GRÈVE À GENERAL MOTORS

Traduction:

 

Depuis minuit lundi, les travailleurs des usines de General Motors aux États-Unis sont appelés à participer à ce qui pourrait devenir la plus grande grève industrielle du pays depuis une décennie. 50 000 d’entre eux sont en grève aujourd’hui.

Les syndicats soumettent les besoins des travailleurs au profit de l’entreprise

L’appel est signé par un ancien syndicat, « United Auto Workers » (UAW). Il exige des améliorations salariales, dans l’accès à la santé et la fin du système de double salaire, qui divise les travailleurs de plusieurs usines en « anciens » – avec le salaire convenu – et en « nouveaux » avec un salaire notoirement plus bas. Le slogan du syndicat est « Nous nous sommes levés pour GM quand ils avaient besoin de nous » , c’est-à-dire qu’ils se sont « sacrifiés » pour GM quand elle en avait besoin et qu’ils veulent maintenant « le retour de l’ascenseur ».

 

Le slogan qui étaient UAW ont accepté et justifié comme « nécessaire » le système de double salaire en 2007, pour « sauver l’entreprise ». En 2015, UAW – sous la pression de ses bases – a entamé des négociations avec GM en vue de rejeter ce système, arguant que « les avantages étaient suffisamment importants ». Et comment pourrait-il en être autrement basé sur des approches faisant passer les gains en capital avant les besoins humains revendiqués par les travailleurs, il en est résulté non seulement le système de double salaire, mais aussi l’entrée en vigueur en 2015 d’un système de triple salaire dans plusieurs usines, telles que Lansing, qui sont en grève aujourd’hui. Les travailleurs de ce troisième niveau de salaire gagnent à peine 11 dollars de l’heure .

Les syndicats des entreprises autour de la production de GM présentent à leur tour des intérêts fragmentaires et contradictoires pour défendre les entreprises où elles sont installées et non pour les intérêts de la classe ouvrière. Certains syndicats, tels que les Teamsters – les chauffeurs routiers qui distribuent des véhicules produits par GM – manifestent leur solidarité avec la grève de l‘UAW. D’autres, comme Unifor au Canada, qui syndicalise les usines canadiennes de GM, ne trouvent rien de mieux que de dire qu’ils comprennent la grève aux États-Unis, mais que cela provoquera des « licenciements temporaires » de la main-d’œuvre si elle se prolonge.

Autrement dit, ce n’est pas seulement l’UAW qui affaiblit la lutte elle-même depuis sa création: les syndicats dans leur ensemble montrent ouvertement leur rôle en tant que larbins des entreprises auprès des travailleurs leur présentant les besoins de l’entreprise pour leur accumulation capitaliste.

 

Lire notre brochure

Les travailleurs se battent pour des besoins universels

LES TRAVAILLEURS EN GRÈVE À DETROIT HIER SOIR

 

Lorsqu’ils sont interrogés directement , les travailleurs se réfèrent non seulement aux salaires individuels, mais montrent clairement leur indignation devant la fragmentation en différents échelons de salaires et leur accès réduit aux besoins essentiels tels que la santé. Akers, un travailleur de GM depuis trois ans et demi, a déclaré:

Je travaille juste devant un employé temporaire qui est là depuis deux ans et demi. J’installe le phare côté passager. Il installe la lampe frontale du côté du conducteur. Je gagne plus d’argent que lui. J’ai une meilleure assurance médicale que lui. Ce n’est pas juste. Si vous payez des gens pour faire un travail, payez tout le monde de la même manière.

 

Les travailleurs qui ont rejoint les piquets de grève organisés par UAW ont pour leur part déclaré :

Nous sommes ici pour la sécurité au travail, pour des conditions de travail sûres et pour les soins médicaux. Fondamentalement, nous sommes ici pour défendre les droits des travailleurs. Nous nous attendons à une courte grève, mais nous sommes prêts à tout.

 

GARY JONES, DIRIGEANT DE L’UAW. LE FBI A EFFECTUÉ UNE DESCENTE DANS SA MAISON À LA VEILLE DES NÉGOCIATIONS. « PROPRE » OU NON, CE QUI COMPTE, CE SONT LES POSITIONS DU SYNDICAT VIS-À-VIS DE L’ENTREPRISE.

 

Dans un pays avec une longue histoire de syndicats corrompus, l’un des attraits de l’UAW est qu’il s’agit d’un syndicat « propre ». Comme si l’honnêteté personnelle des bureaucrates garantissait que leurs positions politiques serviraient les intérêts des travailleurs. Cependant, l’UAW a seulement démontré dans son histoire qu’elle défendait les intérêts du capital – c’est-à-dire la rentabilité de l’entreprise – avant les besoins des travailleurs, comme ils l’avaient fait en 2007 et en 2015. Scandales le FBI à part , c’est un problème pour tous les syndicats: la logique syndicale, l’essence même de ce qu’est un syndicat, en fait des ajusteurs pour les travailleurs. Ni l’UAW, ni un autre syndicat, aussi « propre » que cela puisse être, ne signifierait réellement des améliorations pour les travailleurs dans leur ensemble, c’est-à-dire en tant que classe.

La direction de la lutte pour les syndicats garantit que…

… Poursuivons une idée fondamentale qui a été une cause de la défaite des luttes des années 70 et 80: «la lutte des travailleurs n’a de voix que lorsqu’il existe des avantages pour le capital»; c’est-à-dire que « la lutte des travailleurs n’est pas viable face à la non rentabilité du capital« . Sous cette formulation, la subordination de la grève aux résultats de l’accumulation du capital contre le travail est dissimulée. C’est un poison mortel qui est toujours actif et qui dépasse les illusions mille fois promue par l’État, la bourgeoisie et le gauchisme: prendre les divisions fonctionnelles du capital dans les entreprises et les applications du capital, comme des entités indépendantes, comme si le capitalisme c’est quelque chose qui se passe dans l’entreprise et non dans l’ensemble de la société, comme si le système n’était pas global  mais la simple somme, agrégation, d’éléments  particuliers. Ni l’accumulation et l’exploitation, ni les besoins humains, ne sont dépendant  des profits entreprise par  entreprise, mais des  résultats économique, social et politique global de l’exploitation d’une classe par une autre dans son ensemble.

 

La suite!

ASSEMBLÉE DE GRÈVE DES MAQUILADORAS À MATAMOROS, TAMAULIPAS, MEXIQUE.

Les réponses des travailleurs / euses de GM, posées directement et non à leurs supposés « représentants », préfigurent une voie à suivre. Lorsqu’ils luttent contre la division des travailleurs par niveau de salaire, ils affirment le besoin d’unité de classe dans leur lutte.

 

Le cadre syndical divise et subordonne la classe pour l’asservir aux besoins d’un capital de plus en plus soucieux de recouvrer des marges bénéficiaires à nos dépens. Les travailleurs doivent se réunir dans leurs propres organes indépendants au sein des entreprises, et se battre contre les barrières salariales, les affiliations et les frontières. Des assemblées et des comités souverains capables de passer outre les divisions qui nous sont imposées et de coordonner les sections  entre entreprises. C’est seulement en nous organisant et en luttant sous une direction soumise à l’assemble de tous les travailleurs – sans exception par catégorie, type de contrat ou sous-traitant – que nous pourrons poser le principe de base qui permet au progrès d’aujourd’hui: les besoins généraux ravivés par les travailleurs sont au-dessus des contraintes du capital. C’est leur problème s’ils ne vendent pas assez. Ce n’est pas le nôtre. Que nous soucions-nous si «l’économie» fait mieux ou pire rendement pour leurs investissements, nous refusons d’être les dindons  à sacrifier à la satisfaction du dividende avant de répondre à nos  besoins humains généraux.

 

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétarien depuis 40 ans. http://www.les7duquebec.com

Une pensée sur “GRÈVE À GENERAL MOTORS

  • avatar
    21 septembre 2019 à 18 06 34 09349
    Permalink

    Les syndicats ont bien détourné l’esprit du syndicalisme, dans le temps ont faisait grève pour une bonne raison, 16 heures par jour, un salaire de misère etc aujourd’hui les travailleurs américains de GM gagnent 1 dollars chaque minute ou 63 dollars us de l’heure, ils ne sont pas dans la misère et leur grève fait des dommages collatérales partout, bref ils ressemblent plus à des exploiteurs que l’inverse.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *