Chronique : Obstruction

Unknown

CHÉRIF ABDEDAÏM :

Les milices islamistes de Tripoli se mobilisent et se déploient à l’entrée de la capitale. Le 7 juillet dernier, des groupes armés fidèles au Congrès général national (CGN) ont organisé une démonstration de force à Tripoli, alors que l’armée nationale libyenne tente toujours dʼentrer dans la capitale. Selon les observateurs, alors que des pourparlers inter-libyens sont engagés à Skhirat (Maroc), le gouvernement de Tripoli soutenu par les milices islamistes sʼefforce de gagner du temps. En effet, le mandat du Parlement reconnu par la communauté internationale, siégeant à Tobrouk, expire en octobre prochain et de nouvelles élections législatives devraient être organisées à cette échéance. La délégation du CGN a boycotté la cérémonie de signature organisée le 12 juillet à Skhirat, pour ratifier la quatrième mouture de lʼaccord de sortie de crise, conclu après plusieurs mois de négociations sous l’égide des Nations unies. Ce projet dʼaccord a été rejeté sous la pression des milices « Aube de la Libye », notamment de ses factions les plus radicales, comme le « Centre d’opération des révolutionnaires de Libye », commandé par le dénommé Chaabane Hadiya (alias Abou Obeida). Quoi quʼil en soit, lʼaccord signé reste dépourvu de portée pratique, en l’absence de tout volet de sécurité, prévoyant en particulier le désarmement des milices et leur retrait de Tripoli, ainsi que la lutte contre les groupes terroristes, notamment l’Etat islamique, qui sʼest récemment implanté dans la région du « croissant pétrolier » libyen.
Par ailleurs, le « Haut conseil des révolutionnaires libyens » a publié un communiqué menaçant à lʼencontre des autorités tunisiennes, mettant en garde contre la construction dʼun mur sur une portion de la frontière commune. Il sʼagit en réalité dʼune barrière de sable, faite de dunes précédées par des tranchées creusées de deux à trois mètres de profondeur. Cet obstacle semi-naturel sʼétend le long de 168 km sur les 520 km que compte la frontière tuniso-libyenne. Cet ouvrage, dont la réalisation devrait sʼachever à la fin de lʼannée, est destiné à sécuriser la zone comprise entre le poste frontière de Ras Jedir et la ville de Dhehiba, et notamment à empêcher l’infiltration de terroristes. Principale force contrôlant le nord-ouest de la Tripolitaine, le « Haut conseil des révolutionnaires libyens », qui regroupe un certain nombre de milices islamiques radicales, est soupçonné de fournir un soutien au groupe djihadiste tunisien Ansar al-charia, permettant en particulier à ses hommes de sʼentraîner dans les camps dʼOum Chaouicha et Rakakik, à proximité des localités de Sebratha et Ajaylat. Outre le problème de la circulation des groupes terroristes entre la Tunisie et la Libye, la construction du mur frontalier entraverait la contrebande de marchandises, notamment de produits pétroliers, qui constitue une importante source de revenus pour les groupes islamistes. Ce trafic serait placé sous lʼautorité du dénommé Taher al-Gharabli, un proche de Chaabane Hadiya. Al-Gharabli serait également en charge de la coordination avec le groupe Ansar al-Charia, dont les recrues subissent un entraînement dans les camps libyens.

avatar

Chérif Abdedaïm

Chérif Abdedaïm est journaliste écrivain algérien. Auteur de plusieurs essais et recueils de poèmes dont « Aux portes de la méditation », « Le Bouquet entaché », « Abdelhafid Boussouf, le révolutionnaire aux pas de velours », « Constantine, la saga de beys », « la Contrée désolée », etc.

2 pensées sur “Chronique : Obstruction

  • avatar
    25 juillet 2015 à 20 08 35 07357
    Permalink

    Je serais très heureux s’ils s’entretuaient tous…

    Répondre
  • avatar
    27 juillet 2015 à 17 05 14 07147
    Permalink

    Merci Cherif pour cette petite histoire des factions djihadistes créés – financées par les puissances impérialistes et recrutant leurs militants parmi les jeunes désoeuvrés que la crise économique – politique et sociologique jette sur le pavé à la merci des recruteurs de milices terroristes au service des grands terroristes d’État

    Robert

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *