Dans la tête d’un terroriste

 

C’est le jour J. Le lieu dit.

Celui qu’il a choisi pour réduire ses congénères en poussière.

Il n’a eu aucune peine à se transformer en bombe humaine. Il sait qu’il va se donner la mort avec d’autres à bord. Tous ceux dont le hasard a scellé le sort.

Il n’aura même pas le temps d’avoir un seul remord. Son geste le réveille, son geste l’endort ou va l’endormir du plus profond sommeil.

C’est l’irréversible qui l’émerveille. Entre l’indistinction de la vie et la distinction de la mort… rien n’est pareil.

Pour une fois ce sont les présents et non les absents qui ont tort… d’être là encore, de faire partie du décor.

Dans son for intérieur, s’agite l’idée qu’il est le plus fort. Plus fort que la mort. C’est avec ce genre de certitude qu’on s’en sort.

L’explosion va peut-être livrer le secret de l’être en délivrant les êtres de leurs secrets.

Le bonheur se dit-il, est pour celui qui choisit son heure, sa dernière heure, sa demeure. Il se leurre peut être mais il n’a plus peur. Et ça le rend lucide de vouloir à tout prix partager son suicide.

Il ne va pas causer de tort mais redresser les torts ; justifier l’injustifiable sort de tous ceux qui vont y trouver la mort…

Plus ils seront nombreux et plus son acte sera glorieux.

Heureux ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu.

C’est dans ce train reliant la capitale à sa banlieue que la conflagration aura lieu. Il a choisi l’heure de pointe pour exaucer son vœu. Il lui suffit d’effleurer son smartphone portable pour faire feu.

Il a conçu sa disjonction sans obéir à la moindre injonction… librement… gratuitement… sereinement. C’est simple. Ce n’est pas compliqué même s’il sait que son forfait sera revendiqué par d’autres laquais ou assimilé à une religion contre-indiquée. Comme toujours c’est l’islam qui payera les pots cassés quand on verra les victimes s’entasser dans l’étrange mémoire de l’actualité. Les politiques sauront le profiler et en profiter.

 

Notre homme n’a pas lu le Coran mais il a longuement feuilleté « les caves du Vatican » et s’est mis en tête de soumettre l’ange à la bête, en accomplissant l’acte le plus insensé gracieusement, disgracieusement, juste pour le plaisir de briser d’autres destins avec le sien.

Et juste au moment d’actionner sa bombe, je me suis réveillée… en transpirant, le cœur battant, avec la ferme décision de ne plus refermer l’œil !

 

https://www.lejournaldepersonne.com/2019/05/dans-la-tete-dun-terroriste/

 

Pour le projet de livre Les Mille et une Vies : https://livre.lejournaldepersonne.com

 

Pour soutenir l’Artiste du journal de Personne, ses créations, le journal, voir un de ses films, demander le film de votre vie, sur œuvre ou sujet : https://www.lejournaldepersonne.com/soutien-journal-de-personne/

 

avatar

Personne

Le Journal de Personne pratique la scénarisation à fond, pour illustrer une question d'actualité. Son info est une info scénario, son drame: une dramatisation et sa réalité: une réalisation.Vous auriez mauvaise grâce d'assimiler Personne à ses personnages, et ses histoires à des dérapages. L'humour et la dérision y ont toujours fait bon ménage. Le Journal n'est l'otage d'aucun parti, prisonnier d'aucune opinion, dupe d'aucun soupçon. Ni à gauche, ni à droite, mais au cœur de l'événement, il aborde tous les sujets, pose tous les problèmes et relance tous les débats : https://www.lejournaldepersonne.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *