Kabila en difficulté au Congo

 

Les militaires rwandais et ougandais de la GR ayant participés aux massacres du 19 et 20 septembre à Kinshasa ont séquestré Zoé «Kabila» et menacé de le tuer pour non paiement de  leurs primes de mission !

 

Du Samedi 24 au Dimanche 25 septembre, Kingakati a connu une véritable nuit de frayeur. Les militaires tutsis rwandais de la Garde Républicaine qui ont opéré des massacres lors des journées d’émeutes du 19 et 20 septembre derniers à Kinshasa au nom des militaires congolais des FARDC avaient reçu la promesse d’Hyppolite Kanambe que son Frère Zoé «Kabila » leur donnerait des primes dès la fin de leur «mission» sanguinaire. Mais voilà que 48 heures après, ces «mercenaires» n’avaient toujours pas perçu leurs pécules comme promis. Hyppolite Kanambe étant absent (il serait en soins à  … Kigali pour une forte fièvre !), les militaires rwandais et ougandais sont tombés sur son frère Zoé qui passait par là et l’ont séquestré. Ils ont menacé de l’abattre et de descendre piller le centre ville de Kinshasa si leurs primes n’étaient pas libérées la même nuit.

Paniqué, Zoé alerta le Général OLENGA qui débarqua quelques instants après avec quatre jeeps remplis de militaires de son escorte. Mal lui en prit ! Car les militaires rwandais et ougandais de la GR l’ont immédiatement encerclé avec son escorte. Les discussions qui s’en suivirent ont duré toute la nuit. Et c’est seulement lorsque le pasteur MUGALU, chef de la Maison civil et le Directeur du Cabinet de « Joseph KABILA » sont arrivés à 6 heures du matin à Kingakati avec les malles des dollars pour les payer que ces militaires rwandais et ougandais de la GR ont libéré leurs otages ! Si les politiciens congolais qui demandent à Honoré Ngbanda les preuves de l’occupation de la RDC ne voient pas ici des signes probants de cette occupation, alors ils sont pires que des aveugles nés. Ils ne verront plus jamais rien !

gr kin

Qui sont ces militaires qui ont fait le bouclage des camps militaires et policiers de la ville de Kinshasa ?

Un politicard de l’opposition congolaise de passage en Europe avait déclaré il y’a quelques semaines dans une vidéo que le combat de libération et l’idéologie de l’occupation de la RDC chers au président Honoré Ngbanda n’étaient qu’un simple problème de… «sémantique» ! Mais nous voudrions ici attirer son attention, et celle des Congolais, sur une information importante diffusée par la Radio Okapi le 23 septembre 2016 à 14h18’ précisant qu’il y a « bouclage des camps militaires et policiers congolais de la ville de Kinshasa » (sic) !

 

Pour faire le bouclage d’un camp militaire ou policier, il faut que les forces militaires ou policières qui procèdent au bouclage soit supérieures en nombre et en arme par rapport aux unités assiégées. Dès lors, nous sommes en droit de nous poser la question de savoir quelles sont donc ces militaires supérieures en nombre et en armes, pour procéder au bouclage des camps militaires et policiers congolais de la ville de Kinshasa? D’où viennent-ils ? Et pourquoi doivent-ils boucler et désarmer les camps militaires et policiers congolais ?  Dès lors, quelles sont les unités qui assurent la protection des citoyens congolais de la ville de Kinshasa ?

Ces questions-là ne relèvent pas de la simple sémantique ! C’est un problème qui touche à la souveraineté nationale, et elle aurait dû faire bondir les hommes politiques congolais toutes tendances politiques confondues. Mais hélas ! Aujourd’hui, le Tutsi-power est en train de neutraliser ce qui restait encore de l’armée congolaise et cela, sous les yeux indifférents des hommes politiques congolais : sénateurs, députés, ministres, opposants…. !

L’opération «Turquie» que nous avons annoncée est donc là ! Les fameuses émeutes provoquées par l’Opposition congolaise n’auront donc servi qu’à permettre au pouvoir d’occupation d’appliquer ses projets à travers ses deux opérations : «Umukamate» et «Turquie».

C’est pourquoi, dans les tous prochains jours, le président de l’APARECO adressera un message spécial aux officiers des FARDC et aux inspecteurs de la Police Nationale via les «canaux parallèles». Que ceux qui les connaissent soient branchés et relaient le message vers tous ceux qui sont disséminés à travers le pays. Mais en attendant, soyez vigilants. Ne cédez pas aux intimidations. N’ayez pas peur ! Mieux vaut pour vous de mourir pour une cause que de vivre sans cause !

Au moment où les manifestations prenaient de l’ampleur sur le terrain cet après-midi du 19 septembre 2016, dans la vague de panique générale, l’AG/A.N.R. a ordonné à 16 heures l’exécution de plusieurs détenus. D’autres sources ont alerté notre rédaction que les personnes  dont les noms sont reprises sur la liste ci-après sont également menacées . Il s’agit de :

1.    SANKARA ABDOU KINYATA… 30 mois de cachot.

2.    NGWALA MAYASI ESPOIR… 28 mois de cachot.

3.    NDEKO NGOMA HONORÉ… 27 mois de cachot.

4.    KINUANI LUMBA KIDJO… 23 mois de cachot.

5.    SOKI NZOLAMESO DALBY… 23 mois de cachot.

6.    JOHN ISRAEL MALUBUNYI KALOBA… 36 mois de cachot.

7.    MUNTU MOSI MPIA… 8 mois de cachot.

8.    AIMÉ MUKUNA… 8 mois de cachot.

9.    KABULO… 8 mois de cachot.

10.                MAHOUNI PIERRE… 4 mois de cachot.

11.                AUGUSTE YOULOU… 4 mois de cachot.

12.                YOLO BOLA PACHITO… 13 mois de cachot.

13.                BIROTSHO NDJANDJU KOSI… 18 mois de cachot.

 

Nous demandons aux ONG de défense des droits humains, à la MONUSCO dont la mission officielle consiste entre autres à protéger la sécurité des populations congolaises, à la Croix Rouge…etc ainsi qu’aux familles de ces victimes de procéder à la vérification auprès des responsables de l’A.N.R. du sort des personnes reprises dans la liste ci-dessus.

vladimir-poutine-

 

Le Conseiller spécial de Poutine demande à «Kabila» de quitter le pouvoir à la fin de son mandat

Arrivé à New York préoccupé par la tempête soulevée par le Nonce apostolique à Kinshasa autour du «Génocide congolais» (le mot est enfin lâché!), Hyppolite Kanambe croyait pouvoir connaître un répit durant son séjour newyorkais. C’était sans compter avec l’excès de zèle de son troubadour de MENDE qui avait orchestré une scène ubuesque à la hauteur de ses turpitudes dans le but d’humilier l’envoyé spécial du président américain ! La réplique de Washington ne se fit pas attendre : «Joseph Kabila» fut humilié à son tour et obligé de quitter précipitamment le sol américain, spécialement le territoire neutre de New York (Fait rarissime dans les anales de l’ONU).

Mais avant de filer à l’anglaise, « Joseph Kabila » avait reçu dans son appartement le Conseiller spécial du président russe Vladimir Poutine. Il était porteur d’un message fort du président russe à « Kabila » : Il lui demandait avec insistance de ne pas chercher à s’accrocher au pouvoir après la fin de son mandat au mois de décembre prochain. Car cet entêtement pourrait lui coûter la vie ! Car les Etats-Unis auraient pris toutes les dispositions pour le neutraliser. Resté silencieux quelques minutes après le départ de son hôte, le fils d’Adrien s’exclama, à la stupéfaction de son pré-carré : «Bata ona» («Bakomona» en lingala  ou «Ils vont voir» en français ).

 

 

museveni

 

Yoweri Museveni demande à «Kabila» d’envisager son repli à Goma pour organiser la balkanisation

La détermination et la colère des jeunes kinois qui sont sortis pour répondre à l’appel «pacifique» de la prétendue opposition congolaise a surpris le monde. Particulièrement les commanditaires de l’occupation et leurs proxys que sont les Ougandais, les Burundais et les Rwandais. Depuis les événements du 19 et 20 septembre, les Services ougandais, rwandais et tutsis en RDC se réunissent pour analyser et tirer toutes les leçons de la situation politique.

Le président Museveni et ses services sont formelles : les lobbies tutsis en RDC ne sauront pas vaincre la colère des Congolais contre leurs bourreaux rwandais , ougandais etc…suite à leur prise de conscience de la situation réelle de leur pays . Donc pour lui, il faut que Hyppolite KANAMBE envisage sérieusement l’hypothèse de se replier à Goma pour y organiser une … «Résistance» pour garder leur portion du territoire arrachée aux «Congoman».

Après les événements du 19 et 20, et après son retour de New York, le cheval de Troie rwandais est allé à …. Kigali où il a subi une forte pression pour organiser rapidement sa retraite à l’Est de la République pour concrétiser le début de la balkanisation de la RDC.

Paris, le 26 Septembre 2016

Candide OKEKE

L’ŒIL DU PATRIOTE

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétarien depuis 40 ans. http://www.les7duquebec.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *