Andreas Lubitz : l’Altruicide

PERSONNE :

Andreas respirait normalement.
Aucun signe de fébrilité.
Il savourait peut-être même la descente…
Quand on souffre, plus que de raison, on finit toujours par se précipiter dans un gouffre. L’attrait pour l’inéluctable, c’est redoutable…
Ce suicide longuement prémédité, soigneusement dissimulé, accompli sous le sceau du secret avec une certaine sérénité.
Sa décision était prise, elle était dans sa valise, qui contenait désormais toute sa destinée.
Pour un mélancolique c’est un verrouillage automatique : la vie vaut la peine d’être vécue, si et seulement si elle est vaincue.
C’est dans le creuset de la mélancolie que s’élabore très souvent une certaine idée de la mort… celle qui libère de l’enfer celui qui ne croit plus au paradis.
Qu’est-ce que le suicide ?
Un mal plutôt banal. C’est l’acte de celui qui réussit ce double tour de force d’être à la fois le coupable et la victime.
L’égoïste qui met un terme à son égoïsme.
Mais Andreas ne voulait pas se contenter d’un simple suicide.
Il était aussi tenté par l’altruicide… il voulait débarrasser aussi les autres de leur inutilité, de leur inanité, de leur absurdité.
Délivrance collective. Suicide altruiste diront les psychiatres. Il ne part pas seul, il embarque tout le monde… tous ceux qui sont à sa charge. Andreas Paterfamilias.
Une question demeure cependant en suspens ?
Pourquoi il a fait ça ?
Parce qu’on croit que la mélancolie ne suffit pas à rendre compte de l’effroyable
Et on a tort parce que le plus effroyable au monde, c’est la mélancolie…

http://www.lejournaldepersonne.com/2015/03/andreas-lubitz-laltruicide/

avatar

Personne

Le Journal de Personne pratique la scénarisation à fond, pour illustrer une question d'actualité. Son info est une info scénario, son drame: une dramatisation et sa réalité: une réalisation.Vous auriez mauvaise grâce d'assimiler Personne à ses personnages, et ses histoires à des dérapages. L'humour et la dérision y ont toujours fait bon ménage. Le Journal n'est l'otage d'aucun parti, prisonnier d'aucune opinion, dupe d'aucun soupçon. Ni à gauche, ni à droite, mais au cœur de l'événement, il aborde tous les sujets, pose tous les problèmes et relance tous les débats : https://www.lejournaldepersonne.com

Une pensée sur “Andreas Lubitz : l’Altruicide

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *