CONSUM

Je suis arrivée avant l’heure
Me suis installée à la terrasse d’un café
Je n’avais pas sur moi le moindre centime pour commander
J’attendais quelqu’un…
Mais le garçon m’a priée gentiment de débarrasser le plancher
Sommée de consommer… Il était désolé
Mais pas autant que je l’étais.
C’était sa mission sans rémission :
Remplir les verres et vider les travers !
À peine une heure plus tard
J’appris l’affreuse nouvelle :
Les clients du café que je venais de quitter furent abattus à bout portant par un tueur…
Par un apprenti terroriste qui s’est aussi donné la mort, par dessus le marché…
Parce qu’il s’agit bel et bien d’un marché
Où certains sont invités à l’ouvrir
Quand d’autres sont priés de la fermer.
Le sort m’a épargnée… et pourtant je n’étais pas soulagée
J’étais doublement terrorisée !
Tout autant par les criminels asociaux
Que par la société qu’on ne peut qu’incriminer.
Une société de consommation qui n’a plus rien d’une société
Où tout ce qui ne se consomme pas n’est pas objet digne d’intérêt
Où tout ce qui ne se consume pas n’est pas un sujet digne de respect.
Tous les liens humains sont brisés, il n’y a plus que des rapports…
Un système d’objets et des problèmes insolubles pour nous autres damnés.
Et même la triste nouvelle de la mort de ces innocents est devenue un produit de consommation.
Une vulgaire marchandise, un cliché vendu aux médias sur la place du marché… une photo, une vidéo, un œil témoin :
Tout est monnayé pour relayer l’évènement avec rentabilité. Le rentabiliser.
La terreur est rentable
Notre existence est jetable !
Il est fort à parier que ce sera toujours la guerre qui l’emportera sur la paix, non à cause de ce qu’elle coûte mais à cause de ce qu’elle rapporte… des larmes et des armes.

Un café s’il vous plaît, c’est ce que j’aurais peut-être dit, si je savais que c’était la société qui allait me le payer.

http://www.lejournaldepersonne.com/2016/01/consum/

affiche L'école subversive avec montage, peinture de Personne tenant un masque

Campagne prévente de tickets, soutien du film de Personne L’école subversive, La Révolution en 90 leçons bientôt sur la toile (quand l’objectif financier sera atteint) : http://www.lejournaldepersonne.com/campagne-de-soutien-du-film-lecole-subversive-la-revolution-en-90-lecons-prevente-dacces-et-coproducteur-donateur-jusquau-26-janvier/

avatar

Personne

Le Journal de Personne pratique la scénarisation à fond, pour illustrer une question d’actualité. Son info est une info scénario, son drame: une dramatisation et sa réalité: une réalisation.Vous auriez mauvaise grâce d’assimiler Personne à ses personnages, et ses histoires à des dérapages. L’humour et la dérision y ont toujours fait bon ménage. Le Journal n’est l’otage d’aucun parti, prisonnier d’aucune opinion, dupe d’aucun soupçon. Ni à gauche, ni à droite, mais au cœur de l’événement, il aborde tous les sujets, pose tous les problèmes et relance tous les débats : https://www.lejournaldepersonne.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *