La dictature effroyable de l’immédiateté

785569-claude-jutra-michel-brault-plateau

DOMINIQUE BOISVERT :

Je ne connaissais pas Claude Jutra, sauf comme tout le monde. J’ai défendu les droits humains, ceux des minorités et des victimes toute ma vie. J’ai été choqué par les allégations de pédophilie portées contre lui, j’ai appuyé l’appel à la prudence lancé par la ministre de la Culture, puis été d’accord avec la décision rapide de trancher dans le vif et de retirer son nom des prix du cinéma et d’autres hommages toponymiques.

J’avais tort. Nous avons eu collectivement tort. Terriblement tort.

Il a fallu un an à Nathalie Petrowski pour regretter, au sujet de la venue du chanteur Bertrand Cantat, de « s’être jointe à la meute » et « d’avoir participé à la mise à mort d’un artiste ».  Après moins d’une semaine dans le cas de Claude Jutra, je le regrette déjà.

Je ne banalise pas la pédophilie. Je ne veux surtout pas justifier l’impunité de qui que ce soit, et encore moins des puissants, riches ou célèbres. Mais je refuse la vindicte populaire et je dénonce la dictature de l’immédiateté.

En cinq jours, nous sommes passés de la première allégation publique à l’exécution sommaire, en prétendant avoir franchi toutes les étapes nécessaires du procès et de la preuve : c’est désormais le règne de l’information continue et de la justice expéditive des médias sociaux. Réagir ainsi comme société, c’est renoncer à toute distance critique et se condamner aux réactions réflexes.

Les prix Jutra devaient être remis un mois après les premières allégations. Les prix Jutra représentent la principale reconnaissance du milieu à l’égard des artisans de notre cinéma. Cette reconnaissance ne tient pas au nom des trophées. Et il sera toujours temps d’en changer le nom, avec le recul et la réflexion nécessaires.

Ne pas se précipiter, ni se laisser emporter, littéralement comme un troupeau, n’équivaut aucunement à tolérer la pédophilie ou à fermer les yeux sur l’inacceptable. Cela signifie seulement garder la tête froide et assurer la sérénité nécessaire à toute justice. Nous nous devons collectivement cela, comme nous le devons aussi bien aux victimes qu’à leurs agresseurs.

Dominique Boisvert
121, rue Albert
Scotstown, Qc
J0B 3B0
819-231-8047

avatar

Dominique Boisvert

Membre du Barreau pendant 20 ans, Dominique Boisvert a choisi de travailler essentiellement en milieux populaires dans les domaines de la solidarité internationale, des droits humains, des immigrants et des réfugiés, de l'analyse sociale, de la paix et de la nonviolence et des questions spirituelles. Co-fondateur du Réseau québécois pour la simplicité volontaire (RQSV) en 2000, il a publié aux éditions Écosociété L'ABC de la simplicité volontaire (2005) et ROMPRE! ou Le cri des « indignés » ( 2012). Il a également publié aux Éditions Novalis, Québec, « tu négliges un trésor ! Foi, religion et spiritualité dans le Québec d'aujourd'hui » (2015) et La « pauvreté » vous rendra libres !, Essai sur la vie simple et son urgente actualité (2015). Il anime, depuis 2010, le blogue du RQSV (www.carnet.simplicitevolontaire.org) et il a aussi son propre site (www.dominiqueboisvert.ca) depuis le printemps 2014.

Une pensée sur “La dictature effroyable de l’immédiateté

  • avatar
    11 mars 2016 à 2 02 01 03013
    Permalink

    ahhhh , le jour béni où l’expérience des uns servira a éclairer les chemins….. pour l’instant ce n’est tjrs « qu’une lanterne rouge que l’on traine derrière soit et qui n’éclaire que notre propre chemin déjà parcouru….  »
    J’avais trouvé cette citation réaliste…..

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *