HAÏTI ACTUELLE. Les nouvelles formes d’un blocage historique

Par Didier Dominique.  Porte parole de Batay Ouvriye.   Le 3.03.2017.  Sur  www.batayouvriye.org

 

 

 

Il faut se souvenir qu’avant même le départ de Jean-Claude Duvalier, en 1986, les classes dominantes haïtiennes étaient déjà empêtrées dans une crise inextricable : changement répété de gouvernement, mascarade de référendum, répression accentuée…  Jusqu’au moment où, poursuivies et rattrapées par la mobilisation populaire exaspérée, et en accord avec l’impérialisme lui aussi incapable de continuer à justifier cette présence qu’il avait cependant par tous les moyens défendue, elles se résignèrent à accepter le renvoi de leur «président à vie», pour rentrer à contrecœur dans cette période dite de «démocratie». Cela ne résout pas cependant la situation de crise.

 

Au contraire, elle se complique davantage. Non seulement des mobilisations populaires permanentes continuent d’acculer ces dominants apeurés, mais aussi, le populisme opportuniste et de grande échelle fait son apparition sur la scène politique. Pendant qu’une misère effarante frappe la population et qu’une insalubrité crasse règne, expressions physiques qui démontrent, s’il en était besoin, l’incapacité de l’État en place, en pleine décomposition et pourri jusqu’à la moelle…

 

La mascarade électorale.

 

L’un des lieux qui expriment le mieux le blocage de la situation est celui des élections en cours. En 2010, ce fut avec force que les ambassades des principaux pays impérialistes (USA, France, Canada, Brésil…, sans compter l’OEA et l’ONU) imposèrent la présidence de Michel Martelly. Mais quand elles voulurent faire de même avec le poulain choisi pour lui succéder en 2015, une mobilisation de taille les en empêcha. Depuis, tous les candidats pataugent dans une «illégalité» complète où aucun des camps dits «démocratiques» ne respecte ni constitution ni lois, qu’ils acclament pourtant à chaque occasion. Le «processus démocratique» se trouve ainsi fort handicapé.

 

D’un autre côté, la totalité des candidats, comme toujours, en appelle au peuple en se réfugiant piteusement dans de banales généralités, sans jamais aborder ni encore moins se positionner sur les véritables enjeux des conflits (salaire, propriété de la terre, relations sociales archaïques qui prévalent dans les différents types de production ou, plus globalement, dans la formation sociale… pour ne nommer que ces axes fondamentaux). En ce sens, même les partis dits «socialistes» ne font pas mieux : en fait, ils ne font que reproduire pareillement le projet capitaliste. Cela contribue à rendre l’ambiance générale plus confuse et, somme toute, mystificatrice. Toutefois, la population, très attentive, comprend de mieux en mieux la nature de la domination et les causes de la précarité extrême qui lui tombent dessus. Ainsi, elle se détache tranquillement, mais fortement du processus : aux dernières joutes électorales, fin 2015, pas plus de 8 à 10 % de la population en droit de voter s’était rendue aux urnes ! Attitude qui renforce encore plus l’énorme manque de crédibilité de ce processus pipé d’avance.

 

Les dominants désemparés.

 

Face à la débâcle qui se dessine, les organismes impérialistes se sont regroupés en un noyau dénommé «Core Group» afin de renforcer leur domination et contrôle. De même, les différentes fractions de la bourgeoisie (Association des Industriels haïtiens, Chambres de Commerce, Associations de Banques…) se sont réunies également pour former le «Forum Économique». Ce dernier suit à la lettre les prises de position du premier.

.

Par ailleurs, une certaine bourgeoisie nationale ainsi qu’une petite bourgeoisie «radicalisée» souffrant, toutes deux, économiquement, politiquement ou encore culturellement de la domination sans partage des impérialistes associés aux capitaux monopolistes du pays, semble vouloir se rebiffer et élaborer un projet qu’elles voudraient «endogène». Mais, ces deux regroupements piétinent parce qu’ils sont également liés au capital international. Le «nationalisme» petit-bourgeois ne fonctionne plus, si ce n’est en fait qu’en tant qu’idéologie mystificatrice de plus en plus dépassée et sensiblement méprisée par les masses. Ainsi, ce «nationalisme» est tout à fait impuissant et  ne fait que gesticuler et patauger dans les miasmes que lui laisse la globalisation impérialiste.

 

Contradictions au sein des classes dominantes.

 

Le blocage des élections est donc, en réalité, déterminé par un moment historique spécifique. Non seulement le «nationalisme» petit-bourgeois aboutit à une impasse et constitue une mystification, la bourgeoisie, quant à elle, prétend raffermir sa domination, mais ne s’arrête cependant qu’à un import-export rachitique. Ainsi, elle n’a jamais eu assez de force pour supplanter un archaïque métayage de nature féodale, généralisé en milieu rural depuis l’indépendance. Cela laisse place à une stérile transition de très longue durée. Qui plus est, dépendant de ce dernier pour d’une part garantir la venue en ville des denrées d’exportation (café, mangues, cacao…) et, d’autre part, assurer en même temps le contrôle répressif en milieu rural où il fonctionne, ce capitalisme urbain en herbe n’a pu que s’y associer comme tel, le renforçant alors de plus belle. Cette situation contradictoire engendre une crise que la bourgeoisie ne peut gérer. D’où la nécessité, pour elle, de la présence de l’occupation impérialiste qui, de par son poids, arrivera à opérer la transformation de mode de production souhaitée. Car c’est bien de cela qu’il s’agit! Mais les monopoles atteints sous Duvalier n’entendent pas laisser place aux investisseurs moyens et petits, tandis que les grands commerçants de l’import-export n’entendent pas non plus laisser germer un capitalisme industriel qui les détrônerait. Pour tous ces grands profiteurs, les «exigences», alors illusoires, de la «démocratie libérale» (État «de droit», respect de la «personne humaine», «égalité du vote», «fraternité» et autres mystifications en sociétés de classes…) sont un véritable frein : leurs représentants politiques le savent bien qui, en plus d’être trempés dans toutes sortes de contrebandes, enlèvements crapuleux et crimes mafieux à partir des multiples gangs qu’ils arment et contrôlent, parcourent les espaces électoraux les armes à la main, bourrant les urnes, falsifiant les résultats et frappant ouvertement tout opposant.

 

Une insécurité générale s’ensuit. Même les travailleurs de tout genre sont souvent rançonnés. En effet, devant se rendre très tôt à leurs lieux de travail, ils s’exposent ainsi aux exactions des gangs mineurs, en liaison cependant avec les plus importants, eux-mêmes sous contrôle des dominants les plus actifs. Toute une chaine pour garantir le contrôle des classes dominantes et alimenter la réaction!

 

Au sein de la petite bourgeoisie.

 

Les petits bourgeois des bourgs, communes et sections rurales du pays, bloqué également dans son développement par la tendance monopoliste, ne font qu’investir par tous les moyens les postes électifs de cette bienvenue «démocratie» (sénateurs, députés, magistrats, kazèk, asèk…) ! D’où la multitude de partis politiques aux élections et de candidats à tous les niveaux. Eux aussi sont en contradiction avec un État efficace dit de «bonne gouvernance» (formule en réalité mise en place pour faciliter et garantir l’exploitation sans limites que se proposent les vautours capitalistes de tous bords), car leur but, avoué, est encore de s’enrichir au dépens de cet État affaibli par ce moment historique, où l’accumulation (dite de «corruption») demeure toujours vivace et à leur portée. Nous voici à nouveau en présence d’un écheveau inextricable, autre signe dramatique du pourrissement avancé qui caractérise aujourd’hui cette formation sociale.

 

Une instabilité planifiée.

 

La bourgeoisie bureaucratique des Duvalier et consorts assurait une stabilité relative à l’hégémonie nécessaire au projet impérialiste. Le retour à cette paix des cimetières s’avère compliqué pour des classes dominantes si embourbées dans leurs contradictions profondes. D’où la nécessité, pour elles, à nouveau, de la présence-occupation de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation d’Haïti, la MINUSTAH. Cette dernière, prise également dans ce blocage qui expose de plus en plus son incompétence et son sadisme, avoue finalement avoir introduit le choléra dévastateur, sans pour autant accepter, jusqu’à présent, de dédommager les victimes. C’est que le rapport de force semble encore favoriser le projet impérialiste. Celui-ci de par les zones franches, les agro-industries, le tourisme et les mines, offre «d’apporter du travail» dans ce pays dévasté qui compte près de 70 % de chômage et un sous-prolétariat éparpillé. Ce fort taux de chômage est le résultat de la décomposition et prolétarisation accélérée qui affecte déjà la petite paysannerie qui, par dépossessions successives et forte répression d’un côté, et de l’autre, par l’action déstabilisatrice et pernicieuse de milliers d’ONG, est complètement déboussolée.

 

Antagonique à l’extrême ce projet «d’apporter du travail» exige un salaire «de poitrinaire» dans le cadre de l’exploitation réellement sans limites qu’il se propose ; une inflation galopante et une dévaluation de la monnaie locale, la gourde, comme outils de soutien (pour jouer à souhait sur le salaire réel et la capacité pour les travailleurs de résister) ; une misère généralisée comme toile de fond (pour que tout chômeur, à tout moment, soit prêt à accepter n’importe quel travail) ; ainsi qu’une brutale et permanente répression : un enfer ! Cet état de choses est cependant soutenu par des intellectuels qui se targuaient autrefois d’être «progressistes» : leur discours aujourd’hui ne s’adresse qu’à l’«individu» qui «réussit», le «développement», le «progrès», et jusqu’à la quête d’un pays «normal» (sic)!

 

La lutte devant nous.

 

L’ensemble de ces contradictions accouche d’un moment de grande tension où, suite à l’incapacité des classes dominantes et leur État décadent, suite à la faillite de la petite bourgeoisie populiste et face à l’occupation dévoilée, l’intérêt d’une formation sociale renouvelée, même de façon minimum, ne repose que sur les épaules des travailleurs, plus spécifiquement ceux qui, dans leur activité, leur vie et leur avenir se retrouvent concrètement en face de ce projet sanguinaire : les prolétaires.

 

Ces derniers sont certes en grande pagaille également, jeunes de formation et attaqués quotidiennement par l’agressivité idéologique des plus réactionnaires. Mais, malgré tout, de par leur position radicalement opposée au fonctionnement dominant qui se déploie, de par leur nature donc, lui seul, organisé de manière autonome et en articulation /direction des luttes des travailleurs de toutes catégories comme axe central de celles populaires de toutes sortes, seront capables à la fois de bloquer, écraser et dépasser ce projet capitaliste en cours, et de terrasser en même temps l’archaïsme féodal qui lui est aujourd’hui historiquement connexe. Cela ne se fera pas d’un coup, certainement. La lutte sera longue et ardue. Mais, pour nous qui n’avons plus rien à perdre, c’est le seul moyen d’entrevoir – et de trouver – notre réelle et totale émancipation et, du même coup, celle de l’humanité entière.

 

  • Didier Dominique.  Première écriture,  Port-au-Prince, Haïti,  aout 2016.

 

**********

 

Questions et commentaires que le webmagazine  www.les7duquebec.com  adresse aux auteurs de l’article  dans un but fraternel de mieux  comprendre la pensée du prolétariat haïtien et d’amorcer le débat  sur la révolution à venir. Robert Bibeau. Éditeur 3.03.2017

 

1)     Quelle est votre appréciation – position face au constat que : « l’incapacité de l’État en place, en pleine décomposition. » Vous en êtes heureux ou désemparé de cette décomposition de l’État bourgeois haïtien?

2)     De quel blocage  et de quelle situation  parlez-vous  ici ?  Blocage pour qui ???  « Le blocage de la situation. » Le chaos – l’instabilité –  n’est jamais planifié de la part du capital – comme si le capital avait la maitrise du développement capitaliste.

3)     Ici nous ne comprenons pas ce que décrit cette phrase : « relations sociales archaïques qui prévalent dans les différents types de production ou, plus globalement, dans la formation sociale. » Des relations sociales archaïques dans une formation sociale ? Des relations sociales sont en conformité avec le mode de production et ne sont pas archaïques  par rapport à leur mode de production OU alors vous voulez  indiquer que Haïti vit encore sous un mode de production semi-féodal –  d’où  votre préoccupation par rapport à la propriété  de la terre, moyen de production féodal ? Alors, oui il y a archaïsme par rapport au MPC.

4)     Vous écrivez « la nature de la domination et les causes de la précarité extrême qui lui tombent dessus. »  Quelle est selon vous LA NATURE DE LA DOMINATION ?

5)     « Les dominants désemparés. » Qui sont ces dominants est-ce une classe sociale quelconque?  Ailleurs, vous écrivez « LES classes dominantes » – il y en aurait combien ??  Lesquelles?  Quelle est leur base économique spécifique ??

6)     Vous mentionnez  des « organismes impérialistes » un organisme peut avoir été institué par une puissance impérialiste, mais  un organisme n’est pas « impérialiste ».  Qu’est-ce que l’impérialisme  ?

7)     « La petite bourgeoisie souffrant, toutes deux, économiquement, politiquement ou encore culturellement de la domination… »  Comment une classe sociale souffre-t-elle culturellement de la domination? Et pourquoi le petit-bourgeois souffrirait-il culturellement,  mais  pas le prolétariat ?

8)     Je ne suis pas assuré que vous ayez  raison quand vous affirmez  que « Le «nationalisme» petit-bourgeois ne fonctionne plus, si ce n’est en fait qu’en tant qu’idéologie mystificatrice ». J’aimerais le croire, mais si vous  avez raison c’est qu’il ne resterait plus trace du mode de production semi-féodal-agraire  ni du capitalisme  primitif  et que le capital haïtien aurait atteint globalement le stade impérialiste du mode de production capitaliste.  J’en doute fortement.  Une idéologie est toujours le reflet d’un mode de production – de son stade d’évolution.

9)     Ici nous vous  suivons : « archaïque métayage de nature féodal, généralisé en milieu rural depuis l’indépendance »  sauf, pour le mot « Indépendance »  Haïti n’a jamais été un pays « indépendant » de l’économie impérialiste mondiale  pas plus que la plupart des pays dans le monde.

10)                       Ici vous inversez  les  relations  il me semble « D’où la nécessité, pour elle, de la présence de l’occupation impérialiste qui, de par son poids, arrivera à opérer la transformation de mode de production souhaitée.»  Ce n’est jamais la bourgeoisie compradore qui décide de la présence ou de l’orientation de cette présence, elle s’y intègre et y participe et en vie…

11)                       Même remarque ici : « les grands commerçants de l’import-export n’entendent pas non plus laisser germer un capitalisme industriel qui les détrônerait. » Les grands commerçants dépendent de l’industrie  pour leur survie et  ne possèdent aucun moyen de s’opposer au capital industriel  et ne veulent  nullement s’y opposer.

12)                       Nous  questionnons ici  : « Toute une chaine (de banditisme) pour garantir le contrôle des classes dominantes et alimenter la réaction! » Le mode de production capitaliste tolère le banditisme et la criminalité, mais ne l’appelle pas de ses voeux comme forme de rapports sociaux dominants. La criminalité est un cancer généré par les rapports de production capitaliste, mais hors de la volonté du capital qui s’en accommode et parfois  l’instrumentalise comme aux  USA et possiblement en Haïti.  Le grand capital n’apprécie pas cette criminalité généralisée et ne la tolère que parce qu’il n’a aucun moyen de l’éradiquer ou alors le grand  capital  chemine vers le fascisme  – la criminalité lui servant de vivier pour un jour imposer la dictature et endiguer la criminalité.

13)                       Nous questionnons : « Les petits bourgeois des bourgs, communes et sections rurales du pays, bloqués également dans son développement par la tendance monopoliste» Ce que vous appelez LA TENDANCE MONOPOLISTE ne bloque jamais le développement de la petite bourgeoisie au contraire, ils en ont besoin pour des tâches précises.  Quand la petite bourgeoisie paupérise et périclite  ce n’est jamais  par décision du grand capital visant à bloquer le petit-bourgeois, mais parce que la crise économique ne permet plus au grand capital de se reproduire tout en engraissant la petite-bourgeoisie parasite, quand l’hôte s’épuise – le parasite aussi.

14)                       « S’enrichir aux dépens de cet État affaibli par ce moment historique, où l’accumulation (dite de «corruption») demeure toujours vivace et à leur portée. » L’État est l’instrument de la domination de la classe capitaliste. Dire que le capital s’enrichit  aux dépens laisse entendre que l’État est en dehors – extérieur à la classe qui profite de sa faiblesse. Ceci  est leur État fabriqué pour les enrichir en organisant systématiquement leur enrichissement – si l’État bourgeois ne le fait pas, il manque à son devoir.

15)                       Qu’est-ce que « bourgeoisie bureaucratique des Duvalier » (bureaucratique)???

16)                       Que signifie ce segment de phrase : « favoriser le projet impérialiste » ? L’impérialisme n’est pas un projet et ne favorise pas de « projet ».  De fait, qu’est-ce que l’impérialisme ???

17)                       La paysannerie n’est pas  volontairement prolétarisée – dépossédée et malicieusement maltraitée.  C’est le lot de toutes les paysanneries dans l’histoire que de disparaitre en même temps que le mode de production féodale – Les ONG  ont pour tâche  de faciliter le passage et ne peuvent le bloquer – de le faire accepter, mais tout cela se passerait avec ou sans ONG,  le mode de production capitaliste devant désintégrer tout autre mode de production existant sur un territoire national donné.

18)                       « L’intérêt d’une formation sociale renouvelée, même de façon minimum, ne repose que sur les épaules des travailleurs. »  Une formation sociale renouvelée minimum c’est quoi ?  Une RÉFORME MINIMUM du mode de production capitaliste ?  C’est IMPOSSIBLE,  il faut le détruire comme vous le dites ailleurs.

19)                       « attaquée quotidiennement par l’agressivité idéologique des plus réactionnaires » ? Camarades, le prolétariat  haïtien est rançonné, assassiné, mutilé, affamé. « L’agressivité  idéologique » en est la suite. Parlez-nous des plaies béantes des travailleurs de la canne,  de la famine des prolétaires des villes.

20)                       Le mode de production capitaliste pas plus que l’impérialisme ne sont un « projet capitaliste »!

21)                       C’est à propos de notre classe sociale – le prolétariat – que votre texte est le plus succinct, c’est à ce propos qu’il devrait être le plus prolixe.   La responsabilité des prolétaires révolutionnaires haïtiens est de pousser le peuple à l’insurrection populaire – à la révolte et à la guerre civile – et sur les ruines du capitalisme moribond, ce sera au prolétariat SEUL de diriger la révolution prolétarienne pour l’édification du mode de production prolétarien. Si quelque fragment d’autres classes sociales souhaite se joindre à la révolution ce ne peut qu’être sous la dictature prolétarienne.

Merci pour votre texte camarade haïtien.

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétaire depuis 40 années.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *