La lutte de « libération » nationale au Congo ! Où en est-on ?

 

« ATA NKALÉ »
 
PÉRIODIQUE  DU  CRAGI 
« 
COMITÉ RÉVOLUTIONNAIRE D’AVANT-GARDE INDÉPENDANT » 
 En lutte contre l’occupation et la balkanisation du Congo-Kinshasa
ÉDITEUR : LA VOIX DES SANS VOIX DE LA DIASPORA CONGOLAISE
 
COMMUNIQUÉ  DE  PRESSE  N° 0066/17/01
*************************************************
 
 
« CENCO’S  DANCING  IN  THE  
GLORY  OF  MONSTER » !
 
 
– Par la CENCO (Conférence Épiscopale Nationale du Congo), l’Église Catholique vient d’embarquer les Congolais naïfs et inconscients, les yeux bandés, pour aller danser dans le ring du « Monstre : International Tutsi-Power »
 
– « Dans la gueule du loup ! » : Par cupidité, par la soif insatiable du sang sacré des Congolais,  et sous les ordres injustes de l’Impérialisme international et du Capitalisme sauvage, l’Église Catholique – en acceptant d’être mêlée à l’occupation du Congo-Kinshasa – vient encore, comme à l’accoutumée, de faire le choix de se ranger du côté des ennemis du peuple congolais 
 
– Les évêques du Congo, très corrompus jusqu’à la moelle spinale (ou moelle épinière), continuent à fouler aux pieds le principe de laïcité. Nous leur rappelons la nécessité d’une juste séparation des pouvoirs qui fait écho à l’invitation du Christ à ses disciples : « Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu »
 
– Cette attitude hypocrite des évêques du Congo prouve que, depuis l’époque coloniale jusqu’à présent, l’Église Catholique est non seulement complice du 1er et 2ème génocides congolais, mais également complice du plan de balkanisation, d’effondrement, d’effacement, et d’éclatement total du Congo en plusieurs petits États indépendants qui – d’après ces Impérialistes et leurs Multinationales – devraient devenir un terrain de jeux où chacun d’eux aurait une mainmise exclusive et permanente pour un pillage économique systématique beaucoup plus facile à réaliser
 
– « Quand le chat dort les souris dansent ! » : Dans l’entretemps, après avoir donné leur langue au chat – c’est-à-dire après avoir manifesté, avoué et démontré leur incompétence notoire et leur ignorance en vue de trouver une solution définitive en matière politique – les politicailleurs congolais dont le chef de bande est Tshisekedi, conscients ou inconscients, sont en train d’être manipulés non seulement par les impérialistes néocolonialistes et leurs multinationales, mais également et surtout par les satanistes de différentes loges maçonniques ou d’autres confréries…

———————————————–
À Kinshasa : quelques Occupants, Collabos, et évêques de la CENCO corrompus et mandatés par Vatican. Tous à la solde de l’Impérialisme international et du Capitalisme sauvage & sanguinaire
———————————————–


Quelle honteuse flatterie ! Le monde à l’envers ! Étranges « courbettes et galipettes » d’un minable évêque de la CENCO devant le criminel génocidaire Tutsi-Rwandais, alias Joseph KABILA, qui a été placé – contre notre volonté – à la tête du Congo par les vrais commanditaires de l’occupation de notre pays
**************************
 
Comment les évêques et les politicailleurs du Congo pourraient-ils l’ignorer ? Et pourtant,  nous n’avons cessé de crier tout haut que notre pays, le Congo-Kinshasa, est « sous occupation étrangère » depuis 1996. Laurent-Désiré Kabila, affectueusement appelé Mzee Kabila, n’était qu’une marionnette manipulée par les forces du mal. D’ailleurs, lui-même l’avait reconnu à plusieurs reprises. Oui, face à nos agresseurs-envahisseurs, Mzee Kabila ne l’avait jamais caché, et il n’a cessé de nous le répéter tout haut en ces termes : « … Mais ce sont des Rwandais ! En quelle langue voulez-vous que j’exprime cela pour que vous compreniez ? ». (Fin de citation).
 



Quand Mzee Kabila disait que « ce sont des Rwandais… », il faisait allusion à tous les hégémonistes et tueurs tutsi, y compris Hyacinthe Hyppolite Kanambe  qui se fait abusivement appeler Joseph Kabila.  
 
Depuis 1996 jusqu’à ce jour, vingt ans après depuis le début de  «l’occupation Américano-Belgo-Tutsi», le peuple congolais continue à payer un lourd tribut en vies humaines. Considérant les rapports publiés jusque-là par l’ONU (dont le célèbre rapport Mapping publié en 2010) et certaines Associations et ONG de défense de Droits de l’homme, les extrémistes hégémoniques Tutsi massacrent systématiquement les autochtones Congolais. Le bilan de ces massacres systématiques est très catastrophique car il avoisine les 18 millions (18.000.000de morts et, chaque jour qui passe, celui-ci continue à s’alourdir encore beaucoup plus sur tous les plans.
 
Dans l’entre-temps, la médiocre et pourrie classe politique congolaise, complètement amnésiée, ne pense qu’aux postes ministériels afin de s’en mettre plein les poches. Cette désastreuse situation a pour conséquences : l’économique se trouve au 15ème étage dans le sous-sol ; la science poubelle ; la culture est enterrée ; la compromission de cette soi-disant classe politique ; infantilisation des acteurs politiques ; une opposition accompagnant le pouvoir d’occupation ; les frontières largement ouvertes et sans contrôle ; les provinces émiettées dans le cadre de la balkanisation en vue ; la cupidité ; le goût permanent de l’argent facile ; les assassinats ciblés et autres massacres de masse ;  les arrestations arbitraires ; le collaborationnisme ; la haute trahison ; que peut-on encore en dire ?
 
Les politicailleurs Congolais ignorent-ils que l’Église catholique fut non seulement un des 3 piliers de la colonisation belge, mais aussi un des accompagnateurs du système dictatorial et sanguinaire de Mobutu ? Les politicailleurs congolais et les missionnaires catholiques ignorent-ils que « Joseph Kabila » fut l’un des officiers de l’Armée patriotique rwandaise de Paul Kagame ? Or nous savons que l’APR est une armée mono-ethnique à dominance tutsi ? Ignorent-ils encore que ce petit Rwandais est le neveu de Paul Kagame ? Sont-ils devenus, tous, aveugles ou font-ils seulement semblant afin de sauvegarder leur pauvre vie caractérisée par la traîtrise ? Ne connaissent-ils pas ou font-ils semblant d’ignorer le sort que la « société » réserve aux « Traîtres » ? Voilà autant de questions auxquelles nous tenterons d’apporter des éléments de réponse dans le présent communiqué.
 
En effet, nous n’avons jamais cessé de dénoncer l’occupation depuis le premier jour où Laurent-Désiré Kabila s’est autoproclamé président de la République : le samedi 17 mai 1997, ou même quelques jours bien avant. L’occupation a déjà coûté la vie à des centaines des vaillants Congolais nationalistes tels que Gustave Vangu Mambueni, Jean-Paul Kanga, Guillaume Samba Kaputo,  les généraux et officiers supérieurs Congolais tels que le Général major André Kisase Ngandu, le Général Félix Mbuza Mabe Nkumu Embanze, etc. Les patriotes vigilants avaient compris qu’il fallait s’exiler au risque de nous exterminer tous pour qu’ils puissent agir tranquillement.
 
La présence de plusieurs patriotes à l’étranger, en exil, les déroute complètement. La chasse aux sorcières vis-à-vis de ces compatriotes de la diaspora semble limitée. Les extrémistes et tueurs Tutsi dépensent des millions de dollars US pour cette sale besogne, mais toutes ces sommes d’argent – qui se volatilisent dans la nature en remplissant les poches de certains collabos – ne produisent aucun effet palpable. Pour essayer d’affaiblir, voire anéantir la Résistance congolaise, les ennemis du peuple congolais recrutent dans toutes les couches de la diaspora mais  cela reste inefficace in fine.
 
En plus, certains tièdes et certains politicailleurs sont largement instrumentalisés pour tenter d’étouffer la voix de la Résistance. Mais, une fois de plus, ils sont tous hors sujet et dépassés par la capacité et le niveau très élevé de l’éveil patriotique au sein de la diaspora congolaise. « Vox populi, vox dei » (la voix du peuple est la voix de Dieu), dit-on ! Donc, la voix du peuple ou l’opinion du plus grand nombre, semble encore beaucoup plus efficace. Il ne reste à la Résistance que le temps de mettre au point les dernières cartouches, s’organiser et apporter ce que le peuple attend d’elle sur le terrain. Pour ce faire, il nous faut des hommes et femmes bien engagés pour constituer les « brigades d’actions directes » qui nous permettrons de mettre hors d’état de nuire, voire saper, toutes les machines de l’occupation en commençant par l’Église Catholique, les Traîtres et Collabos, et les Occupants eux-mêmes.
 
Franchement, ce que les missionnaires catholiques Congolais viennent de faire à Kinshasa s’appelle : la « haute trahison ». Ne connaissant pratiquement pas la politique (la vraie politique alors), les évêques font une confusion entre la gestion quotidienne d’un pays et les discours bibliques, alors que le roi des Juifs, Jésus-Christ de Nazareth qu’ils servent, avait bien enseigné lorsqu’il avait clairement dit à ses disciples ce qui suit : « Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu ».
 
En parcourant les cours qu’ils obtiennent dans les facultés de théologie, nous ne voyons pas les cours de Sciences politiques qui les autorisent à s’immiscer dans les affaires de l’État. En plus, les occidentaux qui avaient exporté et imposé les Églises en Afrique avaient eux-mêmes fini par appréhender la nécessité de mettre en application cette recommandation de Christ en séparant carrément l’État et les églises. Le chef de l’Église Catholique et ses évêques prennent les enfants du Bon Dieu pour des canards sauvages. Ils pensent que nous ignorons ce que leur église avait accompli au Congo depuis l’époque de l’esclavagisme jusqu’à la période du génocidaire Léopold II, et pendant la colonisation.
 
On ne le dira jamais assez : l’Église Catholique faisait et continue toujours à faire partie des trois piliers de la colonisation au Congo, c’est-à-dire que cette dernière est complice des massacres, tueries, viols systématiques, crimes de guerre et crimes contre l’humanité, pillage de nos ressources naturelles, et la prédation sous toutes ses formes. Mais au jour d’aujourd’hui, la complicité de ces malfaiteurs en soutanes – qui se cachent derrière la Bible pour anéantir le peuple congolais – avec les occupants s’est avérée vraie depuis cette récente haute trahison, et ils doivent onéreusement payer la longue facture de cette permanente casse ayant causé d’énormes dégâts depuis plusieurs siècles. Nous osons croire que les explications données et la démonstration qui en découle sont tellement claires. Même DIEU nous donnera raison, car Lui-même nous a montré l’exemple – comme cela est écrit dans l’Exode 34,7 – en ne laissant pas impunis les méchants, car IL punit en poursuivant même la faute des pères chez les fils et les petits-fils sur trois et quatre générations !
 
Au Congo occupé, toutes les églises (Catholique, Protestante, etc.) – à l’instar de toutes les institutions du pays – sont truffées des infiltrés étrangers, à titre exemplatif : a) le cas de Monseigneur Faustin Ngabu (Diocèse de Goma, dans le Nord-Kivu), prêtre catholique : c’est un infiltré Tutsi-Rwandais qui gardait (cachait chez lui) les armes que Déogratias Bugera achetait à l’Est du Zaïre en vue de l’invasion du Zaïre ; b) le cas de Monseigneur Pierre Marini Bodho : c’est un Ougandais qui est le président national, représentant légal de l’Église du Christ au Congo (ECC) ; c) le cas de Monseigneur Marcel Utembi Tapa, prêtre catholique, archevêque métropolitain de Kisangani et président en exercice de la CENCO : c’est encore un autre étranger qui aurait des liens familiaux avec Mgr Marini.
 
[Nota : Le Tutsi-Rwandais Déogratias Bugera – le responsable n°1 de l’AFDL (Alliance des Forces Démocratiques pour la Libération du Congo), branche armée Tutsi créée à l’Est du Congo par l’APR (Armée Patriotique Rwandaise), avec pour mission d’envahir le Zaïre – confiait à Monseigneur Ngandu les armes qu’il achetait illicitement, à l’époque de Mobutu, auprès de certains officiers supérieurs Zaïrois corrompus qui étaient affectés à l’Est du pays, notamment le Général Michel Elesse Yombentole (un métis Belgo-Congolais) et le Général Yangandawele TembelePar cupidité et par manque de patriotisme, ces généraux irresponsables et traîtres avaient commencé à vendre les armées juste avant et pendant l’invasion du Zaïre par les troupes de l’Armée Patriotique Rwandaise. C’est avec ces mêmes armes vendues par ces inciviques Zaïrois que les Rwandais utilisèrent pour massacrer le peuple congolais. Veuillez ouvrir le lien ci-joint (http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=7979), afin de lire le texte intégral apportant des preuves irréfragable sur l’implication du Rwanda dans l’invasion du Congo et sur la complicité de certains «compatriotes» congolais]
 
Alors que faire dans un Congo occupé par des mercenaires étrangers ? Ces mercenaires se moquent de nous, pillent nos richesses naturelles, se vengent de nous en nous massacrant quotidiennement. Devrions-nous taire sans rien faire ? Devrions-nous continuer à subir l’humiliation et la misère ? Non, nous devons réagir. Il faut aussi punir cette gigantesque ONG qui est l’Église Catholique. L’hypocrisie de la CENCO s’est transformée en art de se camoufler pour mendier des millions des dollars US auprès des occupants Rwandais.  Et nous en sommes venus à la conclusion que l’Église Catholique est une vaste machine à mensonges au service des agendas secrets d’intérêts particuliers.
 
EST-CE QUE LES CONGOLAIS IGNORENT VRAIMENT LE « PLAN AMÉRICAIN », UN PLAN QUE « l’INTERNATIONAL TUTSI-POWER »  A ACCEPTÉ DE METTRE EN EXÉCUTION  DEPUIS 1995 ?  IL S’AGIT DU PLAN QUI CONSISTE À BALKANISER LE CONGO. LA MULTIPLICATION DES PROVINCES OPÉRÉE PAR LES OCCUPANTS TUTSI : N’EST-CE PAS L’ENTRÉE EN VIGUEUR DE CE PLAN DIABOLIQUE AMÉRICAIN ?
 
HYACINTHE HYPPOLITE KANAMBE alias Joseph Kabila, Tutsi, officier de l’APR, commandant second du Bataillon Delta (escadron de la mort) à Kigali, ancien garde du corps de Paul Kagame, son oncle, était envoyé en mission commandée et suicidaire au Congo.  Ce petit Rwandais – qui avait pris le nom congolais de Joseph Kabila pour mieux escamoter sa vraie identité rwandaise –, en acceptant de devenir président de notre pays, s’était engagé, auprès de son oncle Paul Kagame et auprès de tout le staff technique de l’International Tutsi-Power (ITP), de mourir pour leur cause commune (celle de la création de l’Empire Hima-Tutsi au cœur de l’Afrique).
 
Le criminel Hyacinthe Hyppolite Kanambe et son cousin James Kabarebe sont des tueurs extrémistes impliqués dans les massacres de Tingi-Tingi. « Joseph Kabila » est l’un des hégémonistes tutsi ne sont pas venus au Congo pour se conformer à une soi-disant Constitution. Hyacinthe Hyppolite Kanambe est un Occupant qui a un agenda caché qui est différent de celui des autochtones Congolais. Il faut donc le chasser avec toute sa bande. Ces barbares Rwandais ne sont pas plus forts que nous, ce sont des « Tigres en papier ». Un seul et vrai « coup » suffit pour les déboulonner. Nous devons donc nous battre pour les chasser.
 
En 1945, les Français, les Belges, les Hollandais, les Luxembourgeois, les Polonais, les Finlandais, les Suédois, les Norvégiens, les Autrichiens, et les autres européens, n’avaient pas chercher à négocier (dialoguer), ou aller aux élections bidons, avec les Allemands-Nazis pour se libérer. Allons au champ de bataille, et préparons-nous en conséquence. Il faut que nous nous battions pour libérer le CONGO. Il n’y a pas et il n’y aura pas une autre voie de solution, sinon cela risque d’être trop tard. En ce moment là, nous serons tous responsables de cette situation que nous craignissions qu’elle nous arrive ! Prenons garde et mettons hors d’état de nuire, le plus rapidement possible, Azarias Ruberwa Manywa, ministre mercenaire et tueur extrémiste tutsi !
 


 De gauche à droite : le criminel de guerre, Azarias Ruberwa Manywa, saluant l’Hitler d’Afrique, Paul Kagame
———————————————–
Comme vous le savez, Azarias Ruberwa Manywa – « défenseur attitré» des intérêts du régime de Paul Kagame à Kinshasa, président du RCD-Rwanda et ancien vice-président de la République en charge de la Défense sous le régime de transition «1+4» – vient de faire un retour aux affaires fort remarqué par sa présence dans le gouvernement Samy Badibanga Ntita (premier ministre issu de l’UDPS-Familiale) dans lequel il est titulaire du portefeuille de la Décentralisation et réforme institutionnelle. Sa principale mission inavouée consiste à concrétiser la balkanisation effective et définitive du Congo. Ce félin, Azarias Ruberwa, est l’un parmi les plus dangereux membres de l’ITP agissant contre notre pays. Avec Alexis Tambwe Mwamba, son ami Tutsi-Burundais, Azarias Ruberwa est celui qui avait ordonné d’enterrer vivantes plusieurs femmes de Bukavu. Il avait aussi fait abattre un avion civil à l’aéroport de Bukavu. C’est un dangereux criminel que la fameuse communauté internationale continue à protéger. D’où, celui qui nous apportera sa tête sera fortement récompensé par le pouvoir légitime du peuple congolais.
 
En conséquence, nous lançons un appel solennel à tous les patriotes Congolais, les vrais, de venir nous rejoindre dans la vraie Résistance. Morts ou vivants, la victoire sera de notre côté. Cette terre du Congo nous appartient, et elle nous appartiendra toujours. Mais à une seule condition : que, nous-mêmes, nous nous mettions en action à la première ligne  pour le combat final. Sur le terrain, selon le tout dernier rapport qui nous est parvenu, les patriotes du 9ème bataillon de la Résistance sont en voie de terminer leur formation accélérée. Il ne nous reste que quelques semaines pour atteindre le 15ème  bataillon afin d’entonner la « première chanson ». Donc, bientôt la « musique sera jouée » !
 
Enfin, nous demandons aux patriotes-Résistants de sonner la fin de la recréation pour commencer à « corriger » tous les traîtres & collabos trahissant la nation et chasser enfin tous les hégémonistes et extrémises tutsi déjà identifiés – agents de la balkanisation massacrant les autochtones Congolais –, mais les paisibles émigrés tutsi et autres étrangers vivant et travaillant honnêtement au Congo ne sont pas concernés et seront épargnés.
 
DEBOUT CONGOLAIS ! REDRESSONS NOS FRONTS  LONGTEMPS COURBÉS ET PRENONS LE PLUS BEL ÉLAN POUR CHASSER PAR LA FORCE LES OCCUPANTS BARBARES ET LES COLLABOS !
 
SOYONS DONC VIGILANTS ! ET, TÔT OU TARD, KIGALI, COMME CARTHAGE, SERA VAINCUE !  INGETA !
 
 Vive le CRAGI : 
« Comité Révolutionnaire d’Avant-Garde Indépendant » !
Vive le Congo libre, indépendant et prospère !
Vive la lutte pour notre liberté !
 
 
FAIT  À  KINSHASA, LE  JEUDI 12 JANVIER  2017
 
« Sé/Cellule Général André KISASE NGANDU »  
 
===================================================
 
 
COMMUNIQUÉ  DE  PRESSE  N° 0067/17/01
*************************************************
 
 
« LES  SORCIERS », 
CES  CRIMINELS  INVISIBLES  
QUI  FONT  COULER  LE  SANG  
DES INNOCENTS  EN  RDC !
 
 
– Ayant reçu le mandat – de la part de leurs « maîtres américains et alliés» depuis l’époque de l’Administration CLINTON – de balkaniser notre pays, les sorciers Tutsi pratiquent des viols systématiques sur des Congolais(es) âgé(e)s de 6 mois à 80 ans, massacrent impunément et quotidiennement les Congolais autochtones depuis 1996 au vu et au su de l’ONU (MONUSCO) avec un lourd bilan provisoire avoisinant les 18.000.000 de morts
 
 – Ceci explique cela : cette mission diabolique qui consiste à concrétiser le plan américain de balkanisation du Congo est perçue comme une aubaine (comme du pain bénit) par les hégémonistes Tutsi qui avaient tant rêvé à concrétiser leur projet fou d’hégémonie expansionniste régionale visant à créer un Empire Hima-Tutsi dans la sous-région, au cœur de l’Afrique
 
– Oui, ces criminels invisibles, extrémistes, barbares, et sanguinaires, opèrent en toute impunité devant 25.000 casques bleus onusiens de la MONUSCO, complices, cyniques, sourds aux incessantes critiques, indifférents et insensibles aux cris de détresse que ne cessent de lancer les victimes congolaises. Quelle honteuse et indigne complicité !
 
– Où est, et que fait, cette prétendue COUR PÉNALE INTERNATIONALE (CPI) devant les crimes de viol, de génocide et de terrorisme que ces exécutants africains (les sorciers Tutsi) continuent à commettre au Congo-Kinshasa depuis qu’ils avaient été mandatés par l’Administration CLINTON (car c’est Bill Clinton qui en est le géniteur politique du 2ème génocide congolais et c’est lui qui en tire d’ailleurs un grand profit matériel) ? LaCPI, cette cour sélective, aveugle et sourde qui ne voit et n’entend que ce qu’elle veut voir et entendre. Quelle injustice !
 
– Pour nous les Congolais, l’ONU (ou la CPI) n’est rien d’autre qu’un instrument politique, financier, juridique, judiciaire et militaire au service de « l’impérialisme américain, anglo-saxon, et européen ». Donc, l’ONU (ou la CPI) est le « Bras armé » du « Capitalisme sauvage et sanguinaire »
 
 Citation d’un prêtre patriote face à la haute trahison des Évêques hérétiques de laCENCO : « On comprend ainsi le grave danger de toute rallonge au pouvoir de Joseph Kabila. Les congolais dignes de ce nom doivent refuser toute forme de transition. En effet, au vu de ce qui se passe au Kivu-Ituri, toute transition au-delà de décembre 2016, donnerait du temps et des moyens au gouvernement congolais qui est, de toute évidence, complice de l’occupation rwandaise du Kivu-Ituri en cours » (Père VincentMACHOZI, le 19 mars 2016, parole qui a valu son assassinat le jour suivant)
 
 
Trop, c’est trop ! Congolais, Peuples africains opprimés, réveillons-nous ! 

———————————-
 
Son seul et unique péché, c’est celui d’être né Congolais. Jusqu’à quand le sang d’innocents congolais va-t-il continuer à couler à cause du Capitalisme sanguinaire et sauvage ?  
—————————————-
 
 
NOTA BENE : retenez qu’Étienne Tshisekedi – spécialiste en roublarderies politiciennes depuis 1960 – est un vieillard qui a fêté ses 84 ans le 14 décembre dernier. Cet opposant-accompagnateur du pouvoir d’occupation, par hypocrisie et par cynisme politique, refuse toujours de dire la vérité au peuple congolais. À cause de sa complicité, il refuse de déclarer publiquement que le Congo est sous occupation étrangère. Voilà pourquoi ce collabo fait donc semblant de continuer à considérer « J. Kabila » comme un citoyen congolais, or ce dernier n’est qu’un occupant Rwandais. Lorsqu’il se retrouve en privé avec ses adeptes, comme dans cette vidéo de 29 minutes et 14 secondes : (https://youtu.be/glOBDz3zI8A) lors de la campagne de l’élection présidentielle de 2011, Tshisekedi reconnaît que « J. Kabila » est un sujet Rwandais. Et dans son allocution, à cause des accords secrets qu’il a signés avec le Rwanda depuis 2002, il a carrément évité de brandir le carton rouge promis contre «J. Kabila » qu’il ménage avec un faux dialogue.  QUANT À NOUS, NOUS DISONS : PAS DE DIALOGUE AVEC LES OCCUPANTS, PAS DES ÉLECTIONS AVEC LES OCCUPANTS. ENSUITE, IL N’Y A PAS DES TUTSI-CONGOLAIS AU CONGO, ÇA N’EXISTE PAS ; IL N’Y A QUE DES TUTSI RWANDAIS IMMIGRÉS AU CONGO. LE SEUL REMÈDE POUR LIBÉRER LE CONGO DE L’OCCUPATION ÉTRANGÈRE : C’EST LE SOULÈVEMENT POPULAIRE  GÉNÉRAL À TRAVERS TOUT LE TERRITOIRE CONGOLAIS. ENFIN, NOUS METTONS EN GARDE L’ÉGLISE CATHOLIQUE AVEC SES ÉVÊQUES CORROMPUS
 
**************************
 
« Les Sorciers, ces criminels invisibles… », c’est le titre d’un livre de 350 pages qui va bientôt sortir dans nos librairies. L’auteur, un politologue chevronné et homme d’État Congolais, retrace de prime abord l’histoire de « l’Inquisition » en Europe du XIIème au XVIIIème siècle. Ensuite, il explique aussi la manière dont l’Église Catholique, dite sainte et universelle, avait mené des siècles durant le combat acharné contre ces sorciers-là dits hérétiques dans toute l’Europe. En effet, la victoire de l’Église Catholique était couronnée des succès en proclamant le XVIIIème siècle, « siècle de lumière » ; et ce fut le début du progrès technique en Europe et du stade de l’industrialisation.
 
Concernant l’ONU et la CPI, leur complicité est avérée. Prenons le cas de Jean-Pierre Bemba Gombo. Comment peut-on l’arrêter pour les massacres qu’il n’a jamais commis personnellement, dans un pays où il n’a jamais mis les pieds, sans arrêter, ou convoquer aux assises pour entendre, celui qui avait sollicité ses troupes ? Rappelons que Jean-Pierre Bemba était appelé en renfort par l’ex-président centrafricain,Ange Félix Patassé. Et les troupes de Bemba avaient été placées sous le contrôle des forces armées centrafricaines (forces régulières).
 
Mais pourquoi la CPI refuse-t-elle d’arrêter Yoweri Museveni,  Paul Kagame, « Joseph Kabila »,Laurent Nkundabatware Mihigo, et les autres officiers Tutsi-Rwandais impliqués dans le génocide congolais ? Tout simplement, parce que, pour l’instant, ces 4 sous-traitants servent encore les intérêts économico-financiers de leurs maîtres américains. En revanche, si Bemba a été précipitamment arrêté, c’est dans l’unique objectif de laisser tranquille le pouvoir d’occupation représenté par « Joseph Kabila », le chouchou des américains. C’est une nouvelle preuve que la CPI – ce bras armé de « l’Impérialisme américain, anglo-saxon, et européen » – est un instrument politique, juridique, et judiciaire, au service du capitalisme sauvage et sanguinaire.
 
Alors, quelle leçon de justice et quelle jurisprudence les pays « jeunes » peuvent-ils tirer de cette Cour Pénal Internationale de Justice qui est tellement partiale, sélective, déséquilibrée, et handicapée avec des béquilles ? Certains juges de ladite cour ne font-ils pas partie d’une confrérie des « criminels invisibles » (des sorciers) ? Jusqu’à quand ces « sorciers » (criminels invisibles) vont-ils continuer à boire le sang humain de millions de Congolais victimes de l’occupation Américano-Belgo-Tutsi ? Combien de millions de litres de sang faut-il atteindre pour que les commanditaires américains – dont l’hypocrite Bill Clinton – sifflent la fin dudit génocide ?  Quand est-ce que la CPI va prendre la décision d’arrêter tous ces « sorciers » impliqués dans ces tueries et dont leurs noms ont été indiqués dans de nombreux rapports, notamment dans les annexes du « Rapport Mapping de l’ONU » ? Comment peut-on expliquer l’incapacité dans laquelle se trouve la justice espagnole pour arrêter ces criminels ?
 
Toujours à ce sujet, la justice britannique avait abandonné la procédure d’extradition lancée contre le général Emmanuel Karenzi Karake, chef du renseignement rwandais qui avait été arrêté le samedi 20 juin 2015 à Londres à la demande de l’Espagne qui l’a mis en cause pour avoir eu connaissance et approuvé le massacre de civils entre 1994 et 1997 dans les villes rwandaises de RuhengeriGisenyi etCyangugu, y compris la mort de neuf espagnols, dont trois travailleurs humanitaires de Médecins du Monde en janvier 1997. Il convient de signaler également que ce criminel ainsi que de toute la bande à Kagamé-«Kabila» se sont illustrés par des crimes de guerre, crimes de génocide et crimes contre l’humanité perpétrés  principalement au Congo-Kinshasa et au Rwanda. D’ailleurs, voici ci-joint le lien (http://www.apareco-rdc.com/index.php/a-la-une/actualites/2433-communique-de-l-apareco-suite-a-l-abandon-par-la-justice-britannique-de-la-procedure-d-extradition-du-general-rwandais-emmanuel-karenzi-karake.html) de l’intégralité du communiqué que l’Apareco avait publié le 11 août 2015 pour réagir contre l’abandon par la justice britannique de poursuites judiciaires contre le criminel Emmanuel Karenzi Karake.
 
Concernant les « sorciers », le Pape Jean-Paul II, lors de ses voyages en Afrique, notamment au Cameroun et en Angola, n’avait pas mâché ses mots en martelant tout haut que les Africains doivent mener un combat acharné contre ces criminels invisibles : les « sorciers »Alors, au XXIème siècle, pour ce qui concerne le deuxième génocide congolais, ces hérétiques (les sorciers) sont représentés par l’International Tutsi-Power. Oui, ces criminels sont invisibles à l’œil nu mais très visibles (présents) la nuit dans des conférences régionales ou internationales des Nations Unies, de l’Unité Africaine, des Grands Lacs, ou autres.
 
Nous nous interrogeons. L’Église Catholique, dite sainte, a-t-elle oublié les Papes Grégoire VII, Alexandre III, Lucius III, ou l’assassinat de Pierre de Castelnau en janvier 1208, à Saint-Gilles-du-Rhône (en France) ? Il est ainsi difficile d’oublier l’appel lancé par le Pape Innocent III en ces termes :« La foi a disparu, la paix est morte, la peste hérétique et la rage guerrière ont pris des forces nouvelles, la barque de l’Église est exposée à un naufrage total si, dans cette nouvelle et terrible tempête, on ne lui apporte pas un puissant secours… ». (Fin de citation).
[Nota Bene : Nous vous signalons que devant le danger que représentait le dogme cathare (catharisme) pour l’Église, le pape a du faire appel à la force, et donc, surtout, à la force de seigneurs étrangers au Languedoc. Après de vains appels à la croisade, le contexte changea en 1208. Le prétexte du déclenchement des opérations militaires était le meurtre du légat pontifical, Pierre de Castelnau, au gué de Saint-Gilles-du-Rhône en janvier 1208. Le roi de France, Philippe Auguste, consentit enfin à ce que ses vassaux puissent partir en croisade.
En résumé, voyant le succès des thèses cathares en Languedoc, et jugeant le catharisme comme un danger menaçant son existence même, l’église romaine se dut de lutter contre ces « hérétiques ». Le ralliement pacifique des populations imprégnées par le catharisme étant un échec, le pape fit appel à la force : l’outil de la croisade fut ainsi enclenché pour la première fois en terres chrétiennes. De 1209 à 1229, les « croisades albigeoises » déferlèrent sur le midi occitan. Un des épisodes militaires les plus illustres fut le siège de Termes, le plus long de cette période. Cette guerre avait mis au pas la noblesse locale, qui protégeait les cathares. Mais la répression du catharisme ne fut véritablement efficace qu’avec la création de l’inquisition. Elle obtiendra la disparition de cette église concurrente au début du XIVe siècle.]  
 
En effet, les responsables de l’Église Catholique doivent faire tout le nécessaire pour sauver l’Église Catholique du Congo – une église ayant un goût permanent d’argent satanique, une église tellement perdue à cause de l’argent du sang des Congolais qu’elle reçoit sous forme de corruptions, et à cause de la haute trahison de la Patrie dont elle est coupable –, et éviter ainsi de subir la colère populaire surtout contre les évêques traîtres de la CENCO. Ces évêques corrompus méritent vraiment les bûchers et la confiscation de tous leurs biens matériels accumulés en si peu de temps. En cherchant à faire de la religion catholique une religion d’État comme à l’époque coloniale ou néocoloniale sous Mobutu, les évêques de la CENCO – sans se rendre compte du danger qu’ils courent – prennent d’énormes risques pouvant les conduire à disparaître ad vitam aeternam de l’espace territorial du Congo. Messieurs les évêques corrompus par les ennemis du peuple congolais, prenez garde ! « Un homme averti en vaut deux », dit-on !
 
Notre pays, depuis le 30 juin 1960, est un État laïque et social. Les effets de la colonisation (comme l’effet-Eglise Catholique) ne seront plus autorisés à se développer (à se multiplier), afin de ne pas « contaminer » le « Congo Nouveau », un Congo à refonder face à la « philosophie de la misère ou la misère de la philosophie ». Prions le Tout-Puissant, le Dieu de nos ancêtres, pour qu’il nous vienne au secours et condamner (punir, sanctionner) les « Évêques hérétiques du Congo, notamment ceux de la CENCO » qui trahissent et se permettent de vendre notre Patrie aux Hégémonistes extrémistes et tueurs tutsi, qui continuent à faucher tous les jours de nouvelles vies humaines : environ 18.000.000 de Congolais autochtones ont déjà perdu leurs vies depuis 1996 jusqu’à ce jour.
 
Oui, certains Évêques hypocrites du Congo agissant dans l’ombre sont effectivement et réellement des sorciers, des traîtres, des collaborationnistes. S’exhibant (s’affichant en public) en robe blanche tergal pour impressionner les naïfs, ignorant ou bien oubliant volontairement les différents vœux signés au sein de leur Église, sainte, catholique et universelle, ces Évêques en question continuent cyniquement à fouler aux pieds la recommandation divine d’« Emmanuel, Jésus-Christ de Nazareth ».
 
On ne le dira jamais assez : en voulant sanctuariser le principe de séparation des affaires politiques de l’État et des affaires religieuses de l’Église, Jésus-Christ déclara ce qui suit  (lire dans Marc 12, 17) : « Ce qui est à César, rendez-le à César, et à Dieu ce qui est à Dieu ». La première laïcité – la séparation entre le religieux et le politique – s’enracine là. Contrairement aux juifs qui étaient habitués à concevoir le salut de Dieu comme un messianisme temporel, une théocratie : un gouvernement direct de Dieu qui régenterait immédiatement la nature humaine. Or, reconnaitre à César une autonomie véritable, implique de ne plus se servir de Dieu comme justificatif de nos options politiques. Bref, Jésus-Christ a appelé à la séparation entre la religion d’une part et la politique et l’administration de l’autre part. Il était donc contre la matérialisation de ce qui est spirituel et, par conséquence, contre l’ingérence des religieux dans les affaires politiques. Donc, la politique congolaise n’est pas le domaine de la CENCOPour ce faire, les évêques de cette organisation doivent arrêter de nous embourber davantage d’autant moins que notre pays est sous-occupation étrangère. Et tous les infiltrés doivent être démasqués. Rappelez-vous du cas de Monseigneur Faustin Ngabu (Diocèse de Goma, dans le Nord-Kivu), prêtre catholique : c’est un infiltré Tutsi-Rwandais qui gardait (cachait chez lui) les armes que Déogratias Bugera achetait à l’Est du Zaïre en vue de l’invasion du Zaïre.
 
Alors, ce que le régime déchu de Mobutu avait tenté de faire avec sa politique de « recours à l’authenticité » n’était qu’un début. Le comportement hypocrite de la CENCO est une énième provocation. Et cela mérite une réplique appropriée à l’instar de l’INQUISITION. Tous les nationaux impliqués dans ledésastre congolais doivent subir les conséquences de leurs actes de traîtrise nationale. Pour nous, patriotes Congolais, le « combat corps à corps » ne fait que commencer et celui-ci sera très dur. Nous devons combattre les Traîtres, les Collabos, les infiltrés au service de l’Occupation, les évêques corrompus de la CENCO et leurs mentors, et tous les ennemis du peuple congolais, en commençant parPaul KagameYoweri Museveni (de son vrai nom de naissance Yoseri Tubuhaburwa),Hyacinthe Hyppolite Kanambe alias Joseph KabilaDéogratias Bugera Rwamakuba, Azarias Ruberwa, Vital Kamerhere Rwakanyasigize alias Lwa Kanyiginyi Nkingi, Moïse Katumbi (malgré ses différentes identités dont Moïse Katumbi Chapwe ou Tshapwe, Soriano Moses Katumbi, Katumbi Moïse D’agnano, D’agnano Katumbi Moïse, c’est la même personne), Bizima Karamuhento, Moïse Nyarugabo, Janet et Selemani  « Kabila », et consorts. (Voir aussi l’annexe contenant les noms de quelques généraux Tutsi infiltrés dans l’armée Congolaise).
 
Donc, tous les hégémonistes expansionnistes Tutsi doivent faire leurs bagages et retourner chez eux. Ils seront obligés de renter chez eux en Érythrée, Éthiopie et Somalie. Tous les Traîtres et Collabos seront traduits devant les tribunaux spéciaux pour leur « haute trahison ». Ils subiront des lourdes peines selon les crimes [imprescriptibles] commis. Il s’agit des ministres, sénateurs, députés, PDG, etc. La révolution-pardon de Laurent-Désiré Kabila qui lui avait été dictée par les Tueurs extrémistes tutsi en vue de leur permettre de récupérer certains « mobutistes » qui les avaient « fabriqués». Mais cette époque-là est déjà révolue. Au jour d’aujourd’hui, il sera question de punir – sévèrement et sans autre forme de procès –, à des lourdes peines exemplaires, tous les Traîtres et Collabos, y compris leurs mentors. Ceux qui vont croupir à vie en prison, seront envoyés dans la grande forêt congolaise, jadis domaine privé de Léopold II, qui s’étend de l’Équateur, Lac Maï-Ndombe, Dekese dans le Kasaï, Lomela, jusque dans la province Orientale. Ceux qui auront la chance feront 20, 30, ou 50 ans de prison. 
 
Quant aux « sorciers » et autres sanguinaires, heureusement et exceptionnellement que les juristes congolais, contrairement aux « Economistes congolais = économistes de chambre », avaient réussi à intégrer le droit coutumier congolais dans le code pénal Livre II  (Art. 98 et suivants, du Code Pénal Congolais Livre II). Ainsi, au Congo-Kinshasa, les sorciers, ces criminels invisibles, sont punissables, donc jugés et condamnés. Par ailleurs, les « Tueurs hégémonistes expansionnistes tutsi », criminels tantôt visibles, tantôt invisibles, lors des grands débats tels que les soi-disant Concertations nationales, le Dialogue-Kodjo-Kabilistes, le Dialogue-Cenco-Tshisekedistes-Kabilistes, etc., peuvent être interpellés, jugés et condamnables. Les Kagame, Hyacinthe Hyppolite Kanambe, Ruberwa, Bugera, Moïse Nyarugabo, Janet et Selemani  « Kabila », et consorts seront tôt ou tard poursuivis. Ata Ndele ou Ata Nkalé !
L’image contient peut-être : texte
 
Enfin, un nouvel appel est lancé à tous les Combattants et Résistants Congolais afin qu’ils se ravitaillent pour la dernière bataille, celle de la Victoire. Une victoire qui nous permettra de Refonder le Congo de demain. Un Congo nouveau qui ne doit plus être une copie conforme de l’État colonial ou néocolonial de Mobutu. Il sera un État de droit avec le slogan : « le Congo aux Congolais » ! Les étrangers naturalisés Congolais mais ayant participé aux massacres des Congolais, aux pillages et  diverses prédations de notre sol et sous-sol pendant l’occupation seront frappés d’INDIGNITÉ D’ÊTRE CONGOLAIS ! En revanche, les paisibles immigrés tutsi et autres étrangers vivant et travaillant honnêtement au Congo ne sont pas concernés et doivent être épargnés.
 
À bas les Traîtres, à  bas les Collabos, à  bas l’ANR, à bas les « Tuteurs extrémistes Tutsi » ! Mettons hors d’état de nuire l’Occupation « américano-Belgo et Tutsi » ! Ainsi nous vaincrons ! Rappelez-vous du plan américain de balkanisation, d’effondrement, d’effacement, et d’éclatement total du Congo en plusieurs petits États indépendants qui – d’après ces Impérialistes et leurs Multinationales – devraient devenir un terrain de jeux où chacun d’eux aurait une mainmise exclusive et permanente pour un pillage économique systématique beaucoup plus facile à réaliser. DEBOUT CONGOLAIS ! REDRESSONS NOS FRONTS  LONGTEMPS COURBÉS ET PRENONS LE PLUS BEL ÉLAN POUR CHASSER PAR LA FORCE LES OCCUPANTS BARBARES ET LES COLLABOS !
 
SOYONS DONC VIGILANTS ! ET, TÔT OU TARD, KIGALI, COMME CARTHAGE, SERA VAINCUE !  INGETA !
 
Vive le CRAGI : 
« Comité Révolutionnaire d’Avant-Garde Indépendant » !
Vive le Congo libre, indépendant et prospère !
Vive la lutte pour notre liberté !
 
 
FAIT  À  ROME, LE  MERCREDI  18 JANVIER  2017
 
« Sé/Cellule Mgrs Emmanuel Kataliko et Christophe Munzihirwa »
 
================================
 
Annexe : LISTE  DE QUELQUES GÉNÉRAUX TUTSI RWANDAIS DANS LES FARDC

1.- BIVEGETE JEAN,
2.- UNKOKO KIYAMA OU BUKWETO
3.- MALICK KIJEGE,
4.- MAYANGA WA BISHUBA JEAN,
5.- OBEDI RWIBASIRA
6.- MUNGUPA SWAMI,
7.- MASUNZU PACIFIQUE,
8.- LUKAMA MUSIKANI,
9.- PADIRI BUHENDA JONAS,
10.- MUSTAFA MUKIZA,
11.- ITSHALINGOZA DENO,
12.-  KAGIRUNEZA DEUS,
13.- KAGEME ALEXIS,
14.- KALALA STANIS,
15.- GAGAMEKWAVU JÉRÔME,
16. CHARLES BISENGIMANA
 
La liste est longue : plus de 60 généraux rwandais-tutsi infiltrés dans les FARDC. Plus de 150 colonels, et plus ou moins 45.000 soldats tutsi et autres mercenaires tutsi venus notamment de l’Érythrée, Éthiopie, Somalie, Ouganda, Burundi, et Tanzanie.
=================================
avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant ouvrier depuis 40 années.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *