De Saint Charles à Las Vegas

 

Après le double assassinat sur le parvis de la gare, la sentinelle du néant ne peut s’empêcher de se poser la question qui tue : faut-il renvoyer chez eux tous les apaches pour ne plus être à la merci de toutes les tâches ?

C’est la réponse qui fâche : OUI disent tous les lâches… qui pour ne pas courir le risque d’être enterrés avant l’heure, préfèrent déterrer la hache de guerre… ils ne mâchent plus leur mots : dehors les apaches !

La sentinelle du néant hésite en sachant qu’elle ne peut pas hésiter longtemps parce que le mal est flagrant dès qu’il est question d’immigrés ou de migrants… qui s’abattent sur elle en criant : Dieu est Grand…

La sentinelle du néant se frotte les yeux devant ce bond désespéré hors du temps, hors de la matière, hors de soi-même.

Elle n’arrive plus à distinguer entre la bonne et la mauvaise cause… devant cette idéologie qui ne s’expose qu’en explosant… c’est tout le pays qui risque de prendre feu !

Ce n’est plus Daesh qui allume la mèche, mais de petites canailles qu’on appelle awbèches… parce qu’elles prêchent la fin d’un monde… le nôtre, libre et libéral mais aux antipodes de leur idéal…

La sentinelle du néant reste persuadée que tous ces jeunes gens ont dû avaler l’herbe folle, une sorte de haschich idéologique qui les a rendu tous fous, haschachines… assassins…

Les experts en la matière sont persuadés que tous ces apprentis sorciers de la terreur qu’on appelle : IRHEB proviennent tous du Maghreb, avec l’adjonction de quelques brins africains…

Il nous suffit de jeter un œil sur nos prisons pour se faire une raison : 90% d’apaches, qui n’ont de commun avec nous que le droit…

La sentinelle du néant même pour nous épargner la mort, a peur de les jeter tous par dessus bord…

Parmi eux, il y a peut être le berger de l’être… et de nombreux innocents ? Telle est la question ! La gare Saint Charles hier et aujourd’hui Las Vegas avec encore plus de victimes à la ronde…

La sentinelle du néant se demande : où va le monde ?

Ni Dieu, ni les religieux… il n’y a qu’un coupable : c’est l’idéologie.

C’est le texte sans contexte et sans prétexte… le texte du radicalisme sans conteste. C’est juste la fin du monde comme dirait Xavier Dolan, un monde qui veut en finir avec le monde.

C’est vache, mais à chacun selon ses apaches !
 
https://www.lejournaldepersonne.com/2017/10/de-saint-charles-a-las-vegas/

Personne est sur un nouveau projet, un nouveau film long métrage est en cours de préparation, pour contribuer à sa réalisation, rendez-vous sur la page de soutien : https://www.lejournaldepersonne.com/soutien-journal-de-personne/

avatar

Personne

Le Journal de Personne pratique la scénarisation à fond, pour illustrer une question d’actualité. Son info est une info scénario, son drame: une dramatisation et sa réalité: une réalisation.Vous auriez mauvaise grâce d’assimiler Personne à ses personnages, et ses histoires à des dérapages. L’humour et la dérision y ont toujours fait bon ménage. Le Journal n’est l’otage d’aucun parti, prisonnier d’aucune opinion, dupe d’aucun soupçon. Ni à gauche, ni à droite, mais au cœur de l’événement, il aborde tous les sujets, pose tous les problèmes et relance tous les débats : https://www.lejournaldepersonne.com

Une pensée sur “De Saint Charles à Las Vegas

  • avatar
    6 octobre 2017 à 16 04 30 103010
    Permalink

    Bravo, belle performance madame.

    90 % d’Apaches un chiffre symptomatique

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *