L’invasion de la France, le 6 juin 1944

Le 6 juin 1944, une immense armada composée de milliers de navires de guerre partis des côtes d’Angleterre accostait sur les côtes normandes dans le sens inverse de Guillaume le Conquérant (1066) venu quelques siècles auparavant imposer son hégémonie sur la paysannerie et sur l’aristocratie britannique. Neuf siècles plus tard, c’est le capital impérialiste Atlantique qui vient chasser le capital allemand des terres françaises et y réimposer son hégémonie sans partage. Cet affrontement ultime entre le capital libéral atlantique – associé à l’Est au capital soviétique – et le capital dirigiste allemand – coûtera la vie à des millions de prolétaires occidentaux, africains et asiatiques, chairs à canon de ces malversations guerrières mondialisées. En préparation du prochain affrontement vers lequel tend ce mode de production décadent – il paraît important au grand capital international de commémorer ce débarquement et de répéter à satiété le mensonge de la « Libération » (sic) des populations asservies avant comme après cette deuxième guerre meurtrière. Quel prolétaire fut libéré de l’esclavage salarié sur les plages d’Omaha Beach ? Aucun évidemment!  Ce deuxième texte de Luc Michel présente ci-dessous le point de vue de la gauche occidentale à propos de cette seconde grande guerre mondiale. Nous n’y adhérons pas mais il est bon de connaître les deux versions (de droite comme de gauche) avant de vous proposer la version prolétarienne de cette guerre impérialiste génocidaire.  Robert Bibeau pour les7duQuébec.com


 

Par Luc Michel. Sur EODE.

 

« Des scènes de sauvagerie et de bestialité désolent nos campagnes. On pille, on viole, on assassine, toute sécurité a disparu aussi bien à domicile que par nos chemins. C’est une véritable terreur qui sème l’épouvante. L’exaspération des populations est à son comble » – La Presse Cherbourgeoise (quotidien normand, 17 octobre 1944).

 

« On ne peut pas dire que les relations [avec les Allemands] étaient cordiales mais elles furent correctes » – La Presse Cherbourgeoise (mai 1945).

 

« On montrait des Français exultant devant l’arrivée «des Américains». En fait les troupes alliées furent souvent accueillies dans un silence glacial par une population décimée par les bombes et dont les villes et les villages avaient été rasés sans pitié par les avions libérateurs. Encore aujourd’hui, la Normandie, à Caen, à Saint-Lô, à Valognes ou Carentan, porte les stigmates de ces frappes impitoyables sur les civils, sans que l’efficacité militaire de ces destructions soit entièrement prouvée, source de débats infinis entre historiens. Tout comme elle garde parfois un souvenir mélangé du comportement des soldats alliés, trop souvent enclins au viol et à la destruction préventive des fermes et des maisons »  – ‘La Lettre’ de Laurent Joffrin (5 juin).

 

Nous évoquions hier le déluge de propagande occidentale pour le 75e anniversaire du ‘Juin 1944’. Entre autres impostures historiques, le mythe repose sur la « Libération » et l’accueil délirant des populations européennes aux « libérateurs » anglo-saxons. Les cérémonies de ce 6 Juin en France, objet d’une récupération indécente par un Macron plus américanolâtre que jamais, reposaient sur cette imposture historique, qui aura mis des décennies à être dévoilée et dénoncée par certains historiens.

 

Auteur du livre « La Normandie américaine », fruit de nombreux témoignages et d’archives dépouillés aux États-Unis, l’historien Stéphane Lamache, note qu’« Après ce cataclysme, les Normands n’aspirent qu’à être débarrassés de la guerre. Les Américains visent la victoire finale sans plus se préoccuper des états d’âme des habitants ». « La Libération a été payée au prix du sang et des destructions massives dans la Manche, 4 000 morts civils, le double de blessés, 10 000 maisons rasées, 50 000 autres endommagées, 130 000 sinistrés qui n’ont plus rien (…) Les graines du divorce sont semées », commente ‘Le Point’ (Paris).

 

LES ALLEMANDS N’AIMAIENT PAS LES JUIFS, L’US ARMY SEGREGATIONNISTE N’AIME PAS SES SOLDATS NOIRS

 

Auteur de « Les Manchois dans la tourmente 1939-1945 », l’historien Michel Boivin (cité par ‘Le Point’) a recensé 206 viols d’origine américaine. Selon la Military Police, « 80 à 85 % des crimes graves (viol, meurtre) ont été commis par des troupes de couleur » (sic). « L’armée américaine des années 1940 est, à l’image du pays, ségrégationniste. À Cherbourg, on compte deux foyers de la Croix-Rouge : un pour les soldats blancs, un pour les noirs. Dans sa recherche de criminels, la police militaire s’est-elle montrée plus compréhensive pour les premiers que pour les seconds ? Les soldats de couleur cantonnés à la logistique ont stationné de longs mois dans le Cotentin, territoire étroit, alors que les combattants n’y ont que transité. La gendarmerie locale avait recommandé l’ouverture de maisons closes, les autorités américaines s’y sont opposées », commente ‘Le Point’.

 

Je partage évidemment la conclusion du ‘Point’ : « Les alliés de 1944 s’apprêtent à fêter le 75e anniversaire du Débarquement et ses scènes d’allégresse. Ne serait-il pas temps d’évoquer des épisodes plus sombres ? »


REVUE DE PRESSE

« À L’AUTOMNE 1944, FRANÇAIS ET TROUPES AMERICAINES AU BORD DE L’AFFRONTEMENT » (LE POINT, 6 JUIN 2019)  Après la presse normande et le journaliste de ‘Libé’ Laurent Joffrin, ‘Le Point’ (Paris) consacrait hier une analyse fouillée à cette imposture historique : « Trois mois après le jour J, les Normands n’en peuvent plus des exactions des soldats qui les ont libérés. Retour sur un épisode méconnu » …

 

Extraits :

« Des scènes de sauvagerie et de bestialité désolent nos campagnes. On pille, on viole, on assassine, toute sécurité a disparu aussi bien à domicile que par nos chemins. C’est une véritable terreur qui sème l’épouvante. L’exaspération des populations est à son comble. » Le 17 octobre 1944, quatre mois et demi après le Débarquement en Normandie, La Presse cherbourgeoise, quotidien local de Cherbourg, publie cette mise en garde sous le titre « Très sérieux avertissement ». À l’automne 44, ceux qui pillent, violent et assassinent sont les Américains : le journal accuse les libérateurs de se comporter en soudards dans un pays conquis. Comment un tel paradoxe deux mois après la fin des combats en Normandie ?

Une fois libérés, la presqu’île du Cotentin et son port sont devenus une gigantesque base logistique. Sur les quais, un millier d’officiers et marins américains assurent, avec les dockers français, le débarquement quotidien de 10 000 tonnes de véhicules, munitions, nourriture. Le 29 septembre 1944, 1 318 camions GMC en partance de Cherbourg acheminent vers les troupes alliées du front 8 000 tonnes de matériel. Sur les premiers kilomètres de la « Red Ball Highway Express », la route du front, défilent hôpitaux, dépôts, aérodromes, camps de repos, chaînes de réparation pour tanks et camions. Les entrepôts du Cotentin mobilisent des militaires en nombre : les 430 000 habitants du département de la Manche cohabitent avec 120 000 soldats américains, dont 50 000 Afro-Américains. D’emblée, la cohabitation, qui s’est prolongée jusqu’en 1946, ne s’annonce pas facile : « L’enthousiasme des Normands pour les forces anglo-américaines risque de s’inverser proportionnellement à la durée de notre séjour en Normandie », prévient dès l’été 1944 la 1re armée américaine (…) »

 

« Les premières blessures relèvent de l’amour-propre. Les GI, qui organisent des bals sous tente avec plancher, mettent en place des tournées en GMC pour amener les jeunes femmes sous leurs guinguettes. Mais pas ou peu de place pour les jeunes Normands. Le stade de Cherbourg devient un enjeu. Au terme de quatre mois de négociations, les mardi et jeudi sont réservés aux footballeurs cherbourgeois. Un mardi de mai 1945, une violente bagarre éclate entre joueurs de base-ball américains, campant sur place, et footballeurs qui réclament les lieux. La Presse cherbourgeoise compare les libérateurs avec les occupants précédents : « On ne peut pas dire que les relations [avec les Allemands] étaient cordiales mais elles furent correctes. » À la rentrée scolaire 1945, l’état-major allié (le Shaef pour Supreme Headquarters Allied Expeditionary Force) annonce vouloir maintenir dans plusieurs écoles des détachements de la Military Police, qui y sont installés depuis la Libération : « Maintenant que nous sommes en paix, nous ne pouvons pas tolérer que les militaires aient le pas sur la population civile », tonne le maire de Cherbourg, René Schmitt. »

Suivent les querelles financières et matérielles. Fin août 1944, les Américains emploient 7 000 travailleurs civils pour 75 francs par jour et une ration militaire. « Avec 100 francs, les Allemands payaient mieux » constatent les ouvriers. L’Organisation Todt, chargée de construire le mur de l’Atlantique, n’avait pas lésiné sur les moyens. Rapidement, les Français seront remplacés par des prisonniers de guerre allemands (…) »

 

« Ces multiples agaceries réciproques auraient pu rester sans conséquence sans les bruyantes rafales tirées en l’air par des soldats ivres, mais surtout les morts accidentelles. Bien que les routes militaires soient interdites aux civils, on ne compte plus les victimes des camions américains : un enfant de 8 ans tué le 27 août 1944, une mère de famille le 11 septembre, un cycliste le 30 septembre, pour ne citer qu’eux. Autant d’accidents soigneusement rapportés par La Presse cherbourgeoise plus discrète à propos des violences et agressions par les troupes américaines. Du moins jusqu’à son « très sérieux avertissement » du 17 octobre 1944 sur les pillages, viols et assassinats. Le général français, Alphonse Juin, transmet l’article au général Eisenhower avec ce commentaire : « C’est le sentiment de tous les habitants de la Manche et de la Normandie au contact des Américains. » Mais il n’y aura pas de grand déballage. Les autorités américaines se disent « émues des crimes dont se rendent coupables les militaires de couleur (sic) » et répliquent dans le même journal en déclarant la « guerre à l’alcool pour enrayer la criminalité (…) En réponse aux exactions touchant les femmes, la justice militaire américaine frappe fort : le 23 novembre, trois GI sont condamnés à mort pour le viol de deux victimes en juillet 1944, près de Cherbourg. En août sont recensés dix-huit viols. Selon la gendarmerie, on en dénombre trente-cinq en septembre et sept en octobre. Dans les campagnes, plus aucune femme ne veut aller traire les vaches seule le soir dans les champs (…) »


 

(Sources : Le Point – La Lettre de LK. Joffrin – EODE Think Tank)

# LIRE OU RELIRE MON ANALYSE SUR  LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/

GEOHISTOIRE/ POUR EN FINIR DEFINITIVEMENT AVEC LE MYTHE YANKEE DU ‘6 JUIN 1944’ : NON, LE SOLDAT RYAN N’EST PAS VENU ‘LIBERER L’EUROPE’ !

sur https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel/posts/1586598961474516

 

 

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétarien depuis 40 ans. http://www.les7duquebec.com

Une pensée sur “L’invasion de la France, le 6 juin 1944

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *