J’ai cassé ma montre !

 

Ce n’est pas et même si ce fut le cas, ce n’est plus le même temps.

Le temps change. Il est changement.

Sinon il ne serait plus ce qu’il est : Dérangement permanent. Flux et reflux perpétuel.

 

Il passe et ne cesse de passer et nous le rappelle à chaque passage.

On en voit les traces sur nos visages.

Pas tout de suite mais d’une manière décalée parce que le temps est décalage et non étalage.

 

On croit lui avoir mis la main dessus avant de s’apercevoir qu’il a pris la fuite.

Il est saisissant et insaisissable mais pas en même temps.

Ce n’est jamais en même temps, sinon ce ne serait plus le temps…

 

Tout son succès, il le doit à cette succession : il y a toujours un avant et un après mais qu’on a du mal à situer dans le temps… ça n’arrive pas quand on croit que ça va arriver et ça ne dérive pas quand on croit que ça va dériver.

C’est toujours à quelque chose près… toujours à côté… coïncidence ratée !

 

Et même lorsque l’on croit que c’est simultané, on ne fait que simuler en vérité. Que des orgasmes en aparté.

L’union, la fusion ne sont que des illusions sans cesse perdues et sans cesse retrouvées.

 

Pour le dire plus sobrement : ça tombe mal et ça tombe toujours mal même lorsque notre fierté nous fait dire que ça tombe bien.

Et pour une raison mystérieuse ou plutôt mystique : l’invisible est imprévisible…

 

Même quand on sait tout, on ne sait pas tout prévoir, parce que le même n’est jamais le même… il y a déphasage.

 

Logique du temps qui rend difficile, voire improbable tout ancrage :

On ne peut pas être en même temps vrai et non vrai, juste et injuste en même temps, humaniste et inhumain, ouvert et fermé en même temps et sous le même rapport…

 

C’est impossible non seulement en vertu du principe de non contradiction mais surtout en vertu de la loi de la succession qui fait que lorsque je dis que JE suis moi ; mon « je » n’est pas identique à mon moi ; il y a un petit écart entre les deux. C’est peut être pour ça que tout ego sonne creux.

 

Autrement dit, toute identité est un peu tronquée… il paraît qu’il n’y a pas deux gouttes d’eau identiques dans tout l’univers…

Et on n’a pas fini d’essuyer ce revers !

 

Il n’y a que des différences et point de répétitiontout est toujours nouveau sous le soleil. TOUT EST TOUJOURS AUTRE.

Mission pour l’un, démission pour l’autre et rémission pour personne…
 

https://www.lejournaldepersonne.com/2018/10/jai-casse-mon-montre/

avatar

Personne

Le Journal de Personne pratique la scénarisation à fond, pour illustrer une question d'actualité. Son info est une info scénario, son drame: une dramatisation et sa réalité: une réalisation.Vous auriez mauvaise grâce d'assimiler Personne à ses personnages, et ses histoires à des dérapages. L'humour et la dérision y ont toujours fait bon ménage. Le Journal n'est l'otage d'aucun parti, prisonnier d'aucune opinion, dupe d'aucun soupçon. Ni à gauche, ni à droite, mais au cœur de l'événement, il aborde tous les sujets, pose tous les problèmes et relance tous les débats : https://www.lejournaldepersonne.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *