Islamanie et islamaniaques

PERSONNE :

On m’a appris qu’il faut rappliquer à chaque fois que le sens de la Justice est en cause, c’est le plus sûr moyen pour se rendre service. Pour servir à quelque chose. J’ai fini par songer à une apologie de l’islam écrite par un non musulman en parallèle à une critique de l’islam écrite par un musulman.Et j’ai été exaucée, du moins en partie, puisque je viens de recevoir un message à travers lequel un philosophe musulman interpelle le monde musulman.

 

Je vous résume sa thèse sans parenthèse :

Notre bon musulman, dont je vous communiquerai la lettre in extenso, soutient que c’est l’islam informe ou non réformé qui a enfanté ce monstre qu’on appelle DAESH. Cet état islamique n’aurait jamais vu le jour si les musulmans avaient pris soin de balayer devant leur porte, de se débarrasser de leurs coquilles vides de sens et de valeur.

Une reforme ne suffirait pas. Il faudrait une refonte. Presque une refondation. Parce que l’islam, nous dit ce musulman, est d’un autre âge, périmé et vicié par l’absence de sens critique, d’intelligence et de tolérance. Et c’est aux musulmans d’accomplir cette radicale remise en question, s’ils désirent retrouver leur âge d’or et leurs lettres de noblesse. Il faut cesser de voir la vie en rose, et commencer par se débarrasser de cette sclérose en plaque qui dévaste le corps musulman.

On va remercier ce philosophe pour son ouverture d’esprit même si la philosophie n’y a pas trouvé son compte… il n’a pas été au bout, jusqu’au bout. Il a emprunté le chemin le plus facile, celui de l’enfant qui remet en question le livre qu’il n’a pas su lire.

Je me bornerais à lui proposer quelques pistes de réflexion pour muscler son jeu et s’il n’y a pas dans mes propos la moindre trace d’humilité c’est probablement dû à ma proximité avec Dieu sans relai, ni délai.

 

Première piste : pour enfanter un monstre, il faut être deux. L’islam n’aurait pu le faire tout seul. Un élément étranger s’en est forcément mêlé pour lui servir d’utérus… quelques coutumes, quelques us ont peut-être cherché à le dénaturer, à le dé-former, à le moderniser selon leur vision de la modernité.

 

Deuxième piste : vous dîtes que la contradiction est au cœur de l’islam et qu’il suffit à l’œil de l’islam d’intensifier son regard sur lui-même pour avoir droit à un foyer aigu de lumière. Plus simplement, il faut que l’islam change son œil plutôt que son regard. Vous l’invitez à faire une révolution ophtalmologique plutôt qu’optique. C’est sans doute vrai pour tous les musulmans, mais pas pour l’islam. Tout croyant devrait d’ailleurs en faire autant avant d’espérer un état de grâce… et se mettre sur le chemin de la vérité, de la vie… c’est le même. Je vous retourne le compliment : changez d’œil… et relisez le Coran.

 

Troisième piste : l’ami, il n’y a pas que l’esprit, hélas ! Il y aussi la matière. Il n’y a pas que des motifs, il y a aussi des mobiles. Il n’y a pas que le cœur, il y a aussi le ventre. Derrière votre superstructure, il y a une infrastructure.

Autrement dit toutes les influences éco-politiques qui minent le terrain et empêchent la Foi de mettre un pas devant l’autre. Il y a un monstre, en effet, dans le berceau.

Et on l’y a mis pour qu’on renie la mère en l’accusant d’être incapable d’enfanter autre chose.

Daesh, c’est le cheval de Troie, dedans il y a suffisamment d’agents nocifs pour te démontrer que l’islam ne peut plus rien racheter. Aucune âme.

C’est la religion à abattre. Et vous ne faîtes rien d’autre que de demander aux islamaniaques de la parachever.

http://www.lejournaldepersonne.com/2014/10/islamanie-islamaniaques/

avatar

Personne

Le Journal de Personne pratique la scénarisation à fond, pour illustrer une question d'actualité. Son info est une info scénario, son drame: une dramatisation et sa réalité: une réalisation.Vous auriez mauvaise grâce d'assimiler Personne à ses personnages, et ses histoires à des dérapages. L'humour et la dérision y ont toujours fait bon ménage. Le Journal n'est l'otage d'aucun parti, prisonnier d'aucune opinion, dupe d'aucun soupçon. Ni à gauche, ni à droite, mais au cœur de l'événement, il aborde tous les sujets, pose tous les problèmes et relance tous les débats : https://www.lejournaldepersonne.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *