G7: L’APOTHÉOSE DE TRUMP?

Par Nuevo Curso. Traduction:

 

Négocier avec l’Europe est facile, dit Trump: « il suffit de mettre des tarifs sur leurs voitures et elle nous donneront tout ce que nous voulons « . Et si nous écoutons la presse allemande … il a raison . Mais le monde vit un moment critique, le G7 met beaucoup plus en jeu que les problèmes allemands, ou même européens.

 

Allemagne

ORBAN REÇOIT MERKEL LA SEMAINE DERNIÈRE.

 

Et ils ne sont pas négligeables. Pressée par la récession en cours, Merkel vient d’annoncer qu’elle mettrait fin à « l’impôt de solidarité » qui a financé la modernisation du capital de l’ancienne RDA. La mesure, qui va inévitablement accentuer les différences régionales et nourrir la croissance de l’AfD, donne une idée du malaise ressenti par la bourgeoisie allemande en dépit d’un financement gratuit de trente ans garantie par la BCE.

 

Le nouvel axe allemand consiste à consolider les relations avec certains marchés de l’Est, plus précieux que jamais (qui de tout temps constitua l’aire d’expansion du capital allemand – le glacis germanique. NdT). En fait, plus ils ont de la valeur, plus ils sont rebelles contre l’Allemagne. Les Orban hongrois et Pologne germanófoba sont à Berlin soudainement redevenus des clients à développer, à « germaniser » alors que la Slovaquie très dépendante de l’équité allemande est en demande croissante pour contrer la crise qui sévit chez-elle comme partout ailleurs dans le monde.

 

France

MACRON ET POUTINE PRÉPARANT LE G7- avant l’heure.

 

La France s’éloigne de plus en plus d’une Allemagne tournée vers l’est et rejette chacune de ses propositions visant à maintenir l’Europe en première ligne de la concurrence impérialiste. Le dernier: la force militaire spatiale. Comme on l’a vu lors du dernier épisode de la crise migratoire en Méditerranée, sa capacité de leadership, même avec le soutien de l’Allemagne, est réduite à l’Espagne, au Portugal et à la Roumanie. Les pays  subissent leurs déficits commerciaux et ils ont les mains de plus en plus liés et risque de subir la catastrophe du  Brexit (autant que les britanniques eux-mêmes incidemment. NdT).

 

Pour Macron? Premièrement, imposer aux quelques alliés européens restants une sauvegarde pour calmer le front intérieur. Macron sait que la petite bourgeoisie n’est pas intégrée au projet de capital national des milliardaires  Macronites, la petite-bourgeoisie est accroupie et a appris à craindre la France rurale. Il promet donc un « débat national » sur l’accord avec le Mercosur, sachant que l’accord risque de sombrer comme son prédécesseur au début des années 2000, avec l’ arrivée d’un nouveau gouvernement en Argentine.

 

Mais surtout, concurrencer l’Allemagne à l’Est. Et pas avec de petits pays, mais en rafraîchissant le vieux lien qui est né au 18ème siècle avec la Russie. Pour tout ce qui précède également: vacances présidentielles en Méditerranée, proposition d’un sommet mondial pour consacrer la déconfiture occidentale en Ukraine – ou, ce qui est la même chose, l’impuissance germano-américaine à tenir ses promesses –  malgré le bruit des sanctions, bris de nouveaux records de volume d’investissements internationaux.

 

Grande Bretagne

BORIS JOHNSON DONNE SON DISCOURS TRIOMPHANT APRÈS AVOIR REMPORTÉ LA CHEFFERIE  CONSERVATRICE

 

Mais le SPECTRE immédiat du G7, son zombie dans le jardin, est le Brexit. Johnson arrive à Biarritz avec toutes les dernières volontés recueillies: celles de Merkel et de Tusk et de  Corbyn et les directives de la communauté. Mais surtout, il imagine les grandes lignes d’un bloc anglo-saxon en cours de consolidation: un accord commercial « merveilleux » avec les États-Unis (sic), avec une jambe en Australie et une autre, insoupçonnée et douteuse, car elle dépend d’une bataille interne chaque jour plus sanglante, au Brésil (sans oublier l’ex-colonie canadienne désormais sous-fifre de l’économie américaine.  NdT).

 

Italie

SALVINI SUR LA PIAZZA DEL POPOLO À ROME.

 

L’Italie est aujourd’hui un champ de bataille. Salvini identifié comme le principal ennemi de Bruxelles et de l’impérialisme franco-allemand, proclamé: principal allié des États-Unis et manifestant sa loyauté au nom de la 5G  malgré l’arrivée en Italie des  « Nouvelles routes de la soie« :

Salvini veut que les élections anticipées sachant qu’il peut former un « gouvernement fort » avec près de 50% des suffrages en encadrant les ultras US traditionnellement alliés: Berlusconi et le post-fasciste Meloni . La France et l’Allemagne font plutôt confiance à l’ absorption du « Mouvement des 5 étoiles » par le PD Renzi . Ils ont mis fin à la procédure de « déficit excessif » visant à tempérer les esprits sociaux et encouragé Conté à obtenir des services de renseignements des informations selon lesquelles le Legha aurait été financé avec de l’argent russe. Salvini a joué lors d’une tournée des plages italiennes et a conquis une petite bourgeoisie du Sud qui estime que son soutien à M5S ne l’a pas avantagé au cours de ces dernières années..

Mais la démission de Conté hier dans un discours humiliant contre Salvini et le retour des rumeurs sur la fusion Fiat-Renault qu’une partie de capital italien veut voir comme une promesse de salut (sic), confirment que Salvini joue son rôle dans un scénario écrit par ses ennemis.

 

Japon et Canada

LE JAPON A FORMÉ, POUR LA PREMIÈRE FOIS DEPUIS 1945,
UN CORPS DE MARINE PARALLÈLE.

 

Aucune initiative ne peut être attendue des partenaires restants. Le Canada participe, avec un Trudeau en élection, qui est puni à la fois par les États-Unis et par la Chine (un laquais coincé entre ces deux grands. NdT). Et si quelqu’un peut s’attendre à peu de résistance contre les Américains c’est bien du Japon. Abe arrive avec des exportations en chute libre (un yen en galère et une dette abyssale. NdT) et après avoir annoncé publiquement que des armes nord-coréennes pointant vers son sol pouvaient déjà porter des charges nucléaires. Il tentera, littéralement en même temps, d’ouvrir des pourparlers avec la Corée du Sud … et avec la Chine en tant que médiateur pour mettre fin au désastre de la guerre commerciale avec Séoul dans lequel, comme tout dans la mer de Chine, a abouti à de dangereuses dérives militaires avec participation chinois et russe (et américaine. NdT).

 

Apothéose Trump

LA PHOTO DU DERNIER G7, PRISE PAR UNE ASSISTANTE DE MERKEL, ENTRÉE DANS L’HISTOIRE COMME UN SYMBOLE DE CE QUE LA PRESSE ALLEMANDE A APPELÉ LA « DÉBÂCLE DU WESTERN BLOCK« 

 

Comme les vieux entraîneurs qui marchaient avant le match pour épuiser les supporters rivaux, Trump commence toujours à identifier des objectifs secondaires afin que les tricks de l’adversaire leur soient dédiés. Cette fois c’était le Groenland . Après la fureur, vous pouvez annuler votre voyage au Danemark sans regret ni coût, puis vous annoncer la surprise: réintégrer la Russie dans le G7 et revenir au G8 ou, ce qui est la même chose, désarmer le jeu de Macron avant que Poutine ne soit assis à la table de conférence.

 

TRUMP  n’a pas grand chose à faire: écouter les offres, définir les conditions et obtenir une bonne partie de ce qu’il demande. En moins d’un an, avec ses « alliés » entre l’épée des tarifs et le mur de la crise, il a été clair que le jeu mondial se polariserait entre la Chine et les États-Unis. Et cette harmonisation avec les États-Unis signifie que chaque capitale nationale doit payer pour obtenir son soutien… quitte à vivre de l’anxiété. Même dans le G7, il ne peut y avoir d’illusions d’indépendance nationale (et le meilleur exemple est bien le Canada, dont les exportations déclinent vers la Chine comme prix à payer pour la réduction des tarifs douaniers sur l’acier et l’aluminium. NdT).

 

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétarien depuis 40 ans. http://www.les7duquebec.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *