. D’ailleurs, avait-il déjà accusé le président américain après cet attentat macabre de Benghazi. Pour lui, dans une tribune au vitriol, il était inconcevable que le général David Petraeus et le Secrétaire à la Défense Leon Panetta soient les seuls à s’exprimer, et Barack Obama garder le silence. Il faut avouer que ces derniers temps, à Benghazi, les Occidentaux ne sont pas les bienvenus. Vous avez dit printemps arabe ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *