La honte

151116_600lc_denis-coderre_sn635

 

DOMINIQUE BOSIVERT :

Comme façon de « s’enrichir sur le dos des plus démunis de la société », difficile de faire mieux! Être payé 1,800$ par jour pour coordonner les efforts des innombrables bénévoles, des nombreux organismes à buts non lucratifs et des divers fonctionnaires (payés à leur salaire ordinaire) qui vont travailler à accueillir les réfugiés syriens, ça prend du culot ou une sacrée inconscience. Comment accepter de faire autant d’argent grâce à ces milliers d’hommes, de femmes et d’enfants qui ont tout perdu et tout abandonné derrière eux : maisons, amis, carrières, comptes en banque, etc.?

Beaucoup de nos concitoyens vont payer de leur poche et de leur temps, eux, pour parrainer et accueillir ces réfugiés. Bien sûr, il faut aussi des moyens et des infrastructures pour les appuyer : hébergement temporaire, soins de santé, cours de langue et intégration scolaire, etc. Mais nous avons déjà les services et les professionnels nécessaires pour cela. Comment peut-on décider de payer en plus, scandaleusement cher dans les circonstances, un consultant externe pour chapeauter le tout? Si Montréal a presque deux cent mille dollars de disponibles pour cela, il vaudrait mieux les utiliser pour accueillir quelques familles supplémentaires!

À force de vivre dans et pour l’argent, on dirait que notre monde a fini par perdre le simple bon sens! Et que ce qui devrait être un scandale évident est peu à peu devenu une normalité ou une fatalité acceptable. Les réfugiés ont besoin d’amour. Et l’amour ne s’achète pas encore, Dieu merci.

Lettre envoyée aux journaux suite à l’annonce de l’engagement de M. Michel Dorais par le maire Denis Coderre.

avatar

Dominique Boisvert

Membre du Barreau pendant 20 ans, Dominique Boisvert a choisi de travailler essentiellement en milieux populaires dans les domaines de la solidarité internationale, des droits humains, des immigrants et des réfugiés, de l'analyse sociale, de la paix et de la nonviolence et des questions spirituelles. Co-fondateur du Réseau québécois pour la simplicité volontaire (RQSV) en 2000, il a publié aux éditions Écosociété L'ABC de la simplicité volontaire (2005) et ROMPRE! ou Le cri des « indignés » ( 2012). Il a également publié aux Éditions Novalis, Québec, « tu négliges un trésor ! Foi, religion et spiritualité dans le Québec d'aujourd'hui » (2015) et La « pauvreté » vous rendra libres !, Essai sur la vie simple et son urgente actualité (2015). Il anime, depuis 2010, le blogue du RQSV (www.carnet.simplicitevolontaire.org) et il a aussi son propre site (www.dominiqueboisvert.ca) depuis le printemps 2014.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *