Chronique : «l’Empereur est nu» !

dieudo

Par Chérif Abdedaïm
Le 1er décembre 2014, Dieudo vient de fonder un site de réinformation : Quenel+. Le comédien a quand même marqué l’année 2014 par sa sortie tonitruante qui a fait tomber les masques et mettre à nu l’escobarderie d’une classe politique sionisée. Combien de Palestiniens ont été assassinés par Israël. Combien d’enfants, combien de femmes, combien de vieillards et j’en passe, ont fait les frais d’une haine inimaginable.
Des agissements qui nous rappellent, la haine coloniale envers le peuple algérien : crimes de masse : « enfumage », tuerie collective, ethno-génocide, etc.
L’ « holocauste » érigé en nouvelle religion, a permis à la classe sioniste de faire son beurre et de légitimer toutes sortes de crimes.
Qu’en est-il du « crime » de Dieudonné ? Une simple quenelle qui fait coulé beaucoup d’encre et suscité les plus âpres commentaires. Le 5 janvier 2014, Anne Hidalgo déclare : « Il faut fermer le théâtre Dieudonné. » Ah, la belle démocratie. Un caricaturiste à intitulé son dessin « les heures les plus sombres de notre histoire » Amnésie oblige, ce caricaturiste semble ignorer « les bienfaits de la colonisation » prônés par la loidu 23 février 2005.
Toujours côté medias, dans une vidéo, Christophe Barbier, « journalope » à l’Ex-presse et mari de Yamini Kumar-Cohen (directrice de la communication chez Hermès, grand fabricant d’écharpes rouges), nous explique ce qu’est la liberté d’expression :
-A propos des caricatures islamophobes de Charlie Hebdo : « Il ne peut pas y avoir de limites à la liberté d’expression… »

– A propos de Dieudonné : « La liberté d’expression a des limites… De quel droit Dieudonné et ses comparses peuvent-ils encore nuire ?… » Là, on oublie la logique cartésienne, et l’on croit entendre le Talmud…

Ainsi, la corrida anti-Dieudo battra son plein, animée par le matador « espagnole » Manuel Valls (dans sa Catalogne natale) et par le tsahalo judéo-nazi israélien Arno Klarsfeld. Ce dernier appelle ses fans des milices sionistes à « manifester » contre les spectacles de Dieudonné afin de créer des troubles qui fourniront à Valls le prétexte voulu pour interdire tout ce qui a trait à la quenelle.
Pour sa part, le journaliste belgo-turc Bahar Kimyongür réagit dans un article : « Interdire Dieudonné ? Et pourquoi ne pas interdire le spectacle de Hollande à Ryad ?

Et les réactions ne manquent pas . « La Bête Noire de l’establishment français » titre Diana Johnstone dans un article. Pour sa part, le journaliste et écrivain israélien Jacob Cohen (auteur d’un livre sur les sayanim, cette cinquième colonne de taupes israéliennes), titre « Manuel Valls : le bon petit soldat d’Israël ». Il glisse ainsi une quenelle à la dictature sioniste. Dans une interview, il déclare : « L’affaire Dieudonné est révélatrice de la puissance du lobby judéo-sioniste… Dieudonné est le seul artiste qui remet en question la domination sioniste en France… Il est très populaire, il fait rire les gens, c’est intolérable… Dieudonné est un os en travers de la gorge du CRIF… »
Jacob Cohen explique comment les partis de gauche et les organisations pro-palestiniennes sont colonisés par les sionistes, ce qui explique l’unanimité de leurs réactions anti-Dieudonné. Cohen évoque aussi l’incroyable haine des sionistes pour les Juifs qui osent les critiquer. Il n’est pas très optimiste mais pense néanmoins qu’il y aura un retour de bâton un jour ou l’autre…
Le 9 janvier 2014, le préfet de Loire-Atlantique, sur ordre du ministre de l’Intérieur des « Territoires occupés » de l’ancienne République française, interdit le spectacle de Dieudonné à Nantes. Le tribunal administratif de cette ville lève l’interdiction mais Valls saisit le Conseil d’Etat. Celui-ci casse la décision du tribunal en l’espace de quelques minutes. L’avocat de Dieudo, toujours à Nantes, n’a pas la possibilité de plaider sa cause à Paris.

La décision du Conseil d’Etat (la plus haute juridiction administrative française) a été prise par un juge unique (et inique) dont le nom est Bernard Stirn. Comme par hasard, l’homme est juif (et serait un descendant d’Alfred Dreyfus). Il est clair que tout cela a été manigancé au préalable avec la complicité du gouvernement et des instances sionistes qui le contrôlent.
Désormais, c’est le (non-)droit israélien qui s’applique dans ce pays : la loi juive en sus d’un juge juif qui vaut à lui tout seul le Sanhédrin au grand complet et qui n’a de comptes à rendre qu’à Celui qui l’a « élu »…

Pour enfoncer le clou, on apprend que le Conseil des ministres vient de nommer à ce même Conseil d’Etat l’avocat (israélien) Arno Klarsfeld (dit Klaro Arschfeld). Question rhétorique : Le Conseil d’Etat est-il français ou israélien ?
Les medias sionisés, plus monolithiques que jamais, s’acharnent sur Dieudonné. Lui qui n’existait pratiquement pas pour eux un mois avant cet événement, est devenu subitement aussi important dans le discours politique que les chambres à gaz dans la théologie holocaustique. Dieudo est l’homme à abattre, « natzi antishémite » (comme l’a décrété la maison-mère), agent de Téhéran, de Damas et du Hezbollah, banquerouteur et fraudeur fiscal, blanchisseur d’argent sale via le Cameroun, multimillionnaire arnaqueur, etc… Un mec qui touche 250.000 euros pour se produire au Zénith de Nantes et qui se tire avec la caisse sans donner de représentation ni rembourser son public floué.
Le 11 janvier 2014 – Après Nantes, les autres représentations de la tournée de Dieudonné sont interdites les unes après les autres : Tours, Orléans, Paris… L’artiste jette (provisoirement ?) l’éponge. La racaille sioniste jubile.
A cela, les réactions ne manquent pas également. « Interdiction de Dieudonné : La France qui dérape n’est pas celle qu’on nous montre du doigt » titre Christophe Oberlin (chirurgien connu pour son engagement en faveur des Palestiniens). « Est-ce que le peuple français peut prendre conscience du degré de dictature dans lequel il se trouve ? Est-ce qu’il peut avoir un sursaut de dignité ? » s’interroge Jean Bricmont dans une vidéo. Ce même analyse, lors d’un débat télévisé de Frédéric Taddeï sur France 3 (étonnant qu’on l’ait invité) dira : « Si vous voulez savoir qui a réellement le pouvoir, demandez-vous de qui on ne peut pas parler… » (citation attribuée à Voltaire). Réplique pavlovienne du sioniste juif Jean-François Kahn : « C’est une phrase antisémite… »
Cela dit, quel est le poids de l’idéologie dominante en France ? L’affaire de la quenelle a permis de clarifier les fronts. Tous les partis de gauche comme de droite (à l’exception du Front National pour des raisons particulières) ont ouvertement condamné Dieudo, y compris plusieurs groupes et groupuscules gauchistes. Parmi ceux qui ne l’ont pas fait, une tactique assez courante consiste à approuver l’humoriste, mais à condamner son ami Alain Soral – bien que tous deux soient en gros sur la même ligne.
Le syndrome des quenelles gagnera ainsi la Belgique et la Tunisie avec notamment les interventions respectives des députés belge Laurent Louis et tunisien Rabiî Abdi. Le premier était en en faveur de Dieudonné et de la liberté d’expression , et contre la censure sioniste. Cette intervention vaut aussitôt à son auteur des poursuites de la part de l’innommable lobby.
Quant au second, membre du parti Wafa (centre-gauche), il a protesté à l’assemblée constituante « contre la non-inclusion de l’interdiction de la normalisation des relations avec Israël dans la nouvelle constitution »
Ainsi, toute cette « tempête dans un verre d’eau » a débouché sur une Proposition de loi « anti-quenelle » déposée au Parlement français par le député israélien Meyer Habib, ancien « gros bras » des milices sionistes.
Enfin, pour conclure, nous reprendrons un passage d’un article du philosophe anti-sioniste israélien, Gilad Atzmon. Ce dernier explique « le sens Le sens du phénomène Dieudonné : « Dieudonné nous a rappelé ce pour quoi la gauche s’est battue au départ, avant qu’elle soit conquise par Marcuse et ses copains des yeshivah([écoles juives) de Francfort. C’est l’artiste français qui met en lumière les idées de gauche les plus fondamentales… La quenelle représente aussi une opposition à la suprématie de la souffrance juive et à la tyrannie du politiquement correct (…) Dieudonné est le héros de la pensée socialiste authentique dans l’esprit de la Commune de Paris, et en tant que tel, il représente en effet un grand danger pour les membres de la nouvelle gauche et leurs trésoriers du CRIF. Le diplômé casher de Francfort voit les masses françaises monter en puissance et les gens qui manifestent dans les rues de Paris crier « l’Empereur est nu ». En fait, il n’y a plus grand-chose à cacher ou à effacer. Encore une fois, la vérité nue se révèle elle-même et contre toute attente ».

avatar

Chérif Abdedaïm

Chérif Abdedaïm est journaliste écrivain algérien. Auteur de plusieurs essais et recueils de poèmes dont « Aux portes de la méditation », « Le Bouquet entaché », « Abdelhafid Boussouf, le révolutionnaire aux pas de velours », « Constantine, la saga de beys », « la Contrée désolée », etc.

Une pensée sur “Chronique : «l’Empereur est nu» !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *