#HASHTAG

 

Le hashtag est un mot clé qui permet d’ouvrir des portes ouvertes… portes d’un grand palais… le palais de la découverte… on se bouscule pour y accéder, dans l’espoir d’un gain ou dans la crainte d’une perte… perte d’un lien avec un monde qui va à sa perte.

Le hashtag est un monde qui divague pour nous réunir ou nous entretenir dans l’illusion d’un monde à venir. Un clic suffit pour nous faire tourner en bourriques avec la maigre consolation selon laquelle nous ne sommes pas les seuls à être seuls.

Nous sommes plusieurs à vouloir partager ce que nous n’avons pas avec des gens qui n’en veulent pas.

On se ressemble puisqu’on fait tous semblant d’être ensemble… semblant d’êtres libres sans être libres de faire semblant. Le hashtag, c’est comme la drogue ou la drague… on n’en sort pas… c’est l’archipel du goulag.

Et pour ceux qui sont encore seuls, il leur suffit d’un petit selfie avec leur linceul pour être listés… fichés S ou fichés fesses !

 

 

Hashtag #jesuisjesus, qui a envie de partager mon calvaire ?

Parce que la vie n’est pas un long fleuve tranquille comme nous l’attestent tous les débiles… la vie est un chemin de croix… que nul ne traverse sans rien payer en retour. Je n’ai pas besoin de vous faire un dessin… de ces deux doigts qui croisent deux autres doigts.

Les premiers pour pâtir, les seconds pour compatir.

Hashtag en anglais signifie croisillon : « hash »… et « tag » qui veut dire étiquette. En espagnol on dit « etiqueta ».

Qu’est-ce que j’en retiens ? Sans hésitation : le signe de la croix.

C’est signé, je le dis à tous ceux qui font mine de l’ignorer.

Et à quoi ça sert ? Ça me semble pourtant très clair :

À nous tenir en otages sous le signe du partage.

À réduire la réalité à des mots qui prennent le contrôle sur nos consciences.

 

Nous élaborons ou collaborons au même sociodrame, celui de notre subordination à un ordre qui n’est pas le nôtre.

Les faits ne sont plus que des mots qui confirment notre forfait.

Nous voyons avec leurs yeux, nous voulons selon leurs vœux… et nous prions leurs dieux.

Plus question de penser par nous-mêmes, sans passer par eux.

Croisons les doigts et nous saisirons peut être mieux notre effroi.

 

 

Plus d’idées, mais seulement des idéogrammes qui mènent la danse, qui « like la life et look les like ! ».

Hashtag #stopislam est l’un des hashtag qui a été le plus partagé sur twitter.

Aujourd’hui c’est le hashtag #montretacroix qui récolte le plus de suffrages.

C’est avec ce genre de message qu’on fait le plus de ravage… de lavage de cerveaux.

 

Ne cherchez pas un sens, il est tout trouvé… c’est juste un recensement des opinions influençables ou sous influence. Ceux qui détiennent les leviers de commande poussent  les gens à penser ce qu’ils pensent pour que ceux qui n’y pensent pas finissent par y penser.

 

https://www.lejournaldepersonne.com/2017/11/hashtag/

 

Personne est sur un nouveau projet, un nouveau film long métrage est en cours de préparation, pour contribuer à sa réalisation, rendez-vous sur la page de soutien : https://www.lejournaldepersonne.com/soutien-journal-de-personne/

avatar

Personne

Le Journal de Personne pratique la scénarisation à fond, pour illustrer une question d’actualité. Son info est une info scénario, son drame: une dramatisation et sa réalité: une réalisation.Vous auriez mauvaise grâce d’assimiler Personne à ses personnages, et ses histoires à des dérapages. L’humour et la dérision y ont toujours fait bon ménage. Le Journal n’est l’otage d’aucun parti, prisonnier d’aucune opinion, dupe d’aucun soupçon. Ni à gauche, ni à droite, mais au cœur de l’événement, il aborde tous les sujets, pose tous les problèmes et relance tous les débats : https://www.lejournaldepersonne.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *