Chronique : le vrai axe du mal

Bush_nato

 

CHÉRIF ABDEDAÏM :

Pour Israël, l’Axe du Mal ce sont les pays non-alignés, dissidents, critiques vis-à-vis de lui Etat le plus voyou de la planète. Pour les hommes politiques américains, faux serviteur de Dieu et vrai suppôt du diable, la menace vient de la Corée du Nord, de l’Iran, etc. Particularité de ces Etats: Ils n’acceptent pas d’être soumis à l’Empire. D’après les Bush, Obama et consorts, ce sont des Etats terroristes, possédant des armes de destruction massive.

Par contre, Israël, fort discret mais derrière les grandes destructions de la planète, rêve de réduire en poussière l’Iran (le Ministre des Affaires Etrangères de l’entité sioniste, par ex, évoque un Hiroshima pour l’Iran, pas moins), et comme d’habitude, de diviser pour régner.
La Corée du Nord est une dictature effroyable. Elle détient des armes de destruction massive, mais elle ne les utilisera que si elle est attaquée. Idem pour l’Irak qui a été mis à feu et à sang.

Quant à l’Iran, il n’a jamais attaqué personne. Il doit posséder l’arme nucléaire: Ce sera sa meilleure arme de dissuasion, alors qu’il est cerné de puissances hostiles et menacé de destruction massive par Israël et ses sales potes anglo-saxons.

Londres, avec son histoire impériale et impérialiste pétrie de crimes aux quatre coins de la planète, Londres avec sa City et ses banksters, Londres avec sa Couronne d’Angleterre qui signe les décrets les plus infâmes, Londres qui décide de donner le coup d’envoi des guerres mondiales au mépris des vies humaines et du Droit. Entre autres !

Washington capitale politique d’une Amérique née dans l’extermination des populations autochtones (génocide qu’on commémore moins que la Shoa, et même qu’on tente d’oublier et de faire oublier), Washington capitale d’une Amérique colonisée par la lie des populations (repris de justice, etc), Washington capitale d’une Amérique de cow-boys réglant leurs comptes à coups de révolvers, préférant la force au Droit, Washington capitale d’un Etat armant tous les bandits, tous les dictateurs et les plus grands terroristes de la planète, et prospérant dans le crime (guerres, drogue, etc), Washington capitale d’une Amérique sans culture et polluée par la mentalité de parvenus prêts à tout pour affirmer leur pouvoir, leur puissance… quitte à dévaster la planète soi-disant au nom du Bien, de Dieu, de la démocratie. Quelle imposture !

Israël dont la sale réputation dans tous les domaines n’est plus à faire, vomie du monde entier et même maintenant d’une partie de ses alliés, Israël état raciste, voleur, pilleur, diviseur, meurtrier, va-t-en guerres partout et dirigé par des fascistes fanatiques illuminés, israël prêt à mettre à feu et à sang la planète pour un grand Israël même planétaire, afin d’accomplir des visions folles inspirées directement du Talmud ou de la Torah, etc, etc.
Voilà le vrai Axe du Mal qui pèse sur le monde, entraînant dans son sillage une Europe en lambeaux, de plus en plus vassale pour son malheur et pour sa perte.

En fin de compte, le vrai Axe du Mal, c’est Londres-Washington-Tel-Aviv.

avatar

Chérif Abdedaïm

Chérif Abdedaïm est journaliste écrivain algérien. Auteur de plusieurs essais et recueils de poèmes dont "Aux portes de la méditation", "Le Bouquet entaché", "Abdelhafid Boussouf, le révolutionnaire aux pas de velours", "Constantine, la saga de beys", "la Contrée désolée", etc.

Une pensée sur “Chronique : le vrai axe du mal

  • avatar
    7 juillet 2015 à 9 09 07 07077
    Permalink

    Dans son roman «1984», Orwell avait imaginé un Etat totalitaire s’imposant par la violence, la surveillance, la manipulation de la langue et le contrôle des médias. Dans son «Meilleur des mondes», Huxley avait quant à lui eu l’intuition que le totalitarisme auquel aboutirait fatalement le capitalisme dans sa version ultime serait un totalitarisme dans lequel, ivres de consommation et gavés de divertissements, les esclaves auraient «l’amour de leur servitude».
    Aujourd’hui, nous constatons que la réalité qui s’impose peu à peu se situe exactement entre les deux: surveillance, Novlangue et contrôle des médias pour tous ; «amour de la servitude» pour ceux que le Système a correctement formatés et, lorsque la situation l’exige (et elle l’exigera toujours davantage à mesure qu’il deviendra impossible de satisfaire aux désirs des masses), violence et répression pour les récalcitrants.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *