La France est l’alibi de la Libye

 

La Libye n’est plus qu’une décharge
où l’on jette des hommes
en leur rappelant leur devoir
de se prendre en charge.

Déréliction, malédiction, persécution
qui ont conduit à l’asservissement
de l’homme par l’homme.

La pègre a réhabilité
le vieil esclavage des nègres.

Les migrants qui n’ont pas le droit
de franchir nos frontières
perdent en même temps que la liberté
de se mouvoir,
leur part d’humanité.
Pour survivre
et cesser d’être pris pour des déchets,
ils choisissent le statut d’objets,
le statut de ceux qui n’ont pas le choix
et ne l’auront jamais.

Ils sont vendus comme esclaves
librement et sans entraves…
sous le regard amusé
ou médusé des braves.

Pour moi, la responsabilité de la France
est avérée pour ne pas dire avariée.
Accablante.
J’ai honte…
de ne pas avoir assez fait
pour nous épargner
cette descente en enfer.

Je ne cite ni le black Obama,
ni les blancs-becs européens,
qui ont fait valoir leur droit d’ingérence
pour vider ce pays de sa substance…
et le remplir avec leurs doléances.

C’est la France
qui en a fait un pays servile…
sous prétexte de le débarrasser
d’un dirigeant soit disant débile.
Ce n’est pas historique,
c’est préhistorique !

Bernard Henri Lévy est à ce titre,
le seul maître de cérémonie.
Le marchand du temple
qui se contemple encore dans les yeux
de tous les locataires de l’Élysée,
depuis Sarkozy jusqu’au dernier élu.
Tous coupables de non assistance
à des êtres qu’ils ont eux-mêmes
mis en danger.

Et à chaque migrant renvoyé…
ils renouvellent
ce crime contre l’humanité !

Libye…
Je plaide coupable…

 

https://www.lejournaldepersonne.com/2017/11/france-lalibi-de-libye/

 
Personne recherche un(e) associé(e) – partenaire – producteur(/trice) pour projet de dictionnaire vivant. Voir le billet Je cherche un partenaire : https://www.lejournaldepersonne.com/2017/11/je-cherche-un-partenaire/

avatar

Personne

Le Journal de Personne pratique la scénarisation à fond, pour illustrer une question d’actualité. Son info est une info scénario, son drame: une dramatisation et sa réalité: une réalisation.Vous auriez mauvaise grâce d’assimiler Personne à ses personnages, et ses histoires à des dérapages. L’humour et la dérision y ont toujours fait bon ménage. Le Journal n’est l’otage d’aucun parti, prisonnier d’aucune opinion, dupe d’aucun soupçon. Ni à gauche, ni à droite, mais au cœur de l’événement, il aborde tous les sujets, pose tous les problèmes et relance tous les débats : https://www.lejournaldepersonne.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *