Jared Kushner réordonne le Moyen-Orient

Par Thierry Meyssan.  Sur  Réseau Voltaire

 

Personnalité très contestée par les propres membres de l’administration Trump, Jared Kushner a la totale confiance du président. Il a reçu pour mission de réordonner le Moyen-Orient selon le « principe de réalité », contre la doxa de chaque camp. Après des succès tangibles en Arabie saoudite, il s’attaque à la question israélo-arabe.

 

ared Kushner est une personnalité très secrète dont on ne sait pas grand-chose. Tout au plus qu’il avait une haute opinion de la Justice et se destinait à être procureur. Cependant lorsque son père fut arrêté et incarcéré pour fraude fiscale, il eut la certitude d’une injustice. Selon lui, son père était tombé dans un traquenard judiciaire. Il abandonna alors ses études de droit et tenta de relever l’entreprise familiale de promotion immobilière. Ce qu’il réussit avec succès. Durant cette période, il se construisit l’image la plus lisse possible de manière à se distancier des accusations portées contre son père.

Son beau-père, Donald Trump, lui fait extrêmement confiance au point de le charger de facto de diriger sa campagne électorale. Certains de ses adversaires manifestèrent leur surprise devant sa capacité à organiser cette campagne avec des moyens dérisoires et néanmoins de parvenir à la victoire.

Dès son arrivée à la Maison-Blanche, le président Trump le fait participer aux réunions les plus secrètes bien qu’il ne dispose pas de l’accréditation Secret-Défense ; une accréditation à laquelle il n’a toujours pas droit.

Espérant laisser un nom dans l’Histoire en réalisant une tâche que ses prédécesseurs ont tous évoquée sans jamais l’atteindre, le président Trump le charge de résoudre le conflit israélo-arabe et de pacifier le Moyen-Orient. C’est un pari d’autant plus risqué à tenir que le jeune homme (36 ans) s’est préalablement impliqué aux côtés d’Israël en soutenant financièrement Tsahal et des colonies juives en terre palestinienne. Cependant Kushner ayant un tel besoin de se faire accepter par son milieu, il est possible que ces dons aient une autre signification que celle qu’on leur attribue au premier abord.

Nommer à cette fonction une personnalité de confiance, mais dénuée d’expérience diplomatique, est un second pari du président Trump. Considérant l’échec des diplomates professionnels, celui-ci a misé sur une approche nouvelle d’un problème ancien. Pour cette mission, Jared Kushner a obtenu un rare privilège : il est le seul haut fonctionnaire dont les entretiens avec des personnalités politiques étrangères ne font pas l’objet de procès-verbaux. Personne ne pourra donc lui reprocher ses gaffes, ni même critiquer sa manière d’aborder les sujets. Pas même le secrétaire d’État, puisqu’il ne rend compte qu’au président.

De l’avis des personnalités qui l’ont rencontré, Kushner suit les mêmes principes que son beau-père :
- d’abord prendre acte de la réalité, même si cela implique d’abandonner une rhétorique officielle bien rodée ;
- deuxièmement, considérer tous les avantages qu’il peut tirer des accords bilatéraux antérieurs ;
- et troisièmement, tenir compte autant que faire se peut du Droit multilatéral.

La seule différence avec son beau-père réside dans son mutisme parfait, évitant des déclarations provocantes ou contradictoires comme celles dont use le président pour secouer ses interlocuteurs.

Durant les dix derniers mois, Jared Kushner a multiplié les allers-retours vers le Moyen-Orient, particulièrement vers ses deux destinations de prédilection : l’Arabie saoudite et Israël. Nous venons d’assister, sans comprendre, au début de son action.

L’Arabie saoudite

- La réalité de l’Arabie c’était, du point de vue de Trump durant sa campagne électorale :
• l’accumulation de pétro-dollars qui sont massivement des dollars payés par les USA pour un pétrole que les Saoudiens ne fabriquent pas.
• le rôle central du royaume, sous contrôle du MI6 et de la CIA, dans la lutte contre le nationalisme arabe et la manipulation du terrorisme islamique.
• sa crise de succession.

- Les accords bilatéraux, ce sont ceux du Quincy signés par Franklin Roosevelt en 1945, renouvelés par George Bush Jr. en 2005 jusqu’en 2065. Bien qu’ils n’aient jamais été publiés, de nombreuses personnes ayant participé à leur négociation les ont résumés ainsi :
• Le roi d’Arabie accepte le contrôle des États-Unis sur son pétrole, tandis que ces derniers s’engagent à protéger le roi et par extension sa propriété privée, l’Arabie saoudite.
• Le roi d’Arabie s’engage à ne pas faire obstacle à la création d’un État pour la population juive de l’ancien Empire ottoman, tandis que les États-Unis favorisent son rôle régional.

Jared Kushner a donc préparé le sommet du 21 mai 2017 qui réunit à Riyad la presque totalité des chefs d’État du monde musulman autour du président Trump. L’Arabie saoudite a immédiatement coupé les ponts avec les Frères musulmans et cessé de financer les groupes jihadistes partout dans le monde —en tous cas, presque tous, sauf au Yémen [1]—. Le royaume a usé de son influence pour convaincre les autres États musulmans présents. Cependant, cette réussite avait un coût :
• Le Qatar a refusé la nouvelle politique US. Ne voulant pas avoir gaspillé pour rien 137 milliards de dollars [2] contre la Syrie, il a poursuivi son soutien à certains jihadistes. L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont alors décidé unilatéralement son blocus. Si le secrétaire d’État Rex Tillerson a tenté de se tenir à l’écart de cette querelle, Kushner et le président Trump ont alors pris parti pour l’Arabie.
• Kushner s’est engagé à aider le roi Salmane à régler comme il l’entend sa succession au trône.

Le coup de palais du 4 novembre

Jared Kushner s’est rendu trois jours en Arabie saoudite, fin octobre. Il a tenu de longues séances de travail avec le fils du roi, le prince Mohammed ben Salmane (MBS), et a établi avec lui la liste des membres de la famille royale qui seraient neutralisés. Ignorant ce que seraient les réactions de la Garde royale une fois le prince Muteb démis, il a donné à MBS l’assistance de mercenaires d’Academi (ex-Blackwater) pour procéder aux arrestations. Enfin, se souvenant de la campagne médiatique contre son père, il a fourni des spin doctors pour enrober ce coup de palais du discours lénifiant de la « lutte contre la corruption ».

Il avait déjà quitté Riyad lorsque le Premier ministre libanais, Saad Hariri —fils légal de Rafic Hariri, mais fils biologique d’un prince Fadh [3]— a été invité à se rendre d’urgence à Riyad « pour y être reçu par le roi Salmane ». La suite est connue [4] : le discours de démission d’Hariri et l’arrestation ou l’exécution de tous les princes susceptibles de contester ou de revendiquer la succession au trône.

Les centaines de cousins de MBS ayant été arrêtés, ils furent placés en résidence surveillée ou en détention. Les uns après les autres, ils acceptèrent —souvent sous la torture— de livrer leur fortune à leur suzerain. Celui-ci a ainsi récupéré plus de 800 milliards de dollars, selon le Wall Street Journal [5].

Aucune voix ne s’est élevée dans le monde pour venir au secours de ces milliardaires déchus, siégeant jusque-là dans les plus prestigieux conseils d’administration.

Des témoins assurent que certains membres de la famille royale ont été hospitalisés et soignés avant de retourner en salle d’interrogatoire. MBS affirme avoir libéré plusieurs personnalités, dont le prince Metab lui-même, Turki ben Abdallah, le docteur Ibrahim ben Abdelaziz ben Abdallah al-Assaf (ancien ministre des Finances saoudien) et Mohammad ben Abdel Rahman al-Toubaichi (ex-chef du protocole à la cour).

L’histoire n’est certainement pas finie. Conformément aux instructions du président Trump, Jared Kushner va maintenant chercher à récupérer pour son pays une partie des fortunes confisquées.

L’affaire Hariri

Contrairement à ce que prétend la presse française, la libération du Premier ministre libanais ne doit pas grand-chose à Paris. Certes, le président Emmanuel Macron était intervenu, Saad Hariri ayant la triple nationalité saoudo-libano-française. Certes, il s’était rendu lui-même à Riyad, mais pour s’y faire humilier [6]. La seule action utile est venue de son homologue libanais, le président Michel Aoun.

La France s’est vu opposée une réalité simple : en droit international consulaire, les multi-nationaux ne peuvent disposer d’immunité diplomatique dans un pays dont ils sont ressortissants. Toutefois, le président Aoun a fait basculer la situation en ne défendant plus l’homme Saad Hariri, mais son Premier ministre Saad Hariri. Il ne fait aucun doute qu’arrêter et placer en résidence surveillée le chef du gouvernement d’un pays tiers en dehors de toute procédure judiciaire est un acte de guerre ; d’ailleurs la presse internationale bruissait de rumeurs d’un possible bombardement saoudien du Liban. Dès lors, le palais de Baabda a menacé de porter l’affaire devant le tribunal arbitral des Nations unies et de saisir simultanément le Conseil de sécurité. Il a également joint, via son homologue syrien Bachar el-Assad, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi qui fait le lien entre les pro et les anti-US. C’est ce dernier qui a téléphoné à Jared Kushner et obtenu avec son appui la libération du Premier ministre. Et d’ailleurs, dès que celui-ci fut libéré, il se rendit au Caire remercier al-Sissi.

La question israélo-arabe

Reste la question israélo-palestinienne.

La crue réalité, c’est :
• Depuis 70 ans, Israël n’a cessé de grignoter les territoires de ses voisins. Il occupe actuellement le Golan syrien, les fermes de Chebaa libanaises, une très grande partie des territoires palestiniens de 1967 dont presque tout Jérusalem-Est.
• Les dirigeants de la Résistance palestinienne ont presque tous été neutralisés par Israël : beaucoup ont été assassinés, Tel-Aviv a divisé les Palestiniens en factions rivales, ceux qui restent au Fatah ont été largement corrompus par leurs ennemis, tandis que ceux du Hamas ont ouvertement collaboré avec le Mossad pour éliminer leurs rivaux [7]. Il ne reste à combattre pour leurs droits que quelques petits groupes comme le Jihad islamique et le FPLP-CG.
• Certes, les Palestiniens et les autres peuples arabes et/ou musulmans conservent le sens de la Justice et militent pour le respect des droits inaliénables du peuple palestinien. Mais en l’absence de représentation politique crédible, ils ne peuvent rien faire, sinon défiler par dizaines de millions le « Jour de Jérusalem ».

Les accords bilatéraux, ce sont :
• La réalisation du projet exprimé par la déclaration britannique Balfour et par les 14 points du président états-unien Wilson en créant Israël [8].
• La lettre adressée au Premier ministre Ariel Sharon par le président George Bush Jr. qui réfute le droit au retour des réfugiés palestiniens et reconnait les territoires conquis, depuis 1949, comme faisant partie intégrante d’Israël [9].

Les accords multilatéraux, ce sont :
• Les résolutions 242 [10] et 338 [11] du Conseil de sécurité des Nations Unies et l’article 49 de la 4e Convention de Genève.

Seuls le président Trump et quelques-uns de ses conseillers connaissent le scénario que Jared Kushner a écrit. Il a poursuivi la politique de ses prédécesseurs de réduction de la question israélo-arabe à un simple différent israélo-palestinien. Dans la ligne de John Kerry, il a favorisé la réconciliation entre le Fatah et le Hamas contre Israël, et est parvenu à leur faire signer (mais ni au FPLP-CG, ni au Jihad islamique) un accord, le 12 octobre au Caire [12]. Il a fait nommer à la tête du Hamas un ami d’enfance du leader du Fatah Mohammed Dahlan, préparant la fusion des deux mouvements.

Au demeurant, les factions palestiniennes tiennent toujours des discours radicalement différents. Pour le Fatah, Israël est une seconde Rhodésie, c’est un État colonial qui s’est auto-proclamé indépendant. Tandis que pour le Hamas, s’appuyant sur des Hadiths (et non pas sur le Coran), le problème est qu’une terre musulmane ne peut être gouvernée par des non-musulmans.

Le début des événements vient de commencer avec l’annonce du transfert de l’ambassade US de Tel-Aviv à Jérusalem.

À l’évidence, la Maison-Blanche teste sa capacité à passer en force. En effet, d’un côté, le plan de partage de la Palestine prévoyait effectivement que Jérusalem-Ouest soit la capitale de l’État hébreu. Mais d’un autre, le Conseil de sécurité condamna Israël lorsqu’il fit unilatéralement de Jérusalem-Ouest sa capitale [13].

Kushner dirige les négociations vers l’acceptation du statut quo, c’est-à-dire la perte pour les Palestiniens de très nombreuses terres illégalement occupées par Israël ; sachant que si les Palestiniens refusent ce mauvais accord, ils continueront inexorablement à perdre, jour après jour, d’autres territoires sans que la communauté internationale ne réagisse. Seule la délimitation géographique de leur État, quelle qu’elle soit, leur garantit l’intégrité définitive de leur territoire.

L’étrange réunion de l’Organisation de coopération islamique, qui vient de se tenir à Istanbul, a proposé de transférer la capitale de l’État palestinien de Ramallah à Jérusalem-Est [14]. Sauf que cela paraît difficilement faisable et n’a effectivement pas été fait. Peut-être ne s’agissait-il que d’un baroud d’honneur destiné à faire admettre cet abandon dans l’opinion publique musulmane.

Conclusion provisoire

Les adversaires du président Trump tentent par tous les moyens de le contraindre à renoncer à son conseiller Jared Kushner. Cependant celui-ci est toujours en place. Il a pour le moment réussi à mettre fin au soutien saoudien aux groupes terroristes et à résoudre la question de la succession au trône en en tranchant le nœud gordien, c’est-à-dire en neutralisant la famille royale. On regrettera la méthode employée : pendre des vieillards par les pieds et les torturer jusqu’à ce qu’ils lâchent leurs comptes bancaires. Il n’en reste pas moins que toutes les autres solutions, ou pis l’absence de solution, auraient conduit à une guerre civile. La faute n’en revient pas à Jared Kushner, mais à ceux qui ont si longtemps accepté ce régime barbare et médiéval des Séoud.

De même, il est aujourd’hui extrêmement injuste, non pas de transférer l’ambassade US à Jérusalem-Ouest, mais de renoncer à établir le gouvernement palestinien à Jérusalem-Est. Là encore la responsabilité n’en revient pas à Jared Kushner, mais à la « communauté internationale », et particulièrement aux gouvernements sionistes arabes, qui ont laissé durant 70 ans Israël grignoter la ville, appartement par appartement.

Alors que depuis 70 ans, les diplomates occidentaux s’ingénient à multiplier et à complexifier les conflits du Moyen-Orient, Jared Kushner est le premier à en résoudre. Le conseiller présidentiel au visage d’ange est un redoutable organisateur.

[1] « L’Arabie saoudite et les Émirats n’ont pas rompu avec les Frères musulmans », Réseau Voltaire, 15 décembre 2017.

[2] Chiffre révélé par l’ancien Premier ministre, cheikh Hamad bin Jassim.

[3] Et non d’un prince Abdallah comme je l’ai écrit une fois par erreur. NdA.

[4] « Coup de Palais à Riyad », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 7 novembre 2017.

[5] “Saudis Target Up to $800 Billion in Assets”, Margherita Stancati & Summer Said, Wall Street Journal, November 8, 2017. Ce chiffre contredit les assertions de MBS pour qui les sommes saisies ne dépassent pas les 100 milliards de dollars : “Saudi Arabia’s Arab Spring, at Last. The crown prince has big plans for his society”, Thomas L. Friedman, The New York Times, November 23, 2017.

[6] « Le camouflet infligé au président Macron en Arabie saoudite », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 14 novembre 2017.

[7] « Des agents du Mossad dans l’unité d’Al-Qaida qui a attaqué le camp de Yarmouk », Réseau Voltaire, 31 décembre 2012.

[8] « Qui est l’ennemi ? », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 4 août 2014.

[9] « Lettre de George W. Bush à Ariel Sharon », par George W. Bush, Réseau Voltaire, 14 avril 2004.

[10] « Résolution 242 du Conseil de sécurité de l’ONU », ONU (Conseil de sécurité) , Réseau Voltaire, 22 novembre 1967.

[11] « Résolution 338 du Conseil de sécurité de l’ONU », ONU (Conseil de sécurité) , Réseau Voltaire, 22 octobre 2003.

[12] « Réconciliation palestinienne », Réseau Voltaire, 13 octobre 2017.

[13] Le rejet par le Conseil de sécurité de la Loi sur Jérusalem, en 1980, n’est pas entré dans la question de savoir si Israël avait choisi comme capitale Jérusalem-Ouest ou Jérusalem dans sa totalité. Il a condamné le principe d’une déclaration unilatérale, considérant que le statut de Jérusalem ne pouvait être modifié que par une négociation israélo-palestinienne. Cf. Résolutions 476 et 478.

[14] Cette proposition vise à court-circuiter une proposition saoudienne de réduction du territoire de Jérusalem-Est et de transfert de la capitale palestinienne dans un de ses faubourgs, Abou Dis, qui est déjà séparé du reste de la ville par le Mur de séparation.

 

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétarien depuis 40 ans. http://www.les7duquebec.com

2 pensées sur “Jared Kushner réordonne le Moyen-Orient

  • avatar
    26 décembre 2017 à 4 04 18 121812
    Permalink

    Meyssan soutient mordicus que seul Trump peut et veut sauver le monde…
    Itou avec Jared : Alors que depuis 70 ans, les diplomates occidentaux s’ingénient à multiplier et à complexifier les conflits du Moyen-Orient, Jared Kushner est le premier à en résoudre.

    70 ans c’est pile poil le temps passé par de nombreux archéologues à chercher en Égypte ou en Palestine des traces de l’Exode ou du Palais de Salomon alors qu’il vaudrait mieux chercher dans le Sud de l’Arabie Saoudite et au Yémen…
    Pourtant on peut affirmer à l’un comme à l’autre que Jérusalem n’est pas la capitale de l’Israël biblique.

    Meyssan par contre rappelle à juste titre, ce que l’on présente encore aujourd’hui comme une légende urbaine ; Le Pacte du Quincy, qu’aussi bien Georges Stanéchy dès janvier 2016 après la décapitation de 47 personnes, dont Nimr-Al-Nimr, que dans l’un de mes derniers billets ; Déclaration de Balfour 2.0 nous avons souligné l’importance de ces petits arrangements entre amis et ennemis…

    Répondre
  • avatar
    26 décembre 2017 à 7 07 08 120812
    Permalink

    @ tous

    Il est absolument sans importance historique que la déclaration Balfour ait été faite, que Jérusalem ait été la capitale d’un immense empire juif et autres sornettes de la sorte. Même les résolutions de l’ONU sont sans aucune importance = la preuve certaines sont appliquées et la plupart ignorées.

    Seul compte les intérêts économiques et donc à la suite politique, diplomatique et militaire des différents belligérants. Pour servir leurs intérêts les puissances internationales et régionales vont déployer la force requise et elles trouveront toujours un larbin pour exécuter les missions qui s’imposent.

    Missions que M. Meyssan a un grand talent à décrire dans le menu détail tel un roman . Le reste – la mythologie juive – mur des lamentations, ancien et nouveau testament résolutions de l’ONU – déclarations de diplomates parfois jetées aux orties parfois portées aux nues.

    Au lendemain des élections américaines nous avons ici même annoncé que Donald Trump avait reçu mission de la part du Grand capital américain (qui n’est pas plus juif qu’il n’est chrétien ou musulman ou shintoiste) de régler le plus d’affaires possible au Proche-Orient de façon a redistribuer les flottes d’agressions américaines en direction du nouveau centre névralgique militaire mondial = le détroit de Malaga et la Mer de Chine méridionale.

    http://www.les7duquebec.com/7-au-front/questions-nationales-palestinienne-et-israelienne-bientot-chloroformees/

    Les intérêts en jeux dans cette nouvelle arène sont immenses par rapport au Proche-Orient et son pétrole que l’on retrouve partout et que les écologistes répudient sous les ordres des nouvelles industries de l’énergie.

    Alors oui KUHSNER fait du bon travail et s’il ne le faisait pas un autre serait acheminé pour RÉGLER CE VIEUX CONFLIT et les droits du peuple Palestinien ne compte pour rien depuis le début et il en sera ainsi jusqu’à la fin quand ses CHEFS DE CLANS palestiniens s’entendront avec les assassins israéliens sur le partage de la Terre Promise au Grand capital israélo-américain dans cette zone du monde qui perd de plus en plus de son importance mondiale.

    robert Bibeau http://www.les7duquebec.com

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *