Iran : La CIA derrière les violences liées aux manifestations

Par Gilles Munier.   Le 7.01.2018.   Sur France-Irak Actualité.

 

(Que le monde est petit et étriqué. Il y a quelques mois nous annoncions dans ce webmagazine que la soi-disant lutte de libération nationale du « peuple » Kurde était la nouvelle cause populiste nationaliste-chauvine que les puissances occidentales allaient promouvoir  afin de semer le trouble et la guerre au Moyen-Orient (après la mise en échec de leur projet DAESH). Les pantins Kurdes, que l’impérialisme américain et européen stipendient ne servant que de fantoches pour recruter et entraîner des mercenaires afin de mener des activités subversives sur le modèle de l’EI – Daesh, mais sans la perversité sanguinaire dont ces terroristes se sont entourée.  Voici que cinq mois après  nos allégations, un personnage en autorité en Iran confirme que le pseudo État « libre » du Kurdistan irakien, et son président d’opérette, le richissime  Barzani, à partir de sa capitale Erbil en territoire irakien usurpé, soutien des activités subversives contre l’Iran. Profitant des manifestations de la semaine dernière les casseurs entrainés dans des camps du soi-disant Kurdistan (sans kurdes) ont mené des agitations afin de permettre aux États-Unis d’appeler à des sanctions contre l’Iran, ce que leurs acolytes européens ont jusqu’à présent rejeté. Bonne lecture chers lecteurs. Robert Bibeau.  http://www.les7duquebce.com).

 

**********

Mohsen Rezaï, secrétaire du Conseil de discernement  iranien et ancien commandant en chef des Gardiens de la Révolution islamiquea accusé samedi dernier la CIA d’être à l’origine des violences qui se sont produites en marge des manifestations dans plusieurs villes iraniennes.

Mohsen Rezaï a révélé qu’une opération baptisée « Fruitful Convergence » (Convergences fructueuses) a été lancée il y a quelques mois à Erbil pour déstabiliser l’Iran, sous la direction de Michael D’Andrea.

Michael D’Andrea – surnommé à la CIA « Prince noir », ou « Ayatollah Mike » depuis qu’il se serait converti à l’islam – supervisait les  assassinats ciblés par drones sous l’administration Obama. Mike Pompeo – directeur de l’agence de renseignement étasunienne – l’a nommé à la direction du Centre de renseignement sur l’Iran. 

Selon Mohsein Rezaï, outre l’équipe de la CIA, participent à Fruitful Convergence: l’ancien chef d’Etat-major de Qusaï – un des fils de Saddam Hussein -, des représentants des Moudjahidine du peuple iranien (OMPI), de la famille Barzani et du régime saoudien.

En juin dernier, Rezaï avait déjà dénoncé les activités du Consulat saoudien à Erbil qui avait ouvert un camp d’entrainement pour des groupes armés kurdes iraniens. Il avait alors menacé le Gouvernement régional du Kurdistan irakien (KRG) d’une intervention militaire si ces activités subversives ne cessaient pas.

Mohsein Rezaî a précisé que l’opération « Fruitful Convergence » a notamment pour objectif la prise de contrôle de villes iraniennes et la livraison clandestine d’armes à l’intérieur du pays.

Pour l’instant, elle s’est soldée par un échec.

 

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétaire depuis 40 années.

Une pensée sur “Iran : La CIA derrière les violences liées aux manifestations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *