Je fuis Charlie

Charlie n’a toujours pas le sens de l’humour
S’il l’avait, il aurait bien pris le mur de l’intolérance qui s’est abattu sur lui… le 7 janvier dernier.
Ça fait partie des risques revendiqués de son métier à tisser des toiles d’araignées dans nos petits esprits…
C’est dire que la légèreté n’est pas toujours de mise, quand votre devise consiste à tout prendre à la légère, il ne faut pas en vouloir à ceux qui vous le font payer un peu trop cher… ce n’est rien que l’histoire de l’abuseur abusé par des désabuseurs.
Voilà qu’il s’apprête aujourd’hui à publier un brulot avec une photo à la clé représentant Dieu en cavale, avec un fusil et des sandales…
Et en gros titre pour accentuer le scandale :
« L’assassin court toujours ».
Attention, ce n’est plus de l’humour, c’est une vindicte de basse-cour.
J’hésite entre le mauvais goût et le dégoût, entre mauvaise conscience et volonté de vengeance.
Notre Charlie n’a pas l’air beaucoup plus élégant que ceux qui l’ont relégué et déglingué.
Pour se faire de l’argent, il est capable d’utiliser n’importe quel détergent.
Et Dieu, quel mal a t-il fait ?
C’est lui l’assassin qui court toujours, nous dit Charlie qui a l’air d’être au courant de tout.
Le pire Charlie, ce n’est pas qu’il coure… le pire c’est que vous ne le rattraperez jamais.
Votre hebdo en revanche vient encore une fois de froisser quelques fous qui risquent de le prendre de haut et de vous refaire la peau.
Car ils sont un peu comme vous : ils ne font qu’à leurs têtes.
Lequel des deux est le plus bête ?
Celui qui fait l’ange ou celui qui fait la bête ?

http://www.lejournaldepersonne.com/2016/01/je-fuis-charlie/

affiche L'école subversive avec montage, peinture de Personne tenant un masque

Campagne prévente de tickets, soutien du film de Personne L’école subversive, La Révolution en 90 leçons jusqu’au 26 janvier 2016 : http://www.lejournaldepersonne.com/campagne-de-soutien-du-film-lecole-subversive-la-revolution-en-90-lecons-prevente-dacces-et-coproducteur-donateur-jusquau-26-janvier/

avatar

Personne

Le Journal de Personne pratique la scénarisation à fond, pour illustrer une question d’actualité. Son info est une info scénario, son drame: une dramatisation et sa réalité: une réalisation.Vous auriez mauvaise grâce d’assimiler Personne à ses personnages, et ses histoires à des dérapages. L’humour et la dérision y ont toujours fait bon ménage. Le Journal n’est l’otage d’aucun parti, prisonnier d’aucune opinion, dupe d’aucun soupçon. Ni à gauche, ni à droite, mais au cœur de l’événement, il aborde tous les sujets, pose tous les problèmes et relance tous les débats : https://www.lejournaldepersonne.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *