HONG KONG ET LA GUERRE MONDIALE

Par Nuevo Curso. Traduction et commentaires

 

Pourquoi les médias anglo-saxons, puis ceux du monde entier, se sont-ils concentrés sur une bataille politique locale à Hong Kong? 

 

Est-ce simplement un autre rififi de la guerre commerciale en cours?

En soi oui, mais dans le contexte international, non. Si la presse du monde entier lui fait tant d’écho, c’est pour quelque chose de plus que sa valeur symbolique. Il s’agit en fait d’une offensive générale des États-Unis visant à maintenir ses positions de plus en plus menacées. (C’est la matérialisation de ce que nous annonçons depuis plus d’un an maintenant – le centre névralgique de l’affrontement impérialiste mondial s’est déplacé du Moyen-Orient et d’Europe de l’Est vers la Mer de Chine – où l’impérialisme Étatsunien entend confronter l’impérialisme chinois et ses alliés russe et autres. NdT)

 

BOMBARDEMENT DE CANTON PAR LES BRITANNIQUES LORS DE LA PREMIÈRE GUERRE DE L’OPIUM EN 1841. EN 1842, LA DÉFAITE CHINOISE SERAIT RÉGLÉE AVEC LA CESSION DE HONG KONG À L’EMPIRE BRITANNIQUE.

Hong Kong était la tête de pont du colonialisme britannique en Asie depuis 1842. De là, il tirait avec « les bas prix de ses marchandises […] à l’artillerie lourde qui renverse tous les murs de la Chine« . Après le deuxième carnage impérialiste mondial, à la tête de la marine marchande, la ville devint un bastion financier. Le véritable centre du capital financier en Asie.

 

Après la sortie de la Chine du bloc impérialiste russe  et son entrée dans le bloc américain non moins impérialiste (réunion Mao-Nixon en 1973), l’avenir de la colonie britannique commence à être orienté vers la « dévolution », qui sera scellée dans une célèbre déclaration sino-britannique en 1983. L’objectif de Deng Xiao Ping et de la bourgeoisie chinoise réunis en 1997: Hong Kong deviendrait une « région administrative spéciale » et son centre financier commencerait à s’intégrer dans le capital national chinois à une époque où la politique « d’un pays à deux systèmes » » (sic) L’arrivée de capitaux extérieurs massifs était prévue et nécessaire. Hong Kong devient ainsi le premier lien majeur entre le capital chinois et le capital financier mondial. Dans le cadre des négociations, il a été autorisé à un  gouvernement autonome local de la bourgeoisie chinoise née à la chaleur des Britanniques dans l’idée d’une longue convergence qui aboutira en 2047 à la pleine intégration politique du territoire dans l’État chinois. (L’intégration économique réelle – étant par ailleurs depuis longtemps assurée. NdT)

 

Vingt-deux ans plus tard, le contexte n’est plus le même. La Chine étant devenue une puissance industrielle et financière,  (bientôt, sinon déjà acquis, La première puissance industrielle capitaliste mondiale. NdT) ce n’est plus le lieu de placer des capitaux sur-accumulés, mais Hong Kong est devenu un concurrent mondial. La guerre commerciale des États-Unis marque l’agenda politique et militaire mondial et de la Chine et de ses dépendances depuis près de deux ans déjà (et même avant NdT) . Au début, la question de Hong Kong était controversée au cœur même de la capitale américaine. Aujourd’hui, la guerre commerciale contre la Chine fait  partie du consensus au sein de la classe dirigeante de ce pays. Le processus dans l’ancienne puissance coloniale, la Grande-Bretagne, a plongé la bourgeoisie dans une véritable guerre interne autour du Brexit, dans laquelle elle a effectivement résolu son alignement impérialiste et dans laquelle il semble que les secteurs favorables à une plus grande intégration avec les États-Unis et une attitude belligérante contre les puissances continentales s’imposent (nous, des 7duQuébec.com différons d’opinion avec nos camarades de Nuevo Curso. Le Brexit est un échec et a peu de chance de se réaliser car la faction du capital britannique qui fait affaires avec le capital européen n’entend pas se couper de ses marchés. NdT).

 

MANIFESTANT CONTRE LA NOUVELLE LOI SUR « L’EXTRADITION » VERS LA CHINE

En principe, rien ne serait plus naturel dans un long processus d’intégration territoriale que de soumettre le territoire à la loi et au système judiciaire du reste du pays. Mais évidemment, cela ne plaît pas aux secteurs de la bourgeoisie locale plus liés au capital anglo-saxon (Nous n’aimons pas ces appellations ethniques pour qualifier le capital international qui ne se prête à aucune pression ethnique – c’est essentiellement une question de multinationales ayant leur siège social dans un pays ou dans un autre mais ayant des actionnaires du monde entier. NdT), qui seraient soumis au pouvoir disciplinaire de la bourgeoisie chinoise (du capital chinois – multinational lui aussi. NdT). Les raisons de la résistance locale sont évidentes et leurs arguments prévisibles :

 

Les conservateurs sont convaincus qu’il est essentiel pour la prospérité de la ville de maintenir Hong Kong tel qu’il est actuellement, avec un modèle qui ne devient pas totalement démocratique mais qui respecte le capitalisme (« libéral » et dépend pour sa valorisation des marchés occidentaux et étrangers – du sud-Est asiatique – et en cela est en concurrence avec son Head office à Pékin. NdT) – la ville a sa propre monnaie et des institutions monétaires indépendantes. du gouvernement central – et la plupart des libertés individuelles (sic).

 

« C’est ce qui attire les investisseurs étrangers. Si nous devenons une ville de plus en Chine, quel sera notre avantage concurrentiel?  » (CQFD. NdT) Demande un homme d’affaires qui préfère garder l’anonymat. « Vous pouvez voir ce qui se passe à Shenzhen – la ville de l’autre côté de la frontière avec la Chine continentale, déjà considérée comme la Silicon Valley chinoise. La Chine a investi de grosses sommes d’argent pour le faire dépasser notre PIB et pour nous rendre concurrentiels dans des secteurs tels que la technologie. Sans la règle de droit qui nous différencie et qui donne de la sécurité à de nombreuses entreprises, Hong Kong ne peut pas survivre. Du moins, pas avec le bien-être de celui qui jouit maintenant » (D’où la question est bien dans cette affaire de déterminer si Hong Kong sera intégrée politiquement à la mère patrie autant qu’elle est intégrée économiquement à l’économie chinoise?  La  réponse est toute trouvée, le politique dépend = est subordonnée = à l’économique. NdT).

 

Mais ce qui dans un autre contexte ne se produirait pas dans un conflit politique local, dans le contexte de la guerre commerciale mondiale, devient la base d’une attaque généralisée contre le concurrent chinois. La presse anglo-saxonne a cherché à raconter à tout prix un « nouveau Tiananmen » et il n’y a aucun jour où le message n’est pas publié:  » Hong Kong est l’exemple de ce qui arrive à une classe dirigeante si elle est associée à la Chine « . Un message simple mais efficace, destiné en particulier au Portugal, à l’Argentine … ou à l’Espagne et à l’Algérie et à l’Italie. L’effet de la campagne est paradoxalement contre-productif pour les activistes de Hong Kong. La Chine perçoit clairement que ce qui est vraiment réglé dans ce conflit est de savoir si Hong Kong peut être le cheval de Troie des puissances anglo-saxonnes dont la politique municipale conditionne la position impérialiste chinoise … et n’est pas sur le point de céder un millimètre.

 

Une nouvelle offensive

INCIDENT ENTRE UN NAVIRE RUSSE ET UN NAVIRE AMÉRICAIN EN MER DE CHINE LA SEMAINE DERNIÈRE.

 

Cela fait en fait partie d’une offensive américaine générale qui a commencé avec la discipline imposée au Mexique et se poursuit maintenant avec une nouvelle menace de droits de douane sur les produits chinois. Cela ne s’arrête pas là, et encore moins: les États-Unis envoient un millier de soldats en Pologne et y annoncent une base militaire entre la Russie et l’Allemagne, en précisant et en expliquant qu’ils ne ferment pas la bataille du Nord Stream 2 (autant de menace s’adressant directement à l’ex-allié et présent concurrent allemand – ce qui effraie Macron qui chancelle sur ses bases de peur d’ëtre la prochaine cible de l’agressif capital Yankee-anglo-saxon-britannique-multinational. NdT) .

Ce n’est pas juste « soft power » en action (sic). L’ incident récent entre deux destroyers – l’un russe et l’autre américain – en mer de Chine, l’ arrivée de conseillers militaires à Taïwan rapidement réarmés par les États-Unis et le débat ouvert sur une guerre sur l’île témoignent du fait que la guerre commerciale vogue vers une guerre militaire entre les grandes puissances impérialistes, ce que Macron reconnaît déjà ouvertement effrayé et hésitant.

 

 

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétarien depuis 40 ans. http://www.les7duquebec.com

3 pensées sur “HONG KONG ET LA GUERRE MONDIALE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *