Haram alik haram

 

« Madame, Si vous voulez vous débarrasser de votre sens du drame, cessez de soutenir l’Islam ! »

Qui est ce quidam ? Qui cherche à m’embarrasser corps et âme ?

Si je maitrisais l’accent égyptien, je lui aurais retourné le compliment en lui disant : Haram alik haram… J’ai plus de raison de te bénir que toi de me maudire… Haram alik haram… cela veut aussi dire que nous n’avons fort heureusement pas le même sens du drame.

C’est religieux, donc c’est prodigieux.

Savez-vous au moins ce que c’est qu’une religion ?

Étymologiquement, généalogiquement, logiquement, ce n’est pas ce que vous croyez.

Pour vous la religion renvoie à un double lien : le lien qui relie les hommes à leur Dieu et le lien qui relie les hommes entre eux.

Le latin « religare » renforce l’idée de ce lien commun à la plupart des communautés. C’est peut être aussi l’origine du communautarisme.

L’intérêt de cette version des faits, c’est qu’elle nous signifie bien que nous ne sommes pas des individus isolés mais les membres d’un corps social auréolé. Point de vue holistique qui présume que le tout est toujours supérieur aux parties.

Mais il y a un tout autre versant qui retient davantage mon attention.

Il provient du latin « religere » et qui veut dire littéralement : relecture, lecture au carré, lecture redoublée, lecture renforcée, ce que l’on peut aussi traduire par : recueillement.

Souvenez-vous de l’Épître aux Corinthiens où saint Paul recommande de lire, lire et relire sans cesse afin de recueillir le sens de la parole divine.

Saint Augustin ne dit pas autre chose lorsqu’il nous prie de « relire Dieu » ou de l’élire voire de le réélire.

Lien entre l’appel de Dieu et le rappel des religieux.

 

Le Coran s’ouvre sur cette intime et ultime conviction : qu’il faut lire, lire et relire pour apprendre à aimer et désapprendre à haïr.

As-tu lu le Coran ?

Oui ! Mais non parce qu’on n’a jamais fini de le lire. Relis-le et tu n’auras plus le temps de bénir ou de maudire. Comprendre ce que tu lis devrait te suffire.

 

Mais ce n’est pas ce que dit ou veut dire mon contradicteur : il a peut être voulu dire que ça ne me rapporte pas un radis et que ça ne me garantit guère le paradis.

Oui, jusqu’ici. Mais je n’ai pas fini de lire et de relire en cherchant un sens et non une récompense.

Merci…

Non ce n’est pas à mon agresseur que je m’adresse mais à Allah qui lui a donné mon adresse.

 

https://www.lejournaldepersonne.com/2019/08/haram-alik-haram/

 

Pour soutenir l’Artiste du journal de Personne, ses créations, le journal, voir un de ses films, demander le film de votre vie, sur œuvre ou sujet : https://www.lejournaldepersonne.com/soutien-journal-de-personne/

 

avatar

Personne

Le Journal de Personne pratique la scénarisation à fond, pour illustrer une question d'actualité. Son info est une info scénario, son drame: une dramatisation et sa réalité: une réalisation.Vous auriez mauvaise grâce d'assimiler Personne à ses personnages, et ses histoires à des dérapages. L'humour et la dérision y ont toujours fait bon ménage. Le Journal n'est l'otage d'aucun parti, prisonnier d'aucune opinion, dupe d'aucun soupçon. Ni à gauche, ni à droite, mais au cœur de l'événement, il aborde tous les sujets, pose tous les problèmes et relance tous les débats : https://www.lejournaldepersonne.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *