L’AMÉRIQUE LATINE À LA CROISÉE DES CHEMINS (Argentine)

L’ARGENTINE

 

Dans le texte précédent, j’ai surtout abordé la mauvaise humeur de l’ONCLE SAM qui ne s’est pas résigné à se délester de son arrière-cour, l’Amérique latine et les Antilles. Il sait qu’il est fort et puissant. Il se convainc que ses muscles guerriers et sa banque à corruption viendront à bout des récalcitrants.

Le Brésil a été le premier pays à être brièvement analysé dans cette confrontation entre l’ONCLE SAM et les ARTISANTS d’une indépendance économique et d’une union de tous ces pays de l’arrière-cour qui rêvent et proclament qu’un autre monde est possible.

Dans le présent texte, je vais poursuivre cette analyse avec l’Argentine.

L’Argentine n’échappe pas aux actions déstabilisatrices de l’empire contre l’actuel gouvernement. Il peut compter sur une presse bien rodée et une oligarchie toujours active pour reprendre l’avant-scène de la vie politique et économique. Des pans importants de la hiérarchie catholique continuent à bien le servir. 

Pour bien comprendre la situation de l’Argentine d’aujourd’hui, il faut faire un rappel de la situation économique au moment de l’arrivée au pouvoir du couple Kirchner. Toute cette oligarchie qui s’acharne contre l’actuelle présidente, Cristina Fernandez est la même qui avait conduit l’Argentine au bord du gouffre en faisant le plein des richesses du pays, peu soucieuse qu’elle fût pour les conditions de vie de la grande majorité du peuple. 

Dans un article tout récent de Xavier Dupret (Chercheur en économie alternative auprès du Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative (GRESEA www.gresea.be), voici ce qu’il dit de l’Argentine au moment de l’arrivée de Nestor Kirchner. 

« En décembre 2001, pour maintenir la liquidité bancaire, au moment même où les capitaux quittaient le pays, le gouvernement impose aux Argentins le corralito. Le corralito définissait un plafond aux retraits d’argent à 250 pesos par semaine. Afin de lutter contre la fuite des capitaux, le gouvernement de l’époque interdisait les envois de fonds à l’étranger. Cette mesure créa un mouvement de panique chez les épargnants. Le gouvernement du président de la Rúa n’allait pas y résister et tombait trois semaines plus tard. L’Argentine entrait dans le chaos. La répression des mouvements sociaux, à l’époque, fait 31 morts. De la Rúa remet sa démission et s’enfuit du palais présidentiel en hélicoptère. Et en dix jours, quatre présidents intérimaires se succèdent à la tête de l’État (Camaño, Rodriguez Saa, Puerta, Duha. Les temps étaient mûrs pour un changement de modèle économique. »

Ces temps seront ceux des Kirchner.

Arrivée au pouvoir de Nestor Kirchner

Nestor Kirchner est assermenté le 25 mai 2003. Il prend la tête d’un pays au bord du gouffre et s’attaque dès les premiers instants aux causes profondes de cette crise. Il renégocie la dette publique qui avoisine alors les 100 milliards de dollars. Il parviendra à renégocier les trois quarts de celle-ci et à solder ses comptes avec le Fonds monétaire international, qu’il tient pour responsable de la crise.

En matière de politique étrangère, Nestor Kirchner oeuvre pour l’intégration latino-américaine. Il renforce la coopération avec les pays voisins : le Brésil, le Paraguay, la Bolivie, l’Équateur ou encore le Venezuela qui rejoindra le Mercosur en 2006. Il joue un rôle important lors au IVe Sommet des Amériques, réalisé à Mar del Plata, Argentine, en novembre 2005.

Les disparités économiques ne peuvent conduire à une entende de Zone de libre-échange des Amériques à travers un traité de libre-échange, dominé par les plus puissants et nivelé par le bas au détriment des plus faibles et des plus vulnérables. Ce fut l’échec pour l’empire d’étendre son pouvoir sur l’ensemble des pays de l’Amérique latine et des Caraïbes.

C’est également à Nestor Kirchner que l’on doit l’ouverture de nombreux procès de 
criminels de la dictature. En 2004, il transforme un ancien centre de détention clandestin en un musée à la mémoire des 30 000 personnes disparues en Argentine entre 1976 et 1983. De cela, les opposants ne parlent guère.

Sur le plan social, il faut noter les correctifs importants apportés aux inégalités sociales, ce que ne font pas ses adversaires. Grâce à la reprise économique et au redémarrage des exportations soutenus par des taux de change favorables, il finance d’importants programmes sociaux.

Le taux de pauvreté diminue de moitié en quatre ans. Dès la première année de son mandat, il passe de plus de 47 % à 16 %. De quoi réjouir les oligarchies et les églises, si soucieuses du bien-être des pauvres et des plus démunis !

Nestor Kirchner se distingue par son opposition au néolibéralisme en appelant les gens au boycott de la compagnie pétrolière Shell, qui avait augmenté ses tarifs. L’Argentine ayant signé le protocole de Kyoto, il annonce en 2005 la création du Fonds argentin du carbone.» 

Il n’est pas surprenant que ses adversaires, alliés inconditionnels de l’empire, s’acharnent pour relever tous les travers de l’homme et faute d’en manquer, d’en inventer de toutes pièces. 

En dépit d’une forte popularité, Nestor Kirchner renonce à se représenter en 2007 pour soutenir la candidature de son épouse, Cristina Kirchner, qu’il connaît depuis plus de 30 ans. Il était pressenti pour briguer à nouveau la présidence en 2011.  

La présidente Cristina Fernandez arrive au pouvoir à un moment où la conjoncture économique lui est favorable. Elle sera la première femme élue d’Argentine. La présence à ses côtés de son mari, l’ex-président, ne la révélera qu’à moitié, ce dernier continuant à être perçu comme le vrai meneur du jeu politique. 

Sans nier l’influence de Nestor Kirchner, c’est méconnaître la femme que de penser qu’elle ne saurait être à la hauteur de la charge sans cette présence qui demeure tout de même importante! 

En dépit d’une crise majeure qu’elle connaîtra au milieu des années 2009, comme présidente du pays, elle sera réélue en 2011 avec une forte majorité pour un second mandat. 

« Cette victoire attendue permettra à Cristina Fernandez de commencer son second mandat ce 10 décembre avec une position politique renforcée, une grande popularité et une opposition fragmentée et fragilisée.

Il y a quelques mois, l’économiste et prix Nobel Joseph Stiglitz a fait l’éloge de l’accroissement rapide du PIB argentin accompagné par une réduction importante du taux de pauvreté par rapport aux pires moments vécus dans le pays et pour avoir traversé la dernière crise financière bien mieux que les États-Unis ou l’Europe.

Il ajoutait que le chômage n’y dépasse pas les 8 % et que l’Argentine peut laisser définitivement de côté les “magiciens” de la finance. “Ils nous ont mis dans la mouise et exigent maintenant l’austérité et une restructuration retardée. S’il doit y avoir souffrance, elle doit concerner d’abord ceux qui ont profité de la bulle qui a précédé”

Lors de l’inauguration d’une entreprise de fabrication de bicyclette, ce mercredi 17 juillet, la Présidente déclara que le pays avait connu au cours des dernières années une croissance économique importante et que celle de 2013 était, à ce jour, supérieure de 4.8 % à celle de 2012.

Également, elle a rappelé l’importance de poursuivre sur la voie visant à combler le déficit social et à récupérer les espaces dont les gouvernements antérieurs ont profité sans se préoccuper du bien-être des citoyens.

Ses détracteurs n’en continuent pas moins à parler de désastre économique, sans toutefois préciser pour qui. Ils relèvent tout ce qui peut ternir sa réputation, faire oublier ses réalisations. 

Je recommande aux lecteurs et lectrices qui veulent en savoir plus sur cette femme qui n’a pas froid aux yeux d’aller ici où vous y trouverez des articles abordant divers sujets relatifs à Cristina Fernandez, présidente d’Argentine. 

Je termine cette seconde partie en relevant deux anecdotes qui manifestent que l’empire et l’opposition oligarchique n’ont pas renoncé à détruire l’image des Kirchner. 

La première se rapporte à la mise à contribution de Myriam Quiroga, l’ex-secrétaire de Nestor Kirchner et supposément sa maîtresse pendant un certain temps. Cette dernière, mutée, suite à de l’élection de Cristina Fernandez, ne semble pas avoir apprécié cette mutation. 

Depuis, elle a écrit un livre dans lequel elle s’en donne à cœur joie pour relever tout ce qui se passait dans le couple Kirchner et révéler des mouvements d’argent dans le bureau de l’ex-président. Certains de ces éléments font l’objet de litiges et la justice sera appelée à clarifier ces accusations. 

Or voilà que l’auteure vient d’écrire une lettre au pape et que, par hasard, l’histoire de cette femme au sujet des Kirchner sort de nouveau au grand jour. Bien plus on précise que le pape lui aurait  répondu “de ne pas se laisser voler l’espérance”. 

Cette communication d’une dissidente avec la famille Kirchner avec le pape argentin, François, n’a pu se réaliser que par l’intervention de hauts dignitaires au Secrétariat d’État du Vatican et en complicité avec certains membres influents de l’opposition. 

La seconde se rapporte cette fois à la lettre de 12 pages qu’un ancien élève et ami argentin a écrite au pape. Voilà que le pape, ayant reçu la lettre, téléphone à son auteur. Je vous invite à lire le tout sur le lien qui suit  ici. 

Dans ce dernier cas, les artisans de cette communication trouvent le moyen de tracer une image de l’Argentine où le monde crève de faim. 

Préoccupé, comme toujours, par la situation de son pays, il ne pouvait pas croire qu’on manque de blé pour faire le pain. Paradoxalement, je me suis souvenu de ces vers : ‘On ne peut mourir de faim/dans la patrie bénie du pain’. Il a acquiescé avec une certaine amertume, mais il n’a fait de commentaires sur personne.”

Voilà bien le genre d’insinuation qui s’infiltre bien auprès des millions et centaines de millions de personnes qui s’intéressent à tout ce qui se dit au Vatican.

Dans les deux cas, on peut se poser sérieusement la question de savoir qui sont ceux qui rendent possible de tels échanges et surtout qui les rendent publics.

Il ne faut pas oublier que le nouveau pape François a accordé sa première entrevue officielle à la Présidente d’Argentine suite à sa consécration comme Pape. Ils ont même pris le petit déjeuner en tête à tête et procédé à des échanges de cadeaux. La manipulation dont il fait l’objet ne saurait correspondre aux valeurs dont il se fait le témoin. Il est urgent qu’un nouveau Secrétaire d’État, libre des oligarchies et de l’Empire, soit nommé.

http://www.dailymotion.com/video/xyaljq_petits-cadeaux-et-embrassade-entre-le-pape-francois-et-cristina-kirchner_news?start=8#.UexkbOBbqcg

CONCLUSION

Les Kirchner ont été des alliés de premier plan de Chavez et ils ont apporté une contribution qui a permis d’avancer sur la voie de la grande patrie dont les deux grands apôtres sont Bolivar et maintenant Chavez.

Quant à l’avenir, seule la détermination du peuple argentin, accompagné par l’abnégation de dirigeants entièrement consacrés à la cause d’une démocratie du peuple pour le peuple, sera la clef qui rendra possible ce grand projet.

Oscar Fortin

Québec, le 18 juillet 2013

http://humanisme.blogspot.com

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

avatar

Oscar Fortin

Libre penseur intéressé par tout ce qui interpelle l’humain dans ses valeurs sociales, politiques, économiques et religieuses. Bien que disposant d’une formation en Science Politique (maîtrise) ainsi qu’en Théologie (maîtrise), je demeure avant tout à l’écoute des évènements et de ce qu’ils m’inspirent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *