Alternance

 

Aurons-nous encore droit à la même alternance ?
– oui
– Laquelle ?
– La même !
Le même mouvement pendulaire entre désir et ennui.
Et ce n’est pas moi, c’est le saint père qui le dit, Arthur Schopenhauer…
Que je vais tenter de décliner en langage vulgaire… il paraît que c’est le process pour être access… accessible aux nuls qui n’ont ni assez de recul, ni assez d’adresse.
J’ai dit alternance entre désir et l’ennui… ce qui peut être traduit par l’expression : « c’est la vie ».
On en chie, c’est le désir.
Ou on se fait chier et c’est l’ennui.
Et comme on est habitué aux cumuls des mandats…
On peut se le dire maintenant : il n’y a pas plus chiant que cette chienne de vie ; ou plus poliment, cette vie de chien qui fait chier ou se fait chier.
Plus joliment : on passe notre temps à assouvir nos désirs et lorsqu’ils sont assouvis, on s’ennuie.
C’est ce qu’on appelle une vision pessimiste.
Mais à y regarder de plus près, elle est plutôt optimiste…
Parce que l’alternance la plus fréquente parmi les gens qu’on fréquente est une alternance entre désirs inassouvis et ennui.
La course est continue… entre les ennuis et l’ennui !
Avec le désir, on a que très rarement l’occasion d’aboutir.
La voiture que tu obtiens est rarement celle que tu désires obtenir.
La femme que tu désires séduire n’est pas celle que tu as réussi à séduire. Le métier que tu désires exercer n’a aucune commune mesure avec celui que tu exerces… ou alors tu délires pour ne pas en souffrir.

Le plus redoutable, ce n’est pas l’ennui, qui est devenu un luxe, mais l’inassouvissement de nos désirs. Conduite d’échec ou échec de toute conduite…
La difficulté est pour chacun, de se réaliser. L’effort ne suffit pas. La volonté non plus. L’obstination encore moins.
Nos vies sont de plus en plus inabouties, de moins en moins réussies.
Ce sentiment d’échec est largement partagé… par nous autres damnés que le système cosmique ou comique a condamné.

Nous avons convenu qu’il fallait gagner la partie, mais personne ne nous a jamais prévenu qu’elle n’était pas gagnable, parce que minable et interminable… et qu’on n’a pas fini de se battre pour une cause irréalisable.
Non, me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Je ne songe nullement au mot de l’ecclésiaste, vanité des vanités, tout est vanité !
Non, je vais encore plus loin, je descends encore plus bas, d’un cran ou de deux. Je dis : vanité de la vérité, de toute vérité.
En effet, à quoi ça nous sert d’apprendre que nous n’avons rien entre les mains, que nous nous faisons sans cesse avoir et que nous n’avons pas fini de nous faire avoir. Même la déception n’arrive plus à nous décevoir.
En vérité : tout nous ennuie, excepté peut-être l’ennui.

Où est la sortie ? se demande le saint père Schopenhauer qui sait ce que c’est qu’une galère et des galériens.
Y a-t-il seulement une sortie ? Une ouverture même si elle n’ouvre sur rien ?
Oui il y a bien une sortie répond le saint père…
Et vous la verrez à chaque fois que vous écouterez un Puccini, à chaque fois que vous tomberez sur le tableau d’un Modigliani, à chaque fois que le sublime fera irruption dans votre vie de merde.
Ça ne dure pas très longtemps mais ça vaut tous les déplacements.

https://www.lejournaldepersonne.com/2017/03/alternance/

 

Pour soutenir Personne et son journal, ses créations : https://www.lejournaldepersonne.com/carte-dabonnement/

avatar

Personne

Le Journal de Personne pratique la scénarisation à fond, pour illustrer une question d'actualité. Son info est une info scénario, son drame: une dramatisation et sa réalité: une réalisation.Vous auriez mauvaise grâce d'assimiler Personne à ses personnages, et ses histoires à des dérapages. L'humour et la dérision y ont toujours fait bon ménage. Le Journal n'est l'otage d'aucun parti, prisonnier d'aucune opinion, dupe d'aucun soupçon. Ni à gauche, ni à droite, mais au cœur de l'événement, il aborde tous les sujets, pose tous les problèmes et relance tous les débats : https://www.lejournaldepersonne.com

2 pensées sur “Alternance

  • avatar
    9 avril 2017 à 3 03 07 04074
    Permalink

    Je pourrais être d’accord avec ce texte, fort bien troussé, sauf qu’effectivement, comme vous le sous entendez d’ailleurs, c’est un poil pessimiste, pour moi. Car à part, lorsqu’on écouterait du Puccini ou lookerait un Modigliani, l’ennui serait mortel et jour après jour, heure après heure, minute après minute. Outre que j’arrive à frissonner en écoutant Buffalo Soldier de Bob Marley, par exemple, c’est donc cette irremédiabilité qui m’a conduite à me sortir les doigts du nez et à entrer en réflexion, la construire, et l’affiner en lisant, non Schopenhauer, mais Kropotkine, Zinn, Landaeur, Louise Michel, Emma Goldman et tous les Natifs, comme le poète penseur Thahokethoteh, Mohawk, Kahentinetha, et surtout le Pr Taiaiake Alfred qui enseigne à l’Univers de Victoria au Canada. Tenez, voici ma dernière publication en lien avec sa réflexion qui est « anarcho-indigéniste » la plus en proche de la mienne, comme de celle de Landauer d’ailleurs ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/03/15/le-grand-desapprentissage-par-taiaiake-alfred-ph-d/ Et vous y trouverez en lien, l’introduction à la Grande Loi de la Paix de la Confédération Iroquoise du XIIème siècle, en français, qui à cette heure du jour, permet de comprendre que qui veut la paix, prépare la paix, et non la WW3.
    Cette alternance n’est pas inéluctable si on arrive à vaincre l’inertie de départ… Faire un pas de côté, prendre le chemin Tangent, si cher à un autre poète Zénon, que si vous ne connaissez pas, vous devriez aimer ; Personne… Moi qui ne suis rien ► https://jbl1960blog.wordpress.com/les-chroniques-de-zenon/ Toutes ces lectures, m’ont permises de jeter mon filet toujours plus loin comme ici ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/06/11/semer-les-graines-du-futur/ Ou là ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/07/02/le-futur-est-proche/ Jusqu’à hier, pour arriver à cette conclusion que l’alternance est bien mortifère et que pour nous en défaire nous pouvoir utiliser une arme non létale à mettre entre toutes les mains , le BOYCOTT ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/04/06/voter-un-jour-cest-aussi-demissionner-5-ans/
    Comme quoi votre question, questionnante, nous pousse tous ensemble à nous questionner… JBL

    Répondre
  • avatar
    23 avril 2017 à 19 07 08 04084
    Permalink

    Je n’ai pas lu de livres des premiers, la vie m’a forgé pour qu’un jour j’y voir plus clair et d’un autre pour afin mettre les morceaux à leur place.

    Mon destin me rattrape sans avoir ma famille pour m’épauler. Je me rend compte de l’importance des mots et toute l’information qui s’y rattache.

    Le temps semble s’être arreté et je me retrouve en attente.

    Je sens mon destin enfin prendre la route qui lui était promise.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *