ÉVO MORALES PRIVÉ DE SON IMMUNITÉ INTERNATIONALE


OSCAR FORTIN:

Quatre pays européens, la France, l’Espagne, l’Italie et le Portugal interdirent, dans la nuit du 2 au 3 juillet, leur espace aérien à l’avion présidentiel du président légitimement élu de la Bolivie, Évo Morales. Cette interdiction est survenue après que le plan de vol du retour en Bolivie du Président en visite officielle à Moscou ait été accepté par ces mêmes autorités.

Le 2 juillet, le président Morales, au terme de sa mission à Moscou, entreprend son voyage de retour à son pays, la Bolivie. Il est prévu une escale pour faire le plein de carburant avant la traversée de l’Atlantique. C’est donc au moment où il est en plein vol que cesdits pays interdisent le passage de l’avion présidentiel dans leur espace aérien et pas question qu’il y atterrisse, même si ce dernier est de plus en plus à court de carburant. Ce sera finalement en Autriche, plus précisément à Vienne, que l’autorisation d’atterrir lui sera accordée pour faire le plein.

Mais voilà, une fois à l’aéroport de Vienne, l’ambassadeur d’Espagne en Autriche intervient pour demander, à l’encontre du droit international et contre la volonté du Président, une fouille complète de l’avion. Ce dernier sera retenu plus de 13 heures à cet aéroport comme le serait un délinquant de droit commun.

 

Pour bien comprendre la nature de cet acte criminel, il faut imaginer un seul instant un scénario semblable impliquant cette fois l’avion présidentiel du président des États-Unis à qui serait interdit l’espace aérien de la Bolivie, du Venezuela, de l’Équateur, de l’Argentine et du Brésil pour faire le plein de carburant. Déjà là ce serait une mobilisation de tous les médias et institutions internationales pour dénoncer et justifier des interventions militaires musclées dans ces pays. D’autant plus justifiée, si ce même avion a fait l’objet d’une fouille complète, obligeant le président des États-Unis à passer 13 heures avant que soit autorisé son départ.

Sans être un spécialiste en droit international, tout président légitime dispose de l’immunité diplomatique et son avion présidentiel a les mêmes attributs qu’ont les ambassades dans tous les pays du monde.

Hier, le 4 juillet, les pays membres d’UNASUR se sont réunis d’urgence à Cochabamba, en Bolivie, pour exprimer leur solidarité au président Evo Morales, mais aussi pour condamner de la manière la plus forte ces quatre pays européens ainsi que ceux qui en tirent les ficelles. On demande que toute la lumière soit faite sur ce qui a amené ces pays à déroger au droit international, mettant ainsi en péril la vie d’un président démocratiquement élu par son peuple. On exige que ces pays s’excusent, qu’ils reconnaissent leur faute et qu’ils en assument les conséquences. Dans la déclaration de Cochabamba (version espagnole) ils déclarent entre autres :

« Nous dénonçons la flagrante violation des Traités internationaux qui régissent la vie pacifique, la solidarité et la coopération entre nos États, qui constitue un acte insolite, inamical et hostile, constituant un fait illicite qui affecte la liberté de déplacement d’un Chef d’État et de sa délégation officielle.  

Nous appuyons la Dénonciation présentée par l’État plurinational de Bolivie devant le Haut commissariat des Nations Unies pour le non-respect des Droits Humains et pour avoir mis en danger la vie du président Évo Morales. De la même manière, nous appuyons toutes les actions jugées nécessaires devant les Tribunaux et instances compétentes. » (Traduction de l’auteur)

Un bon résumé en français de cette déclaration se retrouve dans cet article.

Comment des pays comme la France, l’Espagne, le Portugal, l’Italie et les États-Unis qui se réclament constamment du droit international et de la Charte des droits de la personne peuvent-ils se comporter en de véritables délinquants, faisant fi du respect de ces mêmes droits ?

Lors de la rencontre de Cochabamba, les présidents ont insisté sur ce droit humain inaliénable « du refuge politique » à celui qui voit sa vie mise en danger pour des considérations politiques et idéologiques. Ce droit, reconnu par les Nations Unies, doit être respecté dans toute son intégralité.

CONCLUSION

S’il y a une conclusion à tirer de cette histoire qui nous ramène à la loi des plus forts, des plus puissants, c’est que les vrais visages de ceux qui ont bâti leur empire en se couvrant de toutes les grandes valeurs d’humanité se révèlent dans toute sa laideur. Je ne puis m’empêcher de reprendre ici une invective de Jésus de Nazareth contre ces sépulcres blanchis remplis d’ossements et d’horreurs.

« Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites, qui ressemblez à des sépulcres blanchis : au-dehors, ils ont belle apparence, mais au-dedans ils sont pleins d’ossements de morts et de toute pourriture ; » (Mt. 23, 27)

Ma toute dernière citation, directement reliée à ce qui se passe avec Bradley Manning, Edward Snowden et Julian Assange se présente comme une prophétie :

« Car il n’y a rien de caché qui ne doive être découvert, et rien ne se fait en secret qui ne doive paraître en public. » (Marc 4:22) 

L’empire, bâti sur le mensonge, l’hypocrisie, le secret, la cupidité, ne saurait résister longtemps aux forces de la vérité, de la transparence, de la solidarité.

Je mise sur ces dernières pour la grande victoire de l’humanité sur ses fossoyeurs. Autant l’obscurité de la nuit ne peut résister à la lumière du jour, autant ces fossoyeurs d’humanité ne sauraient résister à l’éveil des consciences. 

Oscar Fortin

Québec, le 5 juillet 2013

http://humanisme.blogspot.com

À lire également sur le même sujet:

http://www.legrandsoir.info/25-verites-sur-l-affaire-evo-morales-edward-snowden.html

 

 

avatar

Oscar Fortin

Libre penseur intéressé par tout ce qui interpelle l'humain dans ses valeurs sociales, politiques, économiques et religieuses. Bien que disposant d'une formation en Science Politique (maîtrise) ainsi qu'en Théologie (maîtrise), je demeure avant tout à l'écoute des évènements et de ce qu'ils m'inspirent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *