Génocide en territoire sous « libération nationale » africaine

Source :  La liste de diffusion  Haratine  de Mauritanie.  20.08.2016.

 

(Les7duquebec.com s’interrogent à propos des luttes de soi-disant libération nationale menées en Afrique par les bourgeoisies nationalistes africaines dirigées par des potentats locaux – criminels de guerre avérés – au service d’une alliance impérialiste ou d’une autre. Luttes de soi-disant « libération » où la paysannerie et le prolétariat local ont servi et servent encore de chair à canon pour défendre les intérêts d’une clique bourgeoise nationaliste contre une, deux, ou trois autres cliques tout aussi sanguinaires et PATRIOTIQUES et affamées de pouvoir et de prébendes. Le texte ci-dessous présente avec force détail, les plans de cliques nationalistes africaines pour mener leurs manigances de remaniement territorial dans la zone du Congo-Ouganda-Rwanda et des Grands Lacs où une clique de criminels de guerre africaine manipulée par un groupe de puissances impérialistes – prépare une agression contre une autre clique de criminels de guerre – ces deux cliques étant dénoncés par une troisième clique dont voici le communiqué que nous diffusons afin de montrer au lecteur le cynisme de tous ces petits politicailleux patriotiques  bourgeois que vous verrez ferrailler aux élections démocratiques bourgeoises pour décrocher la palme du roi de la magouille dans ces pays d’Afrique qui sont tout sauf « LIBÉRÉS » de leurs geoliers.  Robert Bibeau. http://www.les7duquebec.com).

 

**********

 

Quatre-mille militaires rwandais débarquent à Beni et huit-mille militaires ougandais sont massés à la frontière de Kasese :  Les populations congolaises désertent la ville pour la forêt !

 

 

Il y a à peine 3 jours, monsieur Honoré Ngbanda a fait une adresse dans laquelle il alertait l’opinion nationale et internationale du plan monté par Kagame, Museveni et «Kabila» http://www.apareco-rdc.com/index.php/a-la-une/actualites/2859-video-audio-alerte-balkanisation-imminente-de-l-est-de-la-rdc-communication-exceptionnelle-de-m-honore-ngbanda-sur-la-situation-politique-et-securitaire-de-la-rdc-du-mercredi-17-aout-2016.html

 

 

Lors de leurs rencontres successives dans le Parc national Queen Elizabeth en Ouganda et à Rubavu au Rwanda. Ce plan visait justement à déclencher une vaste opération militaire pour l’occupation effective de Beni et les régions environnantes. Le leader de l’APARECO avait fourni même des détails sur l’inspection de l’aéroport de Beni par des experts militaires rwandais et ougandais, et dont le but était de s’assurer que cet aéroport pouvait bien accueillir des avions gros-porteurs qui devaient y amener des troupes et du matériel de guerre lourd.

 

 

Depuis deux jours, plusieurs sources militaires et civiles à Beni ont envahi le site de l’APARECO et la rédaction de l’œil du Patriote pour signaler le débarquement de 4000 militaires rwandais à l’aéroport de Béni depuis ce vendredi 19 août au matin. D’autres sources militaires confirment la présence de 8000 militaires ougandais amassés à la frontière de Kasese prêts à faire jonction avec les troupes rwandaises sur le terrain des opérations en RDC. Des sources bien informées nous précisent que la plus part des 4000 militaires rwandais envoyés à Beni sont choisis parmi les prisonniers dont la majorité est porteur du HIV (virus du sida). Ces « animaux sauvages » lâchés en dehors de leurs cages ont reçu la consigne de violer massivement les congolaises de tous âges : bébé, enfants, jeunes filles, femmes adultes et vieillards !

 

Ce vendredi 19 août, une réunion technique s’est tenue à Gisenyi au Rwanda où 14 généraux tutsis burundais conduits par le général putschiste NIYOMBARE ont pris part aux côtés des éléments du M23. L’objet de la réunion était de peaufiner les stratégies de coordination des grandes opérations en cours en vue de diversifier les fronts et créer la diversion.

 

Les populations congolaises de Béni ont commencé à évacuer massivement la ville pour se réfugier dans la forêt où elle sera certainement poursuivie et exterminée loin du regard des témoins gênants ! Cela fait partie du plan en cours d’exécution.

 

Pendant ce temps, Hyppolite Kanambe, alias Joseph Kabila, alias raïs…, lui, a décidé de fuir Kinshasa où la situation lui échappe progressivement, pour se réfugier à Goma. C’est là qu’il est en train d’installer actuellement son QG au milieu des siens pour mieux conduire la délicate opération de l’étape finale d’occupation et de balkanisation. Car les «3K» ont décidé d’opérer un passage en force, advienne que pourra !

 

Le Président de l’APARECO lance un appel patriotique à la diaspora congolaise, particulièrement aux patriotes résistants, de procéder à une mobilisation tous azimuts auprès de l’opinion internationale pour la sensibiliser sur la tournure du drame que vit le peuple congolais suite aux massacres de masse perpétrés par les chefs militaires tutsis qui règnent sans partage sur le Rwanda, l’Ouganda et la RDC.

 

Paris, 20 Août 2016

Candide OKEKE

L’ŒIL DU PATRIOTE

 

 

URGENT/ A lire aussi : 

Mémorandum de l’APARECO dénonçant le projet de transfert et d’implantation sur le territoire congolais du Kivu, des populations rwandaises et des «Falashas» d’Ethiopie, ainsique le projet de vendre les eaux du fleuve Congo à l’Égypte et au Tchad.

 

http://apareco-rdc.com/index. php/a-la-une/actualites/2859- video-audio-alerte- balkanisation-imminente-de-l- est-de-la-rdc-communication- exceptionnelle-de-m-honore- ngbanda-sur-la-situation- politique-et-securitaire-de- la-rdc-du-mercredi-17-aout- 2016.html

 

 Alerte!!! Balkanisation imminente de l’Est de la RDC

 

Communication exceptionnelle de M. Honoré Ngbanda sur la situation politique et sécuritaire de la RDC du mercredi 17 Août 2016.

 

 

1) Raisons cachées de la rencontre de Museveni, Kagame et « Kabila » en Ouganda et au Rwanda

 

2) Projet d’implantation dans le Kivu des juifs noirs d’Ethiopie appelés « Falashas »

 

3) Accord de « Kabila » pour dévier les eaux du fleuve Congo vers le Tchad et l’Égypte.

 

 

VERSION ÉCRITE   ADRESSE DU PRESIDENT NATIONAL DE L’APARECO,  MONSIEUR HONORE NGBANDA SUR LES RAISONS CACHEES DE LA RENCONTRE DES PRESIDENTS KAGUTA  MUSEVENI, PAUL KAGAME ET « JOSEPH KABILA » EN  OUGANDA ET RWANDA

 

Chers compatriotes congolais,

 

La mort ou la survie de la République Démocratique du Congo, notre pays, se négocie ces jours-ci loin du peuple congolais et de sa classe politique qui est plutôt distraite voire préoccupée à courir derrière un mirage de pouvoir qu’on lui fait miroiter dans un horizon virtuel.

Quant à moi, je vous ai promis que non seulement je ne me laisserai pas prendre à ce jeu du miroir aux alouettes, mais que je reviendrai à vous chaque fois que le danger qui pèse sur notre pays comme l’épée de Damoclès prendra de l’ampleur. Car en dénonçant haut et fort le complot, nous empêchons son accomplissement!

 

Chers compatriotes,

 

Tout au début de ce mois d’août, les trois chefs militaires et principaux agresseurs de la République du Zaïre en 1996, j’ai cité Kaguta Yoweri Museveni, Paul Kagame et Hyppolite Kanambe alias Joseph Kabila, ces «3K» se sont livrés à un ballet diplomatique qui a abouti à la déclaration politique de «Joseph Kabila», déclaration que le peuple congolais et toute la Communauté internationale attendait, car elle devait annoncer son retrait du pouvoir à la fin son dernier mandat constitutionnel.

Mais que cache donc ce ballet diplomatique entre ces trois hommes qui se parlent pourtant au téléphone et s’échangent des émissaires quotidiennement ? Pourquoi Hyppolite Kanambe a-t-il choisi l’Ouganda pour défier le peuple congolais et toute la Communauté internationale en annonçant avec toute l’arrogance sa décision de ne pas organiser les élections dans les délais et de se maintenir au pouvoir par défi ? Voici des faits qui expliquent son geste :

Lors de son voyage officiel (donc visible) à Mondwe le 4 août puis à Mweya en Ouganda, suivi d’un autre voyage officiel à Kigali le 12 août (alors que Kagame était secrètement présent à Mweya dans le Parc national Queen Elizabeth.), les trois ont tenu à faire une évaluation de la situation politique dans la région, à la lumière des pressions qu’ils subissent et des menaces qui pèsent sur leur propres pouvoirs. Ils ont reproché à « Kabila » de constituer le maillon faible et le ventre mou du système. Ils lui ont donné ordre de reprendre ses troupes en mains et de renforcer le contrôle de la situation politique qui lui échappe à l’intérieur de la RDC.

 

C’est ainsi qu’à son retour de l’Ouganda, «Joseph Kabila» a immédiatement réuni autour de lui, dans la nuit du lundi 08 août 2016, les principaux membres du staff supérieur du «Tutsi-power» à Kinshasa dont principalement :

 

  • Azarias Ruberwa
  • Moïse Nyarungabo
  • Général Bisengimana
  • Général Yav
  • Général Olenga
  • Gouverneur Cishambo
  • Premier ministre Matata Mponyo

 

Dès le début de la réunion, «Kabila» a posé à ses invités une seule question de savoir s’il devait céder à la pression des Congolais et de la Communauté internationale et lâcher le pouvoir, ou s’il devait tenir tête et résister pour l’intérêt supérieur du Tutsi-power en RDC.

 

Comme on doit s’y attendre, la réponse fut unanime : les membres présents lui ont demandé de ne pas céder d’un pouce, mais de tout faire pour se maintenir à la tête du pouvoir en RDC. C’est alors que «Kabila» leur fera le compte rendu de leurs rencontres à trois à Mweya en Ouganda, avant de leur prodiguer une leçon de morale. Il a demandé que tous les membres du staff du Tutsi-power se liguent en bloc derrière lui : qu’ils abandonnent toutes rivalités internes, qu’ils transcendent toutes divergences de vue et s’abstiennent de toute forme de trahison des intérêts supérieurs du groupe.

 

Pour mieux les sensibiliser, «Kabila» attira l’attention particulière de ses «frères» sur le danger que représentait la prise de conscience et la détermination du peuple congolais, particulièrement la jeunesse kinoise, de se débarrasser de la présence des Rwandais en les chassant hors de la RDC ! Il stigmatisa à cet effet le travail de mobilisation de la résistance congolaise de la Diaspora et la pression de la Communauté internationale avec les États-Unis en tête.

 

Illico presto, il donna instruction au général Bisengimana et à Ruberwa d’activer les troupes spéciales rwandaises sous leurs ordres et de les préparer à semer la terreur à Kinshasa au premier signal! Quant au voyage de «Kabila» en Ouganda, il visait essentiellement trois objectifs suivants :

 

  1. Renouveler sa fidélité à Museveni et Kagame, car les deux hommes commençaient à douter de lui, et les rassurer qu’il reste leur meilleur pion pour déstabiliser la RDC et favoriser le plan d’occupation et d’annexion de la partie Est de la RDC au Rwanda et à l’Ouganda.

 

  1. Créer un «front commun» entre les trois hommes dont les pouvoirs sont sous pression. Vous n’êtes pas sans savoir que Kaguta Museveni est fortement contesté à l’intérieur de son pays, tandis que Paul Kagame et «Joseph Kabila» croupissent sous la pression de la Communauté internationale parce qu’ils refusent tous les deux de quitter le pouvoir à la fin de leur dernier mandat. Il s’agit donc pour ces trois personnes, d’une sorte d’association des malfaiteurs.

 

  1. Renforcer la SOLIDARITE entre le «tutsi-power» à Kampala, Kigali et Kinshasa. Car la chute éventuelle et brutale de «Kabila» en RDC entrainera celle de Kigali et Kampala et facilitera le retour des Hutus (majoritaires) au pouvoir au Rwanda avec l’aide combinée du Burundi et de la RDC. Pour ces trois chefs de guerre, mieux vaut la mort plutôt que cette alternative de fin du pouvoir du tutsi-power dans les Grands Lacs.

 

Pour donner des gages de sa fidélité à Yoweri Museveni, «Kabila» a pris unilatéralement certaines décisions secrètes qui violent et menacent tant l’intégrité du territoire national que sa souveraineté :

 

  1. «Kabila» a autorisé à l’Ouganda d’exploiter unilatéralement la nappe du pétrole du Lac Albert qui constitue la réserve de la RDC ! Notez que l’Ouganda exploite seul ce gisement commun depuis plusieurs années.

 

  1. «Kabila» a décidé avec Museveni la création d’un front commun entre d’une part, les troupes namibiennes basées dans les camps militaires à Beni et camouflées sous les uniformes de la FARDC et de la Police Nationale et d’autre part, les troupes de l’armée régulière ougandaise. Le but du «front commun» est d’accélérer la déstabilisation de la région visée pour favoriser l’implantation du pouvoir ougandais.

 

  1. A cet effet, les experts ont examiné la capacité de l’aéroport de Beni à accueillir des gros avions militaires à partir de Kampala et Kigali pour des grandes opérations militaires en préparation.
  2. «Kabila» a stocké des armes sophistiquées pour cette opération dans l’île Idjwi au sein d’un ancien guesthouse de l’église protestante qui avait servi un moment de dispensaire. Ce bâtiment abandonné est devenu une cachette de dépôt d’armes pour «Kabila» et Kagamé, à la disposition des troupes rwandaises et ougandaises.

 

Chers compatriotes,

 

Là où les choses prennent un tournant hautement dangereux pour l’intégrité et la souveraineté de la RDC, c’est lorsque les trois chefs de guerre ont décidé de recourir aux alliances occultes pour obtenir certains appuis extérieurs à leurs projets méphistophéliques de détruire en le morcelant, la République Démocratique du Congo. Trois faits graves illustrent cette menace:

 

  1. Un accord ultrasecret est en passe d’être conclu entre Kagame, Museveni et « Kabila » d’une part, et le gouvernement israélien d’autre part, en vue de faciliter le transfert et l’implantation dans le Kivu en RDC des juifs noirs d’Ethiopie, appelés les « Falashas ». Ce projet de contrat a été longuement négocié à Jérusalem et à New-York avec le lobby juif américain par la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Mme Madeleine Mushikiwabo.

 

Et pour finaliser cet accord dans la discrétion absolue, «Kabila» a décidé de nommer dans les jours qui suivent, sa sœur Jaynet « Kabila » ambassadeur de la RDC en Israël. Elle aura ainsi entre autres missions, de gérer les plantureux dividendes financiers issus de ces accords secrets!

 

En contrepartie, Kagamé et « Kabila » bénéficieront de l’appui politique du lobby juif international et plus particulièrement du lobby juif américain pour tempérer les positions hostiles des Etats-Unis d’Amérique et du reste de la Communauté internationale en fermant les yeux sur l’opération très prochaine de l’annexion du Kivu au Rwanda

 

  1. Un 2e accord qui est sur le point d’être conclu avec l’Egypte et le Tchad concerne la «vente» d’un affluent du fleuve Congo qui devra être dévié vers l’Egypte pour renfoncer le barrage d’Assouan après avoir renfloué le Lac Tchad.

 

Et pour finaliser l’accord dans la discrétion et en gérer les retombées financières, «Joseph Kabila» a décidé de nommer son frère Zoé «Kabila» comme ambassadeur en Égypte. Il faut noter que ces nominations constituent aussi un prétexte pour «Joseph Kabila» d’éloigner ses bouillants frères devenus encombrants et de les mettre loin à l’occasion à l’abri de la colère du peuple congolais et de la justice après la libération du pays.

 

  1. A l’issue de la rencontre officielle entre Kagamé et « Kabila » au Rwanda ce 12 août, les deux hommes se sont décidément engagés à opérer un passage en force pour l’obtention d’un troisième mandat en RDC. Pour y parvenir, ils sont prêts à toutes les formes de folies meurtrières. C’est ainsi qu’à l’issu de leur rencontre, «Kabila» a reçu de Kagamé une bonne quantité de « bombes sales » (des bombes chimiques) qu’il a ramenées à Kinshasa pour utilisation contre les populations kinoises en cas de trouble.

Vue la gravité des trois faits décrits ci-dessus, j’ai décidé d’adresser, au nom de la résistance patriotique congolaise, un mémorandum au Secrétaire Général de l’ONU, aux Présidents de l’Union Européenne et de l’Union Africaine ainsi qu’aux gouvernements des Etats-Unis d’Amérique, de France, d’Allemagne, du Royaume Uni et du Royaume de Belgique pour les alerter officiellement.

 

Mes chers compatriotes,

 

L’opération de déstabilisation de Beni et du reste du Kivu vient de démarrer. Le gouvernement d’occupation s’est arrangé pour mettre les assassinats de masse sous la responsabilité des «terroristes » imaginaires!

 

Dans la Kasaï, un chef coutumier qui protestait contre les débuts des opérations de viols et d’assassinats des femmes congolaises dans sa chefferie a été froidement assassiné avec ses hommes sur ordre de « Kabila » et Boshab !

 

Là aussi, le pouvoir d’occupation s’est organisé pour présenter ce chef coutumier comme un « terroriste illuminé » Le gouvernement d’occupation s’est arrangé pour mettre les assassinats de masse sous la responsabilité des «terroristes imaginaires» dont des enfants de 5 et 6 ans !. Partout ailleurs, l’ordre a été donné de semer la terreur au sein de la population congolaise pour la traumatiser par la peur pour l’empêcher de se dresser contre l’occupation de leur pays et la cohorte d’abus qui en résultent.

 

Chers compatriotes,

 

Le pays est en danger ! L’heure n’est pas à la distraction ! Au moment où nous nous pour nous disputer le mirage d’un pouvoir illusoire, nos ennemis, eux, s’organisent et s’arment pour exterminer nos populations, déstabiliser nos institutions et occuper notre pays en vue de le piller et de le balkaniser. Réveillons-nous avant qu’il ne soit trop tard!

 

Ceux qui veulent détruire notre peuple et notre pays viennent de nous donner une leçon magistrale. Ils viennent de nous montrer que face à leurs intérêts, ils sont capables de transcender leurs divergences internes et de privilégier l’intérêt du groupe par rapport à leurs ambitions égoïstes. Comment nous, Congolais, ne sommes-nous pas capables de mettre de côté les rivalités pour le pouvoir et pour l’argent, en vue de nous réunir comme un seul homme pour libérer d’abord notre pays des forces prédatrices d’occupation?

 

Que Dieu protège et bénisse la RDC et son peuple!

 

Je vous remercie!

 

 

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétarien depuis 40 ans. http://www.les7duquebec.com

3 pensées sur “Génocide en territoire sous « libération nationale » africaine

    • avatar
      21 août 2016 à 8 08 28 08288
      Permalink

      Monsieur vous ne pouvez savoir ce qu’une phrase comme celle-ci me bouleverse

      Votre journaliste écrit ceci « Des sources bien informées nous précisent que la plus part des 4000 militaires rwandais envoyés à Beni sont choisis parmi les prisonniers dont la majorité est porteur du HIV (virus du sida). Ces « animaux sauvages » lâchés en dehors de leurs cages ont reçu la consigne de violer massivement les congolaises de tous âges : bébé, enfants, jeunes filles, femmes adultes et vieillards ! »

      Quelle sauvagerie – rien de comparable – c’est ,Occident décadent qui vous frappe de plein fouet.
      Camarade nous pleurons avec vous – les armées occidentales agissent à travers ces dépravés violeurs et c’est vous les peuples d’Afrique qui soufrés sans cesse.

      Je suis convaincu que seul le prolétariat africain grandissant pourra en se conscientisant en tant que classe sociale en soi et pour soi – exterminer vos bourgeoisies nationalistes – construire une nouvelle société – bouter dehors du continent africain la racaille impérialiste et tous ses laquais nationalistes.

      Robert Bibeau

      Répondre
  • Ping :Génocide en territoire sous « libération nationale » africaine | Réseau International

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *